Balade au cœur de l’Océan Pacifique

Aujourd’hui, notre Tour des Terr’ vous emmène à la découverte d’un territoire du Pacifique Sud situé en mer de Corail, entre l’Australie et les Fidji. Vous avez deviné ? Oui, c’est bien cela, il s’agit de la Nouvelle-Calédonie, une terre aux paysages magnifiques et un joyau de la biodiversité. Nous nous baladerons le long de la Corniche Calédonienne et ferons ensuite escale à Ouvéa. Alors, en route !

A la découverte de la corniche calédonienne

Située sur la côte Est de Grande Terre, la corniche calédonienne est un itinéraire magnifique qui longe la côte de Hienghène à Pouébo. Une petite route, qui monte et redescend vers la mer au gré des paysages montagneux, permet de découvrir des panoramas splendides et une nature luxuriante. Le dépaysement est garanti !

Un peu avant d’arriver à la cascade de Tao, il faut prendre le bac pour passer la baie de la Ouaième et là aussi, on en prend plein les yeux durant toute la traversée entre les montagnes et falaises qui tombent à pic dans la mer, la végétation et la forêt ensorceleuses. D’ailleurs, à la Banque des Territoires, on connaît bien les parages car on a contribué au financement des travaux de protection de la chaussée au lieudit « route de la corniche de la Ouaïème » qui permet notamment d’accéder au bac de la Ouaième. Alors, quand on vous dit que c’est magnifique 😊 !

Enfin, un peu plus au Nord, on découvre ensuite le mont Paniè aussi appelé Taaluny. On le repère de loin avec ses 1 629 mètres d’altitude qui en font le point culminant de Grande Terre. Classé réserve naturelle, ce massif regorge d’espèces végétales et animales inédites qui évoluent dans sa forêt humide.

Bien entendu, tout au long de ce cheminement, on découvre également la richesse culturelle et les habitants de l’Ile. En Nouvelle-Calédonie, ce sont 341 tribus qui perpétuent sur le territoire un mode de vie ancestral, fondé sur la solidarité et le respect de la nature.

Ouvéa, « l’île la plus proche du Paradis »

Rien que son surnom, donné dans les années 70 par Katsura Morimura, jeune écrivain japonaise, nous fait déjà rêver ! Il s’agit d’Ouvéa ou Iaaï, l’un des plus beaux atolls du Pacifique. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, il est traversé par une route unique du nord au sud qui longe la plage de cocotiers au bord du lagon ou le grand Pacifique et qui permet d’accéder à la baie de Lékiny et à ses falaises calcaires aux nombreuses grottes. On découvre aussi dans la baie, Fayawa, une petite ile de pêcheurs située entre les falaises et Mouli.

Pour accéder à Mouli et à sa superbe plage de sable blanc, il faut emprunter le pont de Lekiny (ou de Mouli, selon d’où l’on vient 😊) qui permet de franchir le bras de mer qui sépare l’île de Mouli de l’île principale d'Ouvéa. Ce pont, qui date de 1982, est un haut lieu touristique qui offre une vue imprenable sur la baie de Lékiny et sur Mouli. Une fois dessus, on peut aussi y observer les raies, les tortues et toutes sortes de poissons multicolores qui nagent tranquillement tout autour. Ce pont a également une grande importance économique pour ces habitants puisqu’il permet d’accéder aux hôtels, restaurants et gîtes de part et d’autre de l’atoll. Il est donc incontournable à Ouvéa, c’est d’ailleurs pour cette raison que la Banque des Territoires participe à sa reconstruction à neuf par un prêt de 5 M€.

Voilà, ce petit voyage en Nouvelle-Calédonie prend maintenant fin… Nous espérons vous avoir fait rêver l’espace de quelques minutes !

Le saviez-vous ?

 

 

Le Cagou, emblème de la Nouvelle-Calédonie

Le cagou huppé ou Kagou est une espèce endémique à la Nouvelle-Calédonie. Cet oiseau au plumage gris ne vole pas et on dit qu’il « aboie ». Son cri fait penser à chien aboyant « kagu » d’où son nom. Il a perdu la faculté de voler car il n’avait pas de prédateurs avant l’arrivée de l’homme et n’avait donc pas besoin de s’envoler dans les arbres pour se nourrir.

 

Une des flores les plus riches du monde

La Nouvelle-Calédonie recense plus de 3 300 espèces végétales dont près de 80% endémiques. Sa flore est la troisième flore la plus unique de la planète, derrière celles de Hawaï et de la Nouvelle-Zélande.*

*source wwf

 

Le dugong, vache ou sirène ?

De la famille des lamentins, le dugong est un mammifère marin herbivore protégé que l’on trouve notamment en Nouvelle-Calédonie. Il aurait inspiré le mythe de la sirène d’où son classement dans l’ordre des siréniens. Il est communément appelé la vache des mers.