Tour des Terr’ : une escale surprenante dans les Hauts-de-France

Notre Tour des Terr’ s’arrête aujourd’hui dans les Hauts-de-France pour vous faire découvrir une nouvelle filière agro-alimentaire qui élève et transforme des insectes pour la nutrition animale mais aussi… humaine. Oui, oui, vous avez bien lu et, non, nous n’avons pas une araignée au plafond 😊 ! C’est donc l’heure de prendre notre envol et de découvrir Ÿnsect, entreprise spécialisée dans la production de protéines d’insectes, et son projet de ferme verticale.

Tour des Terr' carte postale rv Ynsect
© Banque des Territoires

Les insectes, pour une alimentation plus durable ?

L’entomoculture, ou l’élevage des insectes, a aujourd’hui le vent en poupe. En effet, les insectes sont vus comme une source de protéines de substitution qui pourrait conduire à un système alimentaire plus durable grâce à une empreinte écologique faible. En effet, d’ici à 2050 et pour faire face aux besoins de la population mondiale qui ne cesse de croître, il sera nécessaire d’augmenter de plus de 70 % la production alimentaire globale avec peu de terres agricoles supplémentaires (1). La demande en protéines va donc également croître pour répondre aussi bien aux besoins de l’alimentation humaine qu’animale. Rappelons que les animaux d’élevage consomment aujourd’hui 20 % des protéines mondiales.

Les insectes, source de protéines reconnues, sont donc vus comme une alternative qui pourrait répondre à ce besoin croissant. De plus, ils présentent une vertu écologique non négligeable : leur élevage ne nécessite pas beaucoup de ressources. En effet, pour produite 1 kilogramme de protéines à base d’insectes, il faut (2) :

  • 100 fois moins de surface agricole qu’1kg de protéines animales
  • 25% d’eau en moins
  • 0 antibiotique

Autre point positif des insectes : leur élevage n’entraîne que peu d’émissions de gaz à effet de serre et permet de réduire la production de déchets. En effet, les insectes peuvent être élevés à partir de sous-produits organiques. En d’autres termes, il n’est pas nécessaire de cultiver de terres dans le but de les nourrir puisque leur alimentation peut être composée de coproduits issus de l’agroalimentaire (betteraves, céréales, fruits, etc.), ce qui explique notamment l'installation des fermes dans les zones agricoles, et notamment celle d’Ÿnsect dans les Hauts-de-France.

(1) Source FAO « Comment nourrir le monde en 2050 » - (2) Source Ÿnsect

La plus grande ferme-usine verticale du monde implantée à Poulainville

La société Ÿnsect a bien compris ses enjeux et travaille, depuis sa création en 2011, à l’élevage et à la transformation des insectes en ingrédients premium destinés à la nutrition humaine, animale et végétale. Cette start-up industrielle, membre de la French Tech et du Next 40, pépite de l’AgTech, qualifiée de potentielle licorne (programme Scale-up) en pleine croissance poursuit son développement et s’implante aujourd’hui à Poulainville, près d’Amiens, avec son projet Ÿnfarm.

Ce projet consiste à construire une ferme verticale d’insectes qui sera l’une des plus grandes au monde et la première ferme verticale au monde en « carbone négatif ». Elle aura une surface de 45 000 mètres carrés, une hauteur de 36 mètres et une capacité de production à terme de 200 000 tonnes d'ingrédients par an. Elle devrait être opérationnelle à compter de la fin 2021.

Les Hauts-de-France, première région agricole française, ont été choisis par Ÿnsect pour implanter son projet de ferme verticale d’insectes pour plusieurs raisons et notamment :

  • leur proximité géographique avec les ports du Nord de l'Europe et des capitales européennes
  • ses ressources agricoles, le blé et le colza, des céréales dont  Ÿnsect utilise les co-produits pour l'alimentation du ténébrion meunier, un coléoptère dont la larve est le "ver de farine"

La Banque des Territoires est entrée au capital de la SCI VERTYCAL aux côtés d’Ÿnsect et accompagne la partie immobilière de ce projet depuis 2018. Ÿnfarm est la troisième ferme d'Ynsect, après celle de Dole dans le Jura et à Ermelo aux Pays-Bas. A terme, la société souhaite déployer un réseau de plus de 100 fermes verticales dans le monde. 

Yfarm
© Ynsect

Le p'tit bonus de l'été !

Tour des Terr' 2021 Ynsect Recette
© Banque des Territoires