Grenelle de l'environnement - Cinq régions volontaires pour développer les métiers de la croissance verte

Cinq régions se sont portées volontaires pour développer les métiers de la croissance verte, a indiqué la secrétaire d'Etat au Développement durable Valérie Létard, jeudi 10 juin, en inaugurant le salon "Objectif plein emploi en France". Il s'agit de l'Alsace, de la Corse, du Nord-Pas-de-Calais, des Pays-de-la-Loire et de la Réunion. L'expérimentation s'inscrit dans le cadre du plan de mobilisation des territoires et des filières lancé en janvier dernier et issu du Grenelle de l'environnement. La secrétaire d'Etat a profité de l'occasion pour rappeler le rôle des régions en matière de formation professionnelle : "C'est avec elle que sera enclenchée une dynamique efficace inspirée par l'expérience de terrain", a-t-elle insisté. Pour accomplir sa tâche, chaque région pourra disposer d'un observatoire régional des emplois et des formations de la croissance verte, en lien avec l'observatoire national. L'idée est d'établir "un diagnostic régional" des emplois de la croissance verte dans les territoires et bassins d'emplois prioritaires et de "favoriser des projets territoriaux à caractère innovant", précisent un communiqué du secrétariat d'Etat. Les cinq régions travailleront chacune dans les domaines de leur choix : l'efficacité énergétique l'agriculture et l'automobile pour l'Alsace, les métiers de la mer, la protection de la biodiversité, le tourisme, les métiers de la forêt pour la Corse, l'efficacité énergétique, le recyclage et la déconstruction ainsi que les transports pour le Nord-Pas-de-Calais. Les Pays-de-la-Loire se pencheront sur l'agriculture, les énergies renouvelables et la déconstruction. Quant à la Réunion, elle privilégiera le tourisme durable, la biodiversité, les énergies renouvelables et l'agriculture.
Un appel à projet sera lancé en septembre prochain pour les autres régions.

Selon Valérie Létard, le développement des 11 filières identifiées dans le plan pourraient représenter 600.000 emplois dans les dix ans à venir. Ce qui, en termes de formation, va nécessiter un effort considérable, a récemment alerté le Conseil d'orientation pour l'emploi. Rien que dans le bâtiment, 360.000 personnes, dont 70.000 jeunes, vont devoir être formées chaque année.
 

M.T.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle