Conserverie itinérante et solidaire pour consommer des légumes locaux (26)

Publié le
par
Delphine Lethu
dans

Développement économique

Smart city

Drôme

1.800 kg de fruits et légumes bio et locaux mis en pot. C'est la production de la conserverie mobile et solidaire de Romans-sur-Isère depuis 2017. Le principe : récupérer les surplus des agriculteurs du territoire, les cuisiner et les transformer sous forme de conserves, par et pour les habitants des quartiers. Une initiative lancée par trois maisons de quartier.

La communauté d’agglomération Valence Romans Agglo (54 communes, 217.000 habitants) est un territoire maraîcher et fruitier où l'agriculture biologique est très présente. À 30 km au nord de Valence, l’espace de vie sociale la Coopération, qui réunit trois maisons de quartiers de la ville de Romans-sur-Isère, pilote depuis 2014 un projet une conserverie mobile et solidaire avec le soutien de la communauté d’agglomération. "Mise en œuvre depuis 2017, cette initiative concourt à l’ancrage local des activités agricoles, au renforcement du lien ville-campagne, à des pratiques solidaires autour d’enjeux environnementaux et de santé", explique le vice-président en charge de l’aménagement du territoire de Valence Romans agglo, Fabrice Larue. Retour sur cette opération qui fait ses preuves.

Laboratoire de transformation mobile

En 2014, les maisons de quartier de Romans-sur-Isère engagées dans un projet sur l'alimentation créent un réseau d'une trentaine de producteurs bio locaux pour récupérer leurs invendus ou les produits déclassés. Très vite, le projet s'oriente vers la transformation en conserves. "C’est une méthode peu énergivore et qui conserve les qualités nutritionnelles du produit, explique le directeur des maisons de quartier, Jean-Marc Reverbel. Nous avons opté pour une conserverie mobile car il n’y avait pas d’atelier de transformation sur le territoire." En 2016, la structure collective la Coopération acquiert un camion d'occasion et l’équipe d’une légumerie, d’un espace de transformation et d’un autoclave (stérilisateur à vapeur). 4.000 pots en verre sont achetés. Depuis 2017, la conserverie a mis en pot 1.800 kg de fruits et légumes, représentant environ 450 conserves.

Deux postes financés par le programme Leader

Le projet bénéficie du soutien financier du programme Leader pour le fonctionnement et l'animation, de la CAF et de fondations privées pour l’investissement (voir encadré Budget). En 2017, la Coopération recrute deux personnes : une coordinatrice et un agent conserveur. Ce dernier, formé dans un lycée agricole et habilité pour la fabrication de conserves, est également chargé des contacts avec les producteurs, du suivi de l'opération et de l'encadrement des équipes de bénévoles, ainsi que de l'entretien du véhicule.

Fort impact social

Les produits, apportés par les maraîchers biologiques ou cueillis directement chez les producteurs, sont transformés sur les places de quartier ou au bout des champs : jusqu'à 25 personnes, habitants volontaires mobilisés pour quelques heures, travaillent dans et autour du camion.  Les conserves sont proposées dans l’épicerie sociale, la P'tite Coopé, présente dans les trois maisons de quartiers. Elles ne sont pas vendues, mais échangées contre la monnaie locale, le tic-tac, basée sur le temps : le coût des conserves est calculé en fonction du temps passé à les fabriquer. Quant aux personnes qui participent à la production, elles gagnent des tic-tacs. En revanche, les pots sont consignés en euros. En 2017, la conserverie mobile a reçu le trophée de l'innovation sociale de la chambre régionale de l'économie sociale et solidaire.

Et des perspectives élargies

En juin 2018, le processus de la conserverie a fait l'objet d'une évaluation partagée avec des habitants, des producteurs, des collectivités territoriales. "Partant de cette envie d’échanger, la Coopération impulse la création du cluster d’innovation responsable, sociale et environnementale." Par ailleurs, en 2019, Valence Romans Agglo finance une étude d'opportunité sur l'intérêt de l’outil pour soutenir le développement des producteurs locaux. Opération à suivre !  

Budget

La "conserverie mobile" représente un investissement d’environ 55.000 € TTC dont 7.000 € pour l'achat de l'autoclave, 4.000 € d'achat de matériel (bocaux, ustensiles...) et 3.000 € de formation. Le coût annuel de fonctionnement est d’environ 48.000 euros dont 25.000 € pour les charges de personnel, amortissement véhicule et matériel (8.000 €), petits équipements (3.000 €). Le projet bénéficie du soutien financier  du programme Leader (22.000 €) pour le fonctionnement et l'animation, de la CAF (3.000 €), de fondations (8.000 €).

La Coopération : une structure associant trois maisons de quartier

Les maisons de quartier de Romans-sur-Isère sont trois structures associatives distinctes, chacune agréée en tant que centre social. Deux sont implantées sur des quartiers prioritaires et la troisième sur un quartier résidentiel en développement. Travaillant à un socle commun à partir de 2014, elles ont formé une structure collective nommée la Coopération qui a reçu l’agrément "espace de vie sociale" en 2018. Les trois structures représentent  370 adhérents, plus de 80 bénévoles engagés durablement et 24 salariés permanents.

Valence Romans agglo

Nombre d'habitants :

217000

Nombre de communes :

54
1 Place Jacques Brel
26000 Valence

Fabrice Larue

Vice-président à l’aménagement du territoire

La Coopération - Maisons de quartier de Romans-sur-Isère

14 place du Chapitre
26100 Romans-sur-Isère

Jean-Marc Reverbel

Directeur

Mariane Roy

Animatrice coordinatrice de la conserverie mobile
Haut de page