Bonneval-sur-Arc, l’irréductible qui résiste au Covid et au manque de neige (73)

Niché au bord du parc national de la Vanoise, ce petit village de bergers a choisi depuis plusieurs décennies de miser sur un tourisme raisonné et de cultiver son authenticité. Cette stratégie partagée par tous les habitants affiche aujourd’hui des résultats positifs.

Bonneval-sur-Arc est un petit village montagnard, niché au creux de la vallée de la Maurienne. « Une station familiale à échelle humaine », comme le précise son maire, Marc Konareff. Classée parmi les plus beaux villages de France, cette commune a moins souffert de la crise du Covid que beaucoup d’autres stations de ski. Durant la saison 2019-2020, le nombre de nuitées n’a diminué que de 21,7% à Bonneval-sur-Arc. Soit 66.400 nuitées au lieu des 100.000 enregistrées habituellement par l’office de tourisme de Haute Maurienne Vanoise. Pourquoi ? Tout simplement parce que la municipalité ne mise pas exclusivement sur le ski de piste mais déploie un panel assez large d’activités : ski de randonnée, raquettes, chiens de traîneaux, VTT, canyoning, escalade, alpinisme, vélo de route avec le col de l’Iseran… De plus, la commune cultive depuis des décennies son image de village traditionnel, authentique, respectueux de la nature et riche de son patrimoine bâti autant qu’immatériel. Avec un succès incontestable, aussi bien dans le contexte sanitaire actuel que dans celui de la diminution de l’enneigement.

40 enfants pour 269 habitants

Cette politique a été lancée dans les années soixante-dix, quand le maire d’alors, Gilbert André, militant pour la protection du patrimoine et de l’environnement, a contribué à la création du parc naturel de la Vanoise. Ce maire qui a conservé son mandat de 1956 à 1995 (!) avait partagé avec ses administrés sa volonté de protéger l’identité du village de berger et sa vision d’un tourisme à échelle humaine. « Il avait créé une fromagerie pour offrir des débouchés aux bergers locaux, encouragé les habitants et les agriculteurs à couvrir leurs toits de lauze plutôt que de tôle, et à aménager des gîtes et des hébergements dans le village », explique le maire actuel. Depuis cinquante ans, les habitants du village adhèrent toujours à ces principes. Les jeunes restent au village car ils y trouvent du travail, au point que le village affiche une démographie surprenante, avec 40 enfants pour 269 habitants ! Et si, finalement, une station de ski a été créée par la commune, « c’était surtout pour garder les enfants au pays », assure le maire.

Ne pas tout miser sur le ski

Depuis l’office de tourisme de Haute Maurienne Vanoise, le responsable du service presse, Laurent Sévenier, confirme : « La démographie est plutôt en baisse dans la vallée de la Maurienne, sauf à Bonneval, grâce à son activité touristique étalée sur l’ensemble de l’année. La plupart des habitants ont deux métiers : ils sont à fois moniteur de ski, perchman, serveur, et agriculteur, maçon, charpentier, poseur de lauze, etc. Avec ses pistes qui culminent à 3.000 m, Bonneval est avant tout une station de ski ouverte de décembre à fin avril, qui offre aussi beaucoup d’autres activités sportives et de détente… La bonne fréquentation de Bonneval ne peut évidemment pas se limiter à son côté plus beau village de France. La carte postale participe au succès mais… ne suffit pas. »

Bonneval reste cependant une toute petite station, avec seulement 2.400 lits, dont la moitié sont des « lits froids », c’est-à-dire qu’ils ne sont pas proposés à la location et sont rarement occupés par leurs propriétaires, plutôt fortunés. « C’est aujourd’hui un phénomène contre lequel on doit lutter, observe le maire de Bonneval. Nous souhaiterions que des jeunes du village créent des lits supplémentaires sans défigurer le village, mais ils n’ont souvent pas les moyens de faire les travaux nécessaires. »

Impliquer les habitants dans l’action municipale

L’autre piste, c’est d’associer les habitants au développement du village : « Nous avons ouvert des commissions du conseil municipal à des jeunes. Cela fonctionne très bien, ils apportent des idées et de l’énergie, même si c’est le conseil qui a le dernier mot. Par exemple, ces jeunes ont proposé de privatiser le déneigement qui était auparavant assuré par un employé du village. Ils ont refait le plan de circulation, créé des sens uniques pour faciliter le passage des engins de déneigement, et on a gagné des places de stationnement. La privatisation coûte un peu plus cher, mais le service est meilleur. Et l’employé communal a été affecté à d’autres activités. »

Cette implication dans la vie du village va bien plus loin. Les agriculteurs (qui sont donc aussi moniteurs de ski) sont très ouverts aux touristes et font volontiers visiter leur ferme. Une navette gratuite circule tous les jours durant la saison d'hiver depuis la fromagerie jusqu’au départ des pistes. Des soirées chant sont organisées dans les restaurants d’altitude. « Ces échanges créent une authenticité très appréciée des touristes, qui viennent découvrir la vraie vie d’ici, poursuit le maire. Les animations sont menées conjointement avec le parc de la Vanoise, l’école de ski et les commerces. Aujourd’hui, la conscience écologique est ici très poussée, nous surfons sur cette vague-là, et nous en sommes très satisfaits. »

Commune de Bonneval-sur-Arc

Nombre d'habitants :

269
Résidence Ciamarella
73480 Bonneval-sur-Arc

Marc Konareff

Maire

Office de tourisme de Haute Maurienne Vanoise

Lanslebourg Mont-Cenis, 6 rue Napoléon
73480 Val-Cenis

Laurent Sévenier

Responsable du service presse