Maine-et-Loire

Dans le Maine et Loire, les collectivités densifient les zones d'habitat

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Depuis 2008, le conseil général du Maine et Loire accompagne les intercommunalités dans leur projets locaux pour l’habitat. Le dispositif « habiter autrement pour un urbanisme durable » permet aux élus de créer de nouvelles zones d'habitat économes en espace.

En deux ans, vingt-huit des trente communautés du Maine-et-Loire ont intégré à leurs projets urbains les orientations du plan départemental de l'habitat (PDH) adopté en 2008 par le conseil général. Pour ce faire, elles ont signé un contrat de territoire avec le département et acquis la compétence habitat. Vingt-cinq communautés ont ainsi mis en œuvre le dispositif "habiter autrement pour un urbanisme durable", qui leur permet de guider leurs communes membres dans l'aménagement de nouvelles zones d'habitat. "Ce dispositif veut favoriser la mise en pratique des objectifs affichés dans les PLH (plan local de l’habitat), en conseillant les élus lors de l'aménagement de nouvelles zones d'habitat, notamment sur la manière d’économiser l'espace et d’offrir une diversité d'habitat à coûts maîtrisés", explique Laurent Colobert, responsable du service habitat au conseil général du Maine-et-Loire.

De nouvelles zones d'habitat dessinées par les élus


Chaque communauté présente son projet au conseil général, où un jury, présidé par le vice-président, l'évalue en fonction de trois critères : ampleur minimale, implantation géographique dans la continuité de l'espace urbain, et conformité aux enjeux du PDH. Dès que le conseil général a validé le choix de la communauté, les élus peuvent préciser le projet en suivant une approche environnementale, et en respectant les objectifs du PDH. Ensuite, un concours d'urbanisme durable est organisé afin de choisir les équipes qui élaboreront le projet définitif sur la base de la proposition des élus. Pour une quinzaine de projets, l'organisation du concours coûte environ 100.000 euros par an au département.

Un accompagnement au plus près des spécificités de chaque collectivité


La démarche pédagogique est entièrement portée par le conseil général. C’est une des conditions de réussite du dispositif, estime le responsable du service habitat. "L’une des solutions aurait pu être de financer des tiers pour accompagner les collectivités. Si telle avait été l’option, seulement quelques contrats de territoire seraient aujourd'hui signés. Le choix a été différent : le service habitat du conseil général a été étoffé afin d’élaborer une méthode qui tienne compte de la spécificité de chaque collectivité. Parallèlement, le département s’appuie sur des structures spécialisées".


Tout au long du dispositif, les élus bénéficient de l'expertise du département grâce aux compétences du CAUE, de la société d’équipement du Maine-et-Loire (Sodemel), et de l'association Alisee (association pour la maîtrise de l'énergie et les énergies renouvelables en Pays-de-la-Loire). Chaque étape importante du projet donne lieu à un échange entre le département et les élus de la communauté. La première année, huit communes sont entrées dans cette démarche pédagogique ; dix-sept autres ont suivi en 2010, au nombre desquelles la commune de Botz en Mauges.

Botz en Mauges économise l’espace


Petite commune rurale de 784 habitants (en 2007), Botz en Mauges est située entre Nantes et Angers, à dix kilomètres au sud de la Loire. Elle fait partie des huit premières communes à avoir accepté l'accompagnement du département pour la création d'une zone d'habitat durable, composée de 50 logements répartis sur deux lieux, en centre bourg et en périphérie. L’un des principaux défis du projet consiste à concilier l’objectif de densification de l’habitat avec la qualité paysagère. Au centre bourg, les logements et leurs espaces extérieurs ont été réalisés séparément : des maisons de ville individuelles mitoyennes, construites sur de petites parcelles, disposent à proximité d'anciens jardins familiaux à usage collectif. Sur une friche industrielle proche, une ancienne usine a été transformée en bibliothèque, entourée de plusieurs jardins à thèmes (jardin du parvis minéral, jardin des graminées…). Sur la zone périphérique, où le bâti était moins dense, des logements collectifs et groupés (maisons partagées en appartements avec accès individualisés) ont été érigés sur des parcelles plus grandes (500 à 1500m²).

Alors qu'habituellement les opérations de logement sur la commune avoisinaient une densité de huit unités à l'hectare, le centre bourg accueille maintenant quatorze logements sur la même surface, et l'espace périphérique dix logements. Sur l'ensemble de la nouvelle zone, en cours de commercialisation courant 2010, la proportion de logements individuels est passée de 95 à 68% ; à ce dernier chiffre, s'ajoutent 25% de logements groupés et 7% de logements collectifs.

Myriam Journey, Agence Traverse, pour la rubrique Expériences du site www.mairieconseils.net
 

Contact(s)

Conseil général du Maine-et-Loire - DGA développement social et solidarité

Service habitat et cohésion sociale - 26 ter rue de Brissac
49047 Angers cedex 01
Nombre d'habitants : 800000

Christian Gillet

vice président

Laurent Colobert

Chef du service habitat et cohésion sociale
l.colobert@cg49.fr

Accompagner vos transformations

La transformation du secteur à travers les réformes engagées par les pouvoirs publics vous impacte et vous amène à évoluer

Haut de page