Biodiversité : 90% des Français veulent plus de zones naturelles protégées

Bien qu'éclipsées de la campagne présidentielle par de nombreux autres sujets, les préoccupations environnementales restent très présentes dans l'esprit des Français, selon les résultats d'un sondage présentés ce 2 février par huit associations naturalistes. 90% des personnes interrogées se disent ainsi favorables à une augmentation importante du nombre et de la superficie des espaces naturels protégés et 82% à ce que la préservation de la faune et de la flore locales fassent l'objet d'une attention particulière lors de l'implantation d'infrastructures de transports et d'énergie.

La protection de l'environnement constitue toujours un sujet de préoccupation majeur pour une grande majorité de Français, selon les résultats d'un sondage réalisé par l'Ifop* à la demande de huit associations naturalistes**. Les espaces naturels protégés tels que les réserves naturelles font l'objet d'un véritable plébiscite : 90% des personnes ayant répondu à l'enquête se disent favorables à une augmentation importante de leur nombre et de leur superficie. Quel que soient le sexe, l'âge, la profession, le niveau d'éducation, le revenu, le lieu d'habitation et la proximité politique, l'adhésion à cette mesure ne descend pas en-dessous de 81%. Elle est particulièrement forte dans les communes rurales (94%) mais aussi dans les banlieues de zones urbaines (91%), plus que dans les villes-centres (88%).
Autre opinion largement partagée : 82% des personnes interrogées considèrent que la préservation de la faune et de la flore locales doit faire l'objet d'une attention particulière lors de l'implantation d'infrastructures de transports et d'énergie (routes, voies de chemin de fer, lignes à haute tension, parcs éoliens…). Les habitants des villes isolées et des communes rurales adhèrent le plus à la mesure (respectivement 86% et 85%) tandis que ceux des banlieues de zones urbaines ayant un niveau de vie supérieur y sont moins attachés (75%).

Interdiction des pesticides et aliments bio et locaux


81% des personnes interrogées se disent en outre favorables à l'interdiction rapide des pesticides dangereux pour la santé ou l'environnement, même si cette mesure rend plus difficile le travail des agriculteurs. Cette fois, ce sont les habitants des banlieues de zones urbaines ayant le niveau de vie le plus élevé qui adhèrent le plus à la mesure (87%) tandis que ceux des communes rurales sont les moins nombreux à l'approuver, avec malgré tout un taux d'adhésion élevé (77%). 
La disposition à acheter davantage d'aliments bio produits dans sa région, même s'ils coûtent plus cher que les autres aliments totalise 62% d'opinions favorables et jusqu'à 68% chez les habitants des banlieues aisées contre 58% chez ceux des unités urbaines de 20.000 à moins de 100.000 habitants en province.

Chasse et protection des grands prédateurs 

75% des Français interrogés se disent en outre favorables à l'interdiction de la chasse pour toutes les espèces en danger ou menacées  - ils sont jusqu'à 85% dans les banlieues aisées et 66% dans les communes rurales. En moyenne, on trouve la même proportion de personnes favorables à la protection des grands prédateurs présents en France (ours, lynx et loups). 81% des sondés jugent aussi que le respect de la sensibilité des animaux sauvages doit être pris en compte au même titre que celle des animaux domestiques.
Les associations vont adresser prochainement les questions posées dans ce sondage aux candidats à l'élection présidentielle et rendront publics les annonces et engagements reçus.


*Enquête menée en ligne du 18 au 19 janvier 2022 auprès d'un échantillon de 1.003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
**France nature environnement (FNE), Humanité et Biodiversité, Société nationale de protection de la nature (SNPN), Office pour les insectes et leur environnement (Opie), Société française pour le droit de l'environnement (SFDE), Ligue de protection des oiseaux (LPO), Société herpétologique de France (SPF) et Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas).
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle