Des artistes au coeur d'un projet urbain (79)

Publié le
dans

Organisation territoriale, élus et institutions

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Deux-Sèvres

Petite commune des Deux-Sèvres, Mazières-en-Gâtine fut longtemps traversée par une route à grande circulation. Lorsque les nuisances devinrent trop fortes, une déviation fut créée. Elle bouleverse la vie du village et amène les élus à innover. Afin d'associer les Mazièrois au projet de requalification, des artistes sont mobilisés aux côtés des techniciens, la population se prête au jeu.

Il y a 40 ans, quand il fut pour la première fois question de détourner la D 743 du village de Mazières-en-Gâtine (1.000 habitants), il y eut une levée de bouclier. La route irriguait le commerce local et les habitants entendaient bien la conserver. Puis elle passa de deux à trois voies, avec un flux de 10.000 véhicules jour ! Les nuisances devenant insupportables, le consensus se fait sur son détournement. Il s'agit d'un énorme chantier qui dure de 2006 à 2008. 42 hectares d’emprise de terres agricoles sont mobilisés et personne ne doute que les habitants du village vont devoir apprendre à vivre autrement.

Cahier des charges : rédaction à six mains !

Nicole Fortuné, maire de Mazières-en-Gâtine, se félicite d'avoir tout de suite trouvé des appuis pour mener à bien cette opération de requalification urbaine "Nous avons écrit notre cahier des charges à six mains avec les services de la région, du conseil général, de la DDE (aujourd'hui DDT), le conseil d'architecture d'urbanisme et d'environnement et le pays de Gâtine. Un cabinet a été mandaté suite à un appel d'offres. Enfin, pour créer du lien social, nous nous sommes adjoints un collectif d'artistes qui a accompagné la requalification." L'intervention du collectif se décline en quatre phases, subventionnées pour moitié par le ministère de la Culture. La commune retient les trois premières pour un investissement de 16.000 euros.

Des rencontres artistes, Mazièroises et Mazièrois

En 2009, la commune met un local, en centre bourg, à la disposition des artistes qui y viennent en résidence par période de 6 mois. Ceux-ci interrogent les habitants et créent des photomontages pour révéler les situations et les diverses options possibles : l'un d'eux ajoute un porche à la façade de la mairie afin de donner accès aux terrains délaissés qui se trouvent derrière ; un autre habille de neuf l'endroit où se retrouvent les jeunes ; un troisième plante un belvédère au sommet de l'ancien château d'eau afin de donner accès aux espaces cachés qui se trouvent derrière... Les artistes proposent également des animations et des rencontres lors des divers "ateliers d'urbanisme utopique" qui se déroulent sous diverses formes, par exemple d’un pique-nique sur la route. C’est l’occasion pour les habitants de participer à différents projets de photos géantes, comme cette "photo de famille" qui rassemble 450 personnes sur la place centrale.

Apprentissage de la démocratie participative

Inviter les habitants à donner leur avis n’est pas sans risque. Les avis étaient forts divergeant par exemple à propos du devenir du château d'eau désaffecté qui surplombe le village : pour les uns il s'agit d'un élément patrimonial incontournable ; pour les autres d'une "verrue" qu'il importe de raser au plus vite... "Favoriser l'expression des habitants implique d'apprendre la tolérance et le respect de l'autre, c'est un premier pas vers le mieux-vivre ensemble. Nous avons mis l'humain au centre de nos politiques communales, explique Nicole Fortuné, et cela nous a assez réussis. Il faut continuer dans cette voie."

S'associer une animatrice socioculturelle

Quatre ans après la mise en service de la déviation, tout n'est pas réglé mais les liens entre les habitants se sont renforcés. Prolongeant l'action du collectif d’artistes, une animatrice socioculturelle a été associée à l’étude de programmation des bâtiments publics. Parallèlement au travail "technique" d'état des lieux, elle conduit une analyse des besoins sociaux, cherche à savoir comment les habitants voient l'utilisation des bâtiments et anime une réflexion pour coordonner et fédérer les associations autour de projets communs. Il s'agit d'une nouvelle forme de gouvernance qui permet à Mazières-en-Gâtine de se positionner comme une petite ville créative.

Luc Blanchard / Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info.
 

Commune de Mazières-en-Gâtine

Nombre d'habitants :

1000
Place des Marronniers
79310 Mazières-en-Gâtine

Nicole Fortuné

Maire
Haut de page