Coopération - Bruxelles lance une consultation sur la macrorégion alpine

Après la Baltique, le Danube et l'Adriatique, l'arc alpin fera l'objet d'une quatrième "macrorégion" européenne à compter de 2015.

Dernière ligne droite pour la "macrorégion" alpine. Alors que la France est en train de revoir de fond en comble la carte de ses régions, en se dotant notamment d’un mastodonte regroupant l’Aquitaine, le Limousin et le Poitou-Charentes, la Commission, elle, poursuit son projet de stratégie pour un grand ensemble transalpin. Après la Baltique en 2009, le Danube en 2011, l’Adriatique (en cours de finalisation), les Alpes constitueront le quatrième espace de ce genre à partir de 2015. Il concernera environ 70 millions de personnes dans 7 pays, dont 5 Etats membres de l’UE (Allemagne, Autriche, France, Italie et Slovénie) et 2 pays extérieurs, le Liechtenstein et la Suisse. Soit au total 48 régions, dont Rhône-Alpes, Paca et la France-Comté. La Commission vient de lancer une consultation pour parfaire la stratégie. Cette consultation est ouverte jusqu’au 15 octobre 2015. Elle s'adresse tant aux Etats, qu'aux collectivités, aux entreprises, à la société civile et aux citoyens.
Au mois de décembre, la présidence italienne de l’Union européenne organisera à Milan, avec la Commission européenne, une conférence, pour en examiner les résultats. "Les conclusions seront intégrées dans une proposition formelle de la Commission européenne relative à un plan d'action (concernant la stratégie), qu'elle présentera d'ici juin 2015", précise la Commission, dans un communiqué.
La stratégie de l'Union européenne pour la région alpine (Suera) poursuivra trois objectifs : "renforcer la compétitivité, la prospérité et la cohésion de la région alpine ; garantir accessibilité et connectivité pour tous les habitants de la région alpine ; rendre la région alpine durable et attrayante sur le plan environnemental". Il en ira de l'eau, comme de l'efficacité énergétique, des transports, de la protection des espaces naturels, mais aussi du développement économique et touristique... Autant de sujets qui, traités collectivement, permettront de corriger "les déséquilibres économiques, sociaux et territoriaux qui persistent dans la région alpine", estime le commissaire à la politique régionale Johannes Hahn.
La stratégie sera intégrée dans la politique de cohésion 2014-2020 au titre du volet de coopération territoriale et mobilisera ainsi les fonds structurels (mais aussi le Feader). C’est-à-dire, pour la première fois s'agissant de la France, des fonds directement gérés par les régions elles-mêmes. Bien que les Etats soient les interlocuteurs de la Commission, ce sont bien les régions qui seront maîtres d'oeuvre.

Quand la frontière devient seulement administrative

La finalisation de cette macrorégion s’inscrit dans un long processus engagé en 1972 avec la signature de la Arge Alp entre les régions frontalières de l’Allemagne, de l’Autriche et de l’Italie, suivie de la Convention alpine de 1991, un traité environnemental signé entre les Etats alpins et l’Union européenne, puis l’Espace alpin lancé à partir de 1997 entre quatre régions françaises (Rhône-Alpes, Paca, mais aussi France-Comté et Alsace) et leurs homologues de l’arc alpin… A ces initiatives transalpines s'ajoute encore l'eurorégion Alpes-Méditerranée entre la France et l'Italie, couvrant un territoire de 19 millions d'habitants.
Avec la macrorégion, Bruxelles insiste bien sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une nouvelle structure, mais d'un nouveau cadre de coopération entre les collectivités. Soutenue par des partis séparatistes comme la Ligue du Nord, elle n'en marque pas moins un approfondissement de l’intégration européenne, une nouvelle étape vers l’Europe des régions. Car, comme l’indique la Charte européenne des régions frontalières et transfrontalières, l’enjeu de la coopération dans ces régions n’est pas "d’instituer un nouveau niveau administratif" mais de permettre "le dépassement du concept de frontière et la réduction de celle-ci à une simple frontière administrative".
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle