Carole Delga, nouveau porte-drapeau des régions… et de la décentralisation

Les présidents de région ont porté ce 9 juillet la socialiste Carole Delga à la tête de leur association, Régions de France. A l'approche des élections présidentielles, ils vont continuer de réclamer haut et fort un renforcement de la décentralisation en France.

Passage de témoin au sein des instances dirigeantes de Régions de France. Après les élections des 20 et 27 juin, au terme desquelles les présidents de région sortants ont tous été reconduits en métropole (voir notre article du 2 juillet), la présidente socialiste de la région Occitanie succède pour trois ans à Renaud Muselier aux commandes de l'association qui fédère les présidents de région. Le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur reste toutefois dans l'exécutif de l'association, puisqu'il en sera le président délégué durant les trois prochaines années.
Grâce à cette élection, l'ancienne secrétaire d'Etat du gouvernement Valls devient la première femme à présider l'une des trois principales associations d'élus nationales - Association des maires de France, Assemblée des départements de France, Régions de France.
Les 18 présidents et présidentes de région ont voté "à l'unanimité" pour ce tandem, lors d'une réunion au siège parisien de l'association. Mais sachant que la droite et la gauche détiennent le même nombre de régions, Carole Delga cédera dans trois ans la présidence à Hervé Morin. Le patron centriste de la région Normandie a déjà exercé la présidence de Régions de France durant près de deux ans. En novembre 2019, il avait passé le relais à Renaud Muselier. Au moment où il retrouvera la présidence de l'association, Carole Delga deviendra présidente déléguée. 

Collectif

Cette élection à l'unanimité "démontre la cohésion, la force de notre collectif", a commenté la nouvelle présidente de Régions de France lors d'une conférence de presse. Une équipe au complet, puisque les présidents déjà en lice pour l'élection présidentielle (Xavier Bertrand), ou qui sont de possibles candidats (Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse) en "sont vraiment partie prenante". "Ils ont voté… ils sont dans cette dynamique collective", a insisté la présidente de Régions de France.
"Nous sommes dans un jeu collectif (…), immédiatement opérationnels (…) sur de grands chantiers qui arrivent devant nous : des contrats de plan à mettre en place, la crise sanitaire, la crise économique potentielle, la vaccination immédiate, le traitement de nos trains, les moyens financiers…", a déclaré pour sa part Renaud Muselier. Parmi les enjeux à venir, le président délégué a aussi cité la prochaine élection présidentielle. Avec, sur ce sujet, "une ligne qui est très claire sur la décentralisation". "Tous profondément attachés" à celle-ci, les présidents de région revendiquent non pas "une étape", mais "une nouvelle décentralisation", a souligné Carole Delga.

Livre blanc

En la matière, Régions de France fera "des propositions concrètes" aux candidats à la présidence de la République. A l'automne, elle publiera un livre blanc, qui proposera de "faire évoluer les missions des régions", afin que celles-ci puissent "répondre de manière beaucoup plus opérationnelle" et "réactive". "Ce travail, nous allons le mener aussi dans le cadre de Territoires unis", donc en partenariat avec l'Assemblée des départements de France et l'Association des maires de France, a précisé la nouvelle présidente. 
Elle a aussi annoncé un "travail" sur les territoires d'outre-mer et la Corse. "Nous allons proposer au gouvernement qu'il y ait un travail sur une autonomie progressive" pour l'île de Beauté, mais au sein d'une "République une et indivisible", a-t-elle dit. En attendant, avec ses collègues, Carole Delga sera vigilante lors de l'examen du projet de loi sur la décentralisation qui a débuté cette semaine au Sénat. Elle appelle au maintien des équilibres établis par la loi sur l'organisation territoriale (Notr) d'août 2015. "Nos concitoyens ont besoin de visibilité", explique Régions de France dans un communiqué.
Par ailleurs, à l'unanimité, les présidents de région ont appelé le gouvernement à mettre en place une campagne de communication nationale pour promouvoir la vaccination contre le Covid-19 et sensibiliser les jeunes à cet enjeu.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle