Hérault

Contrat local de santé : impliquer les acteurs sur la durée (34)

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Le syndicat mixte du Pays Coeur d'Hérault a mobilisé un large panel d'acteurs autour de son premier contrat local de santé (CLS), signé en mars 2013, au terme de deux années de travail. Le CLS puise ses racines dans un réseau de santé lancé en 2003, qui s’est progressivement étoffé au fil des ans.

Si le nombre de signataires du contrat local de santé (CLS) du Syndicat mixte (Sydel) du Pays Coeur d’Hérault (77 communes, 74.441 habitants) se limite à l'agence régionale de santé et au syndicat mixte, cela ne présume pas de la variété des partenaires impliqués dans l'élaboration et le déploiement de ce contrat de trois ans.

Le pays et ses partenaires : une expertise de terrain reconnue par l'ARS

"Les autres partenaires principaux sont associés au sein du comité technique de suivi, et sont engagés par le biais de la Charte de partenariat pour les professionnels libéraux", précise la chargée de mission santé du Sydel, Lauriane Cottel. Outre le Sydel et l'ARS, le comité technique de suivi réunit des élus des trois communautés de communes (Clermontais, Lodévois et Larzac, Vallée de l’Hérault), la préfecture, la région, le département, la caisse primaire d'assurance maladie, la CAF, la mutualité française, deux hôpitaux locaux et la mission locale, cette composition étant amenée à évoluer au fil des projets mis en place.
Ces partenaires sont bien connus du Pays qui, depuis 2003, s’implique dans de domaine de la santé : après avoir lancé un réseau Santé Jeunes, en liaison avec la mission locale du Coeur d'Hérault, le projet local de santé s'est préoccupé de toute la population. A cet effet, en 2008, le Sydel s'est doté d'une commission santé qui réunit un très large panel de partenaires : ceux présents au comité technique de suivi comme les élus communautaires, la CAF, l'Etat via la sous-préfecture, mais également le CHRU de Montpellier, les hôpitaux de Lodève et de Clermont-l'Hérault, la clinique du Souffle de Lodève, une association d'usagers, le conseil général, les professionnels libéraux, la PMI, la mission locale Jeunes du Cœur d’Hérault, etc. Ce travail de longue haleine a structuré une expertise de terrain, reconnue par l'ARS, et a permis de définir et d’intégrer dans le contrat local de santé des priorités partagés par tous.

Avec le CLS, le réseau élargit encore ses partenariats

Ce réseau local de partenaires historiques sur lequel le CLS s'est appuyé va être encore élargi dès 2013, ainsi que l'explique la chargée de mission. Car le CLS se décline en groupes de travail dont la composition varie suivant le thème. Ainsi le groupe de travail "Nutrition" intègre des médecins de PMI, des assistantes maternelles, des crèches, mais aussi des sages-femmes libérales au sein du sous-groupe dédié soutien à l'allaitement. Autre exemple : sur la question de l'accès aux droits, "nous avons intégré les CCAS, la MSA, et nous aimerions associer les secrétaires de mairie des petites communes", explique la chargée de mission santé du Sydel. De son côté, l'ARS facilite la mise en relation avec des associations avec qui le Sydel travaillait peu jusqu’alors (IREPS, Réseau Naître et Grandir…).

Vigilance sur le syndrome "usine à gaz"

Pour éviter la saturation née d'une démultiplication de réunions - et réduire les risques de démobilisation et le syndrome "usine à gaz" - le Sydel veille à limiter la fréquence de ces réunions et à rester souple sur leur programmation. A cet effet par exemple, pour fixer une date susceptible de réunir le maximum de participants, l’animateur utilise notamment un outil de planification informatique (Doodle) qui permet de proposer des dates et de recueillir via internet les préférences de chacun. Pour toucher certaines professions, comme les libéraux, "nous savons aussi qu'il faut aller vers eux, et ne pas imposer de réunion dans un lieu et à une date qu'ils n'auraient pas choisi, souligne la chargée de mission santé du Sydel.

Des projets partagés et des délais raisonnables

"Nous rencontrons très peu de réticences parce que nous travaillons sur des thématiques construites avec les acteurs de terrain. Avec comme objectif des actions concrètes, qui peuvent aboutir dans un délai relativement court : comme la maison médicale de garde, et prochainement une unité mobile de l'urgence et de la permanence des soins qui sera coordonnée par des médecins libéraux, le Sdis et le Samu." En parallèle, le Sydel continue à faire vivre sa commission de santé. "Elle est importante parce qu'elle nous permet de faire circuler l'information sur les actions du CLS auprès de tous les acteurs et recueillir leurs avis, même s'ils n’y sont pas directement engagés", souligne la chargée de mission. Preuve que la santé s'entend ici sous son sens le plus large.

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Syndicat mixte du Pays Coeur d'Hérault (Sydel)

18 avenue Raymond-Lacombe
34800 Clermont-l'Hérault
04 67 44 39 74
04 67 44 38 97
contact@coeur-herault.fr
Nombre d'habitants : 80000
Nombre de communes : 77
Nom de la commune la plus peuplée : Clermont-l'Hérault (7757 hab.)

Louis Villaret

Président du Sydel

Guy Lassalvy

Président de la commission santé

Lauriane Cottel

Chargée de mission santé
lauriane.cottel@coeur-herault.fr
Haut de page