Canicule : 53 départements en alerte orange

La semaine s’annonce très chaude : 53 départements ont été classés en alerte orange par Météo France ce lundi. Les pouvoirs publics se mobilisent. Rappel des obligations de chacun… et des précautions à prendre.

Alors que la canicule s’installe sur le pays et devrait durer toute la semaine, avec des températures annoncées de plus de 40°C, collectivités, administrations et entreprises vont devoir adapter leur fonctionnement et prendre des précautions. Cet épisode est aussi "intense" que "précoce", souligne la direction générale de la santé. De l’Ain au Val-d’Oise, en passant par l’Eure-et-Loir ou les Vosges, pas moins de 53 départements étaient classés en alerte orange (sur une échelle de quatre niveaux : vert/jaune/orange/rouge), selon le bulletin de Météo France publié lundi. Cette alerte orange peut conduire - mais non automatiquement - le préfet du département à activer lui-même un niveau 3 (sur une échelle de 1 à 4), tel que prévu dans le plan canicule national actualisé en 2017 (ce plan est mis en place chaque année à compte du 1er juin). Ce qui a été le cas, ce dimanche, de tous les départements d’Île-de-France. Le préfet peut alors prendre des mesures prévues dans le plan de gestion d’une canicule départemental (PGCD) en lien avec l’agence régionale de santé, en particulier pour les populations les plus fragiles : sensibilisation des établissements de santé, notamment ceux accueillant des personnes âgées, information préventive des organisateurs d’accueil collectif de mineurs ou de manifestations sportives, des entreprises, mobilisation des gestionnaires de centres d’hébergement ou d’accueil de jour... Une plateforme téléphonique d’information du public a été mise en service lundi matin au 0800 06 66 66 (appel gratuit).

"Beaucoup minimisent l'impact de cette chaleur importante sur le corps humain", a déclaré la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, lundi, d'après l'AFP, indiquant que les effets ressentis, compte tenu d’un fort taux d’humidité pourraient être supérieurs à ceux de l’été meurtrier de 2003, qui avait engendré une surmortalité de 15.000 personnes, essentiellement des personnes âgées.

Pour la ministre, qui s'est rendue à la mi-journée dans un Ehpad de Saint-Maur-des-Fossés, dans le Val-de-Marne, les leçons du drame de 2003 ont été tirées : "Les plans canicule se sont enrichis et ont vraiment pris leur place" dans les structures d'accueil des personnes âgées. Des pièces climatisées existent "dans tous les Ehpad de France, et toutes les consignes sont très bien connues des personnels", a-t-elle noté. Dans l’Essonne, le département a lancé un appel à tous les directeurs d’Ehpad et les présidents de centres communaux d’Action Sociale (CCAS) afin qu’ils accueillent toutes les personnes âgées qui le souhaitent dans des salles climatisées.

Veiller à respecter la chaîne du froid dans les cantines scolaires

Autre public vulnérable : les élèves. Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé, lundi, que les épreuves du brevet des collèges, qui devaient avoir lieu jeudi et vendredi, seront reportées en début de semaine prochaine dans toute la France métropolitaine. Il a également adressé le matin même des recommandations, dans les rectorats, à destination des directeurs d’école et chefs d’établissement mais qui peuvent concerner les collectivités. Dans les cantines scolaires par exemple, le ministère recommande d'"adapter l’alimentation" et de "veiller à sa qualité" en respectant bien la chaîne du froid. Il demande également de "veiller aux conditions de stockage des aliment". Plusieurs recommandations peuvent s'appliquer aux sorties scolaires et aux activités périscolaires : "éviter les expositions prolongées au soleil : sport, promenades en plein air…" ; "limiter les dépenses physiques et activités sportives, "distribuer régulièrement de l’eau à température ambiante (veiller à sa qualité)", "utiliser abondamment de la crème solaire (indice de protection élevé)"...

Plusieurs recommandations concernent le bâti des établissements, et donne des indications pour les futurs cahiers des charges de construction et de rénovation d'établissements. Par exemple : "étudier les possibilités de limiter les entrées de chaleur dans les salles", "fermer les volets et les rideaux des façades les plus exposées au soleil durant toute la journée", "vérifier la fonctionnalité ou l’installation de stores et/ou volets" ; "vérifier la température des installations (notamment les structures de toile et baies vitrées exposées au soleil) et avoir une solution de repli dans un endroit frais (bénéficiant de stores, ventilation)"…

Décalage des horaires dans les chantiers

Au niveau des entreprises, c’est sur les chantiers que l’attention se porte en priorité. Le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, et Jacques Chanut, le président de la Fédération française du bâtiment, ont rappelé les mesures à prendre, en particulier le "décalage des horaires pour effectuer les tâches lourdes aux heures les moins chaudes après l’accord des collectivités locales, sur lesquelles nous savons pourvoir compter " Chaque salarié doit aussi se voir fournir "3 litres d’eau fraîche de boisson par jour". Des "congés intempéries" peuvent également être décidés ; les employés reçoivent alors la moitié de leur salaire.

Les grandes agglomérations, particulièrement exposées aux îlots de chaleur (favorisés par un urbanisme qui laisse peu de place aux arbres) sont sur le qui-vive. Avec le passage en niveau 3, la ville de Paris a ainsi activé son fichier Chalex (pour "chaleurs extrêmes") qui permet aux Parisiens les plus vulnérables qui le souhaitent d’être suivis et accompagnés (en appelant le 3975). Ces personnes peuvent être aiguillées par une "cellule de régulation sociale" vers l’une des nombreuses "salles rafraîchies" installées en ville. La capitale recense par ailleurs un réseau de 922 îlots de fraîcheur de jour et 218 de nuit (espaces boisés, brumisateurs, lieux de baignade, musées…).
À noter que depuis 2017, l’Association des maires de France a consigné dans une note le rôle du maire en cas de canicule.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle