Haute-Loire

En Auvergne, les agriculteurs de l'Emblavez échangent leur terre

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Depuis plusieurs années, la communauté de communes de l'Emblavez (Haute-Loire) a mis en place un programme d'action pour améliorer les conditions de travail des exploitants et valoriser le paysage rural. En parallèle, elle participe à un dispositif d'échange de terres à l'amiable entre propriétaires de parcelles et agriculteurs.

A la fin des années 1990, les agriculteurs de l'Emblavez se rapprochent spontanément pour créer un groupement de développement agricole (GDA). "Emblavez signifie 'terre à blé', du nom de la plaine centrale d'un territoire qui compte plus de 300 exploitations agricoles, dont les deux tiers sont professionnelles", souligne Jean-Paul Beaumel, président de la communauté de communes de l'Emblavez et maire de Lavoûte-sur-Loire. Le GDA reçoit le soutien de la chambre d'agriculture, de l'association départementale pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles (Adasea) et de la communauté de communes de l'Emblavez (onze communes, 8.200 habitants). En plus d'un soutien financier, l'intercommunalité a mobilisé les exploitants en organisant des réunions à partir de 1998, afin d'élaborer un programme d'actions commun.

Ramassage des plastiques agricoles

Ainsi, dans le cadre du volet agricole du contrat régional de pays, la communauté de communes a piloté la mise en oeuvre de plusieurs réalisations : amélioration de l'abord de fermes, ramassage des plastiques agricoles, organisation d'une fête annuelle. Chaque année, "le dimanche à la ferme" rassemblait touristes et habitants pour un circuit itinérant autour des fermes de l'espace communautaire et mettait ainsi en valeur la variété des savoir-faire locaux. "L'Emblavez est certes une région agricole, mais elle accueille aussi beaucoup de touristes. C'est pour cela que nous avons incité les exploitants à entretenir leur exploitation et que nous avons longtemps financé le ramassage des plastiques agricoles", souligne Jean-Paul Beaumel. Parfois peu sensibles à cet intérêt touristique, les agriculteurs laissaient des amas de ferraille et négligeaient souvent l'aspect esthétique de leurs fermes. C'est grâce à des aides du département et de la région que l'intercommunalité a pu assurer le ramassage des plastiques et les recycler. Aujourd'hui, faute de nouveaux financements, elle sera seule à assumer cette dépense : "Nous allons continuer, car si les agriculteurs ne sont pas aidés, il se peut qu'on retrouve des bidons et des bâches un peu partout. Ce serait un pas en arrière désolant", estime le président de la communauté. Dans la continuité de ces premières actions, l'intercommunalité est sollicitée en 2004 par les agriculteurs en vue d'améliorer les conditions d'exploitation et d'initier une restructuration foncière.

L'échange des terres à l'amiable

"Les parcelles des exploitations agricoles sont extrêmement morcelées et dispersées. Les cultivateurs sont à la fois confrontés à des problèmes de gestion et de condition de travail. Cela augmente les temps de travaux, les coûts de mécanisation et de production", explique Jean-Paul Bertrand, directeur de l'Adasea. "Les opérations de remembrement foncier sont délicates et beaucoup ne pouvaient pas vendre à un bon prix." D'où l'idée initiée par une commune membre de créer un dispositif d'échange des parcelles entre les exploitants afin d'agrandir les surfaces cultivables et de faciliter ainsi le travail de la terre. Une fois approuvé en conseil communautaire, le projet bénéficie de financements du conseil général. Ce dernier a mandaté l'Adasea pour mettre en oeuvre cette démarche grâce à ses compétences dans la gestion du foncier agricole. La communauté de communes de l'Emblavez joue aussi un grand rôle dans le déploiement du dispositif. "Elle exerce à la fois un travail d'animation et de médiation : en plus de sensibiliser les maires à l'intérêt de cette démarche, elle doit rassurer les propriétaires pour mener à bien nos efforts de contractualisation entre ces derniers et les exploitants", précise Jean-Paul Bertand. En tant que mandataire, l'Adasea a d'abord fait un travail de cartographie des parcelles à l'aide d'un système d'information géographique, afin de réaliser des projets d'échanges. Cet outil permet également d'actualiser les affectations foncières et de visualiser les différents engagements environnementaux des parcelles.

160 hectares de parcelles réunis

En tout, soixante-dix personnes (propriétaires et agriculteurs) participent à ce programme d'échange, soit près de 140 exploitations agricoles. Depuis 2007, 160 hectares de parcelles sur six communes ont ainsi été réunis. L'objectif étant d'atteindre 300 hectares. Les bénéficiaires sont en général satisfaits de l'opération. "C'est une démarche qui s'étale sur plusieurs années car nous faisons face à des résistances d'origines diverses", souligne Jean-Paul Bertrand. Parmi celles-ci figurent les mesures agri-environnementales (MAE) : les parcelles sous contrat MAE ne sont pas échangeables facilement car le futur exploitant devra respecter le cahier des charges en vigueur, sous peine de devoir rembourser les aides perçues. Le bon fonctionnement de ce programme dépend de la relation entre le propriétaire de la parcelle et l'exploitant signataire du contrat d'échange : "Quand tout se passe bien, on a généralement peu de retour. Mais beaucoup de propriétaires et d'exploitants demeurent méfiants : nombre d'entre eux restent réservés et ne veulent pas communiquer à qui ils pensent céder leurs parcelles, d'autres comprennent mal la démarche et vivent cela comme une agression", explique Jean-Paul Bertrand. Alors que les personnes parties travailler en ville répondent volontiers à cette proposition de fermage, les propriétaires encore résidants restent plus prudents et ne souhaitent pas échanger avec n'importe quel cultivateur. En parallèle de ces échanges fonciers, les deux partenaires veillent au respect de l'environnement : en effet, la majeure partie du périmètre communautaire est située en zone Natura 2000.

Laura Henimann / PCA

Contact(s)

Communauté de communes de l'Emblavez

Place Henri-Champagnac
43800 Vorey
04 71 03 79 72
04 71 03 40 77
cc.emblavez@wanadoo.fr
Nombre d'habitants : 8000
Nombre de communes : 11

Jean-Paul Beaumel

président de la communauté de communes de l'Emblavez
jp.beaumel@wanadoo.fr
Haut de page