Cendras valorise son bois communal pour construire un pôle santé (30)

Pin maritime pour la structure et Douglas pour un parement extérieur sans traitement, Cendras a composé avec les ressources de sa forêt communale pour construire une nouvelle maison des professionnels de santé, inaugurée en 2018. L’occasion de prouver les qualités mécaniques du Pin maritime et d’illustrer la faisabilité d’un circuit court pour la valorisation du bois des communes cévenoles, du choix des arbres jusqu’à la construction.

Inauguré en septembre 2018, le pôle santé de Cendras (30) a été conçu avec des bois provenant de la forêt communale. 33 m³ de Pin maritime majoritairement issus du massif (complété par des arbres abattus dans une forêt proche à Saint-Martin-de-Boubaux) ont ainsi été utilisés pour réaliser la structure de ce bâtiment de 216 m² de plain-pied. 11 m³ de Douglas local ont par ailleurs servi au parement extérieur. La commune gardoise de 1.286 hectares compte près de 85 % de sa surface en forêt, dont la valorisation peine à se diversifier. « À l’occasion de ce projet, nous avons voulu montrer que le Pin maritime offrait de bonnes qualités mécaniques, trop peu connues, afin de stimuler d’autres filières locales que le bois-énergie », explique le maire de Cendras, Sylvain André.

Des formats courts

« L’ancien cabinet médical ne répondait pas aux exigences en matière d’accueil des personnes à mobilité réduite. Nous savions par ailleurs que d’autres professionnels souhaitaient s’installer à Cendras. Nous nous sommes donc orientés vers un projet de maison des professionnels de santé, avec la volonté d’en faire un projet vertueux sur le plan environnemental et économique », poursuit le maire.

Accompagné par l’Office national des forêts (ONF) et Les collectivités forestières Occitanie, l’équipe d’élus va imaginer un projet en cohérence avec ses ressources locales. Au sein de la forêt, les espaces plantés en Pin maritime, destiné historiquement à l’activité minière, n’ont jamais vraiment été cultivés ; ils ne comptent par conséquent qu’une minorité d’arbres rectilignes susceptibles de fournir des poutres de longue portée pour la structure d’un bâtiment. Le cabinet de maîtrise d’œuvre AJM architecture du Vigan, auquel a été confié le projet du pôle santé, a donc dû adapter sa conception en fonction des formats réduits qui lui étaient offerts. Le Syndicat des Hautes Vallées Cévenoles a également beaucoup oeuvré au montage du projet.

Un coût compétitif

Une fois le bâtiment dessiné, l’exploitation du bois a ensuite associé des acteurs locaux, selon les souhaits de la commune. Une fois les arbres repérés et martelés dans la forêt par le chantier d’insertion Les jardins du Galeizon et l’ONF, la scierie Nogaret, située dans la commune, a coupé les 400 m³ de bois nécessaire au projet. Après avoir été séché, raboté et traité préventivement contre les attaques d’insectes xylophages à la scierie, le bois a été taillé et la structure assemblée par l’entreprise de charpente Atout bois de cœur, localisée dans la commune proche de Bessèges. Le Douglas a quant à lui été choisi pour sa résistance en conditions extérieures, « ce qui permet d’éviter les traitements futurs », précise Sylvain André. Le bois non utilisé pour la structure ou le parement (90 % du volume) a été vendu à des fabricants de pâte à papier ou conservé pour alimenter en copeaux de bois la chaufferie communale (85 kW), desservant par un réseau de chaleur la mairie et d’autres bâtiments. Le pôle santé a quant à lui été équipé d’une petite chaudière à granulés de bois.

Gérer autrement

De cette expérience, marquée par la difficulté à trouver des arbres droits adaptés à la construction, Sylvain André retient qu’il « vaut mieux gérer la forêt communale » dans la perspective de ses usages. Face au constat « que la forêt est de plus en plus abandonnée » dans ce territoire cévenol, les élus de Cendras ont décidé d’acquérir 13 ha de bois supplémentaires auprès de propriétaires privés « qui n’entretiennent pas leur forêt », afin de favoriser l’émergence d’une filière en circuit court de bois. « Le changement climatique et l’érosion de la biodiversité nous obligent à repenser nos modes de gestion : pas de coupe à blanc, des mélanges d’essences adaptées plutôt que la monoculture. Il faut trouver le juste milieu, entre économie et gestion durable », conclue Sylvain André.

Aujourd’hui, deux médecins généralistes, un pédiatre, un kinésithérapeute ainsi qu’un cabinet d’infirmières occupent le pôle santé de Cendras.

Le financement du projet

Construit pour un coût de 1.754 € le m², le pôle santé de Cendras n’a pas généré « de réel surcoût par rapport à un projet sans bois », note Sylvain André, le maire de la commune.

 

Coût d’investissement (pôle santé + voirie et parking) : 647.477 € HT, dont 378.877 € HT pour le pôle santé

Aides à l’investissement :

  • Dotation d’équipement des territoires ruraux : 135.802 €
  • Région Occitanie : 37.380 €
  • Conseil départemental du Gard : 28.625 €

Emprunt : 374.000 € sur 20 ans, remboursé par les loyers des professionnels de santé.

Commune de Cendras

Nombre d'habitants :

1856
place Roger Assenat
30480 Cendras
mairie-cendras@wanadoo.fr

Sylvain André

Maire