Meurthe-et-Moselle

En Lorraine, une intercommunalité lutte contre les violences intrafamiliales

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Vaste territoire accolé à l'agglomération nancéienne, le bassin de Pompey (13 communes, 41.000 habitants) fonde sa politique territoriale de sécurité sur une démarche de coproduction, "à la croisée de l’action judiciaire, pénale, médico-sociale et éducative". En 2003 la communauté crée un conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance (CISPD) qui réunit plus de soixante acteurs représentant l’État, les collectivités et la société civile. Trois ans plus tard, la lutte contre les violences intrafamiliales devient un objectif prioritaire.  

Premier constat : la dénégation et le sentiment de culpabilité des victimes entretiennent la spirale de la violence. Selon l’Association nationale des victimes de l'insécurité, une personne sur vingt seulement porte plainte. D’où le choix de la communauté de communes d'aborder le sujet lors d'actions généralistes de sensibilisation et de conseil, afin d’éviter la stigmatisation et faire en sorte que la parole se libère.

Lieu d’écoute et vigilance active

Concrètement, une permanence en conseil familial et conjugal est ouverte depuis 2008. Située entre une crèche et un lieu d'accueil parents-enfants, elle propose des consultations bimensuelles (16 heures/mois), gratuites et confidentielles. Si nécessaire, la conseillère se déplace dans les communes (CCAS), voire à domicile. En 2011, trente-trois personnes ont été rencontrées à une ou plusieurs reprises. Le coût annuel pour la collectivité est d'environ 6.000 euros et correspond aux vacations effectuées.
"Par ailleurs, la brigade intercommunale de police municipale (BIPM, créée en 2005) au cours de ses interventions en milieu scolaire sur les conduites citoyennes, évoque les violences, explique le chef du pôle Prévention et Sécurité à la communauté de communes. De manière générale, les cinq agents de la brigade restent vigilants dans toutes leurs activités. Par exemple, lors d'une mission de sensibilisation sur la sécurité routière en début d'année, un agent de la BIPM a recueilli le témoignage d'un jeune enfant présumé victime de violence."

Des formations pour mieux comprendre le mécanisme de la violence et le combattre

Si la violence est une notion connue, son processus et ses contours le sont moins (insultes, vexations...). Y compris pour les professionnels à même de rencontrer victimes et auteurs. En 2010, une vingtaine de volontaires (personnel communal, CCAS, animateurs, police municipale...) ont été formés sur trois jours par le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (Cediff). Le contenu a combiné aspects théoriques et conseils pratiques : ressorts et limites de la violence, reconnaissance des victimes, savoir écouter et orienter ou encore donner des conseils pratiques (départ du domicile). Cette formation a coûté 6.000 euros à la communauté de communes, qui a bénéficié d'un cofinancement du fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD). Lors de la prochaine session, le bassin de Pompey espère pouvoir mobiliser plus de professionnels, dont ceux de l'Education nationale et du secteur médical.

Pour aller plus loin...

La communauté de communes a plusieurs projets dans les cartons pour aller plus loin. Il s’agit d’abord de rendre accessible aux victimes de violence familiale les logements communaux d'urgence. Pour cela, les communes devraient faire évoluer leur actuelle définition de l'urgence en y intégrant les violences et développer une gestion mutualisée de leurs logements.
Un autre projet, moins abouti, consiste à créer sur le territoire un réseau de lutte contre les violences faites aux femmes, avec le concours de la délégation départementale aux droits des femmes et à l'égalité des chances. "Ce groupe devrait permettre de mettre en commun les informations détenues par chaque acteur, afin d'assurer un suivi permettant d'agir le plus précocement possible", souligne le chef de pôle Sécurité et Prévention de la délinquance.

Myriam Journet / Agence Traverse, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info


(1) Le bassin de Pompey a pu créer 5 postes pour monter en 2005 sa BIPM car la loi de 2007 obligeant la création d'une brigade intercommunale comme résultante de la mutualisation des brigades municipales n'était pas encore en vigueur.

 

Contact(s)

Communauté de communes du Bassin de Pompey

BP 60008- Rue des Quatre-Eléments
54340 Pompey
03 83 49 81 81
03 83 49 81 99
Nombre d'habitants : 40400
Nombre de communes : 13
Nom de la commune la plus peuplée : Champigneulles (6700 hab.)

Laurent Trogrlic

Président

David Arizzi

Chef de pôle Prévention et Sécurité
darizzi@cc-bassinpompey.fr
Haut de page