Loisirs - Colonies et centres de loisirs au centre de la politique de jeunesse voulue par Valérie Fourneyron

"Face à la situation sociale, il y a urgence à agir en associant toutes celles et tous ceux qui le souhaitent pour (...) transformer les habitudes et construire un travail collectif avec nos partenaires que sont les collectivités territoriales, les associations, les jeunes eux-mêmes." Cette déclaration de Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l'Education populaire et de la Vie associative, avait pour cadre la visite d'un accueil collectif pour mineurs à Saint-Etienne, vendredi 13 juillet. "Le temps de loisir de chaque enfant, c'est quantitativement le temps le plus important, a ajouté la ministre. L'enfant passe chaque année 1.000 heures à l'école, mais il dispose de 2.000 heures de loisirs. Les inégalités d'accès aux pratiques de loisirs culturelles ou sportives sont considérables, ces inégalités sont plus fortes que celles du temps de l'école. Il est donc primordial que nous agissions sur ce temps en accompagnement des familles."
Durant l'année scolaire 2010-11, plus de 1,4 million de jeunes (enfants et adolescents) sont partis dans 44.100 séjours de vacances avec hébergement, et 34.500 accueils de loisirs sans hébergement ont permis à près de 2,2 millions de mineurs de participer à des activités près de chez eux. Les départements qui enregistrent les plus forts départs en vacances sont les plus fortement urbanisés, en particulier l'Ile-de-France. Les départements d'accueil sont, quant à eux, situés dans les zones à forte attractivité : montagne ou bord de mer. Plus de 80% des séjours de vacances se déroulent en France. Les destinations les plus fréquentées à l'étranger sont liées à la proximité et/ou à l'intérêt linguistique du pays. En juillet et août, plus de 30.000 séjours avec hébergement sont organisés en France, qui accueillent près de un million de jeunes. Toujours au cours de l'été, plus de 1,5 million de jeunes sont accueillis dans quelque 23.000 centres de loisirs.
Pour Valérie Fourneyron, ces accueils collectifs de mineurs "sont des acteurs éducatifs à part entière. Ils sont une parfaite illustration de ce qu'est l'éducation populaire : une autre façon d'apprendre, complémentaire à l'école mais différente dans ses objectifs et ses méthodes". La ministre de la Jeunesse a donc fait des propositions au Premier ministre "dans l'idée de mettre en œuvre une véritable politique de jeunesse intégrée, transversale et coconstruite". Pour autant, elle "ne souhaite pas rentrer dans une énième période de consultation large de laquelle débouchera un nouveau rapport qui ne différera en rien des précédents". "Nous ne sommes plus dans le temps du constat, celui-ci est partagé, mais dans le temps de l'action", a-t-elle conclu.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle