A Billom Saint-Dier, les élus des communes s'engagent dans un chantier d'insertion communautaire

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Puy-de-Dôme

Depuis 2009, dans le cadre d'un atelier chantier d'insertion (ACI), d'anciens bénéficiaires de minimas sociaux de la communauté de communes de Billom Saint -Dier réalisent dans les communes divers travaux ne relevant pas du secteur concurrentiel : restauration de lavoir, fontaine, mur de soutènement, débroussaillage... Les élus s'impliquent.

Un constat alerte les élus qui se mobilisent

En 2007, 175 personnes étaient bénéficiaires du RMI sur le territoire de la communauté de communes de Billom Saint-Dier (Puy-de-Dôme, 17 communes, 12.000 habitants), qui ne disposait pas de dispositif d’insertion. Partant de ce constat, le conseil général invite les élus à s’intéresser aux chantiers d’insertion. La communauté de communes relève le défi et fait appel à une association spécialisée, "Avenir insertion". Celle–ci prépare un dossier financier et administratif du chantier pour la commission départementale pour l'insertion par l'activité économique, recrute une équipe de travail et se charge de son accompagnement socioprofessionnel.

Un accompagnement personnalisé et progressif

Huit hommes et femmes - habitants du Puy-de-Dôme, bénéficiaires de minimas sociaux, et plus ou moins éloignés de l'emploi - sont embauchés la première année sur le seul critère de leur motivation. Dans le cadre d'un contrat unique d’insertion (CUI) - contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE). Ils reçoivent 1.014 euros brut pour vingt-six heures de travail. L’accompagnement de chacun (individuel et/ou collectif) est défini chaque semaine ou plus, en fonction de leur besoins respectifs. Avant d'entrer sur le chantier, un entretien approfondi permet d’orienter la personne vers des ateliers et/ou des formations : gestion d'un budget quotidien, prise en charge santé, contact d'entreprises...). Au cours de la première année, la petite équipe a réalisé une vingtaine de travaux sous la direction d'un chef de chantier. Ce dernier, salarié de l’association Avenir et doté de compétences multiples, connaît les publics fragiles, assure leur formation et participe à leur accompagnement.

L'indispensable implication des communes

Pour l’exercice 2010-2011, le chantier bénéficie d'un budget prévisionnel de 191.810 euros, dont plus de 80% pour les charges salariales des personnes en insertion. Sur 160.210 euros de subventions, les parts de l’Etat et du conseil général sont respectivement de 47 et 53%. Le reste, 31.600 euros, est à la charge pour la communauté (la moitié étant apporté par les communes car "l'implication des élus est indispensable à la réussite du projet" souligne Nicole Majeune, directrice de la communauté de communes. Leur investissement ne s'arrête d'ailleurs pas là : les communes fournissent les matériaux, accueillent le chantier en offrant des locaux à l'équipe d'insertion. Une convention lie la communauté aux communes. Elle précise les aspects financiers de cet engagement pour lequel un ou deux élus par commune, sont désignés comme référent. Conseillées par l'association "Avenir insertion" sur la faisabilité des travaux, la communauté et les douze communes participantes ont défini ensemble le contenu et la programmation du chantier. "Après plus d'un an de fonctionnement, les communes ont fait preuve d'un réel investissement. Elles ont apprécié le travail accompli et pris conscience des difficultés liées à l'insertion pour les bénéficiaires de minimas sociaux", raconte la directrice de la communauté.

Des résultats dans la durée

"Ces personnes n'ayant pas travaillé depuis longtemps, une année est souvent nécessaire pour pallier leurs difficultés sociales. Le projet professionnel vient après. En fonction des difficultés rencontrées, dix à dix-huit mois sont nécessaires pour une réinsertion", souligne Mélanie Fialip, coordinatrice des actions d'accompagnement à l’association Avenir. Ce qui explique que le premier et le second chantiesr n’ont pas encore donné lieu à un retour à l'emploi. La moitié des salariés a vu son contrat renouvelé. Pour augmenter les possibilités de réinsertion, des visites de chantiers seront prochainement organisées afin que salariés en insertion et entreprises locales se rencontrent. 
 

M.J., pour la rubrique expériences du site www.mairieconseils.net

 

Contact(s)

Avenir insertion

Domaine de Laluas
63200 Riom
04 73 64 92 38
contact@avenirinsertion.com

Mélanie Fialip

coordinatrice des actions d'accompagnement
melanief@avenirinsertion.com

Communauté de communes de Billom Saint-Dier/Vallée du Jauron

7 avenue Cohalion
63160 Billom
04 73 73 43 24
04 73 73 44 20
contact@stdb-auvergne.com
Nombre d'habitants : 12054
Nombre de communes : 17
Nom de la commune la plus peuplée : Billom (637 hab.)

Nicole Majeune

nicole.majeune@stdb-auvergne.com
Haut de page