Biodiversité : Muttersholtz dialogue avec les agriculteurs (67)

Depuis près de cinquante ans, Muttersholtz privilégie la concertation et le dialogue pour créer de la biodiversité sur son territoire. Propriétaire de terres agricoles, la commune les utilise comme levier pour permettre à la nature de gagner du terrain.

En 1973, la création de la Maison de la nature du Ried et de l’Alsace centrale à Muttersholtz (Bas-Rhin, 2.100 habitants) marque le début de la reconquête de la biodiversité en Alsace. La commune d'accueil de ce bâtiment étendard se devait d'être exemplaire et elle l’est, au point que Muttersholtz a été élue capitale de la biodiversité en 2017.

Stopper la déprise agricole

Vingt-cinq personnes travaillent à la Maison de la nature, qui propose des séjours découverte à des groupes scolaires, mais aussi des centres de vacances et des accueils pour les familles. Une dizaine d'animateurs interviennent dans les écoles et deux se consacrent uniquement au dialogue territorial. Leur mission consiste, par exemple, à expliquer pourquoi il faut stopper l'étalement urbain. En quelques générations, les communes de la plaine d'Alsace ont doublé de volume et il est devenu urgent d'arrêter d'urbaniser les terres agricoles. Pour ce faire, la commune de Muttersholtz, qui vient d'arrêter son Plan local d'urbanisme, interdit toute construction en dehors de son périmètre actuel. Le maire Patrick Barbier s'en félicite : “Nous sommes une commune attractive, qui va encore gagner 400 habitants dans les quinze prochaines années, et c'est une bonne chose. Il va donc nous falloir reconstruire la ville sur la ville, accueillir de façon qualitative sans toucher aux terres agricoles”.  

Restaurer la trame verte et bleue

Pourtant, arrêter l’artificialisation ne suffit pas. Pour renaturer la plaine d'Alsace il importe de préserver les zones humides et de ménager des corridors écologiques dans les grandes cultures. Sur la commune de Muttersholtz, 1.200 hectares sont consacrés à l'agriculture. Une moitié en zone humide, dans la zone d'expansion des crues de l'Ill, l'un des principaux affluent du Rhin. Une autre moitié protégée par une digue, où s’étalent les grandes cultures de maïs. La commune est propriétaire de 300 hectares de terres, principalement dans la zone des grandes cultures, qu'elle loue à des agriculteurs. Il ne s'agit que du quart de la surface agricole de la commune, mais les élus en ont fait un levier d’action efficace.

Privilégier le dialogue

Lorsque des agriculteurs qui exploitent les terres appartenant à la commune partent en retraite, les élus sont très vigilants sur les conditions de la succession et veillent à ce que les nouveaux baux comportent des engagements en faveur de la biodiversité. Ce dialogue avec les repreneurs est facilité par le fait que l'éducation à l'environnement dispensée par la Maison de la nature depuis près de cinquante ans a sensibilisé les acteurs du monde agricole. Sur les cinq exploitants qui travaillent sur la commune de Muttersholtz, deux se sont convertis au bio, un est en reconversion, un autre pratique une agriculture de conservation, c'est-à-dire sans labours et sans jamais mettre la terre à nu. Les élus encouragent ces bonnes pratiques car l'agriculture biologique est plus accueillante pour la biodiversité que les cultures intensives. De même, la commune engage les agriculteurs à pratiquer des fauches tardives dans les prairies humides, de façon à ne pas nuire à la nidification des oiseaux. De son côté, elle plante des haies et crée des mares, dès que cela est possible.

Travail de longue haleine

“Nous avançons au gré des opportunités foncières, explique le maire de Muttersholtz, mais nous avons repéré les endroits où la trame verte doit être renforcée. Notre feuille de route est claire." Pour le maire de Muttersholtz il s'agit, par le dialogue, de trouver un subtil équilibre entre les impératifs économiques et écologiques afin de ne pas opposer agriculture et environnement.

Appel à manifestation d’intérêt "Trame verte et bleue"

Sous l’impulsion de la municipalité dont l’objectif est de trouver le bon équilibre entre écologie et économie, une réflexion participative a démarré en 2019. Elle réunit les cinq exploitants agricoles, les représentants de la municipalité, un chargé d’études de la Ligue de protection des oiseaux, le directeur et une chargée de mission de la Maison de la nature qui est chargée de l’animation du dialogue. Ce travail approfondi qui s’étalera sur deux années est subventionné dans le cadre d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI) "Trame verte et bleue".
 

Budget : 204.000 euros

Investissements 
Travaux écologiques (mares, zones humides, prairies) : 140.000€    
Animation, études, mobilisation, concertation : 64.000€
Financements        
Agence de l'Eau Rhin-Meuse : 81.600€ (40%)
Région Grand Est : 81.600€ (40%)
Commune de Muttersholtz : 40.800€ (20%)

Commune de Muttershotz

Nombre d'habitants :

2100
39 rue Welschinger
67600 Muttershotz

Julien Rodrigues

Directeur général des services
Haut de page