Orne

En matière d'insertion, la communauté urbaine d'Alençon fait dans la dentelle

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Tourisme, culture, loisirs

Dans le cadre de l'initiative européenne Equal 2002-2006, la communauté urbaine d'Alençon (Orne) a lancé un programme d'insertion professionnelle innovant en s'appuyant sur la promotion du patrimoine dentellier, le célèbre point d'Alençon. Elle a également conduit une série d'actions visant à mettre en valeur ce patrimoine. Depuis 2007, la "dentelle d'Alençon" est devenue une marque déposée.

Le projet "Renforcement du tissu socioculturel alençonnais à partir du redéploiement de savoir-faire traditionnels relevant du patrimoine dentellier", élaboré dans le cadre du programme européen Equal, répond à deux objectifs : la réinsertion de publics éloignés de l'emploi et la valorisation du point d'Alençon. "Pour pérenniser cet art, nous étions confrontés à un réel problème de transmission du savoir-faire dentellier : il n'existe aucun manuel, l'histoire et la gestuelle ne peuvent se restituer qu'à l'oral", explique Solange Perrot, responsable des affaires culturelles de la ville d'Alençon. "De plus, le nombre de dentellières à l'Atelier national du point d'Alençon est passé de douze à huit en quelques années." Porteuse du projet, l'agglomération s'est appuyée sur un grand nombre de partenaires réunis au sein d'un comité de pilotage dénommé "partenariat de développement" (PDD) et a bénéficié de différents soutiens financiers (1).

 

La dentelle sous toutes les coutures

De décembre 2002 à juin 2005, trois chantiers de formation de six mois chacun ont accueilli en tout près de cinquante stagiaires. Ils ont d'abord été sensibilisés à l'histoire et à la technique du point d'Alençon pour ensuite alterner stages en entreprise, cours de remise à niveau, modules de formation aux arts appliqués et travaux en ateliers.
Outre l'ornementation de six ronds-points, inspirée du motif dentellier, les stagiaires ont participé à la création d'un circuit d'interprétation en centre-ville et à l'exposition tactile "La Dentelle sur le bout des doigts", accessible aux publics mal et non-voyants."Les associations spécialisées dans l'insertion sociale ont trouvé dans ce programme l'opportunité de nouveaux supports intéressants  pour former et faire participer leur public adulte à certaines actions, souligne Solange Perrot. Ces chantiers ont permis aux participants de recréer du lien social et de reprendre un rythme actif. A l'issue des trois sessions de formation, 80% des bénéficiaires étaient dans une dynamique de retour à l'emploi : CDD, CDI, missions d'intérim ou formations qualifiantes." Au-delà des chantiers d'insertion professionnelle, le projet a aussi intégré des actions à vocation touristique : "Avec l'appui de deux cabinets de conseils alençonnais, onze personnes issues des 'pôles conférenciers' des musées ont suivi des formations d'une semaine, indique Solange Perrot. Nous avons aussi homogénéisé les dispositifs de visites guidées des musées en réalisant quarante-six fiches techniques." Par ailleurs, les ateliers cinéma de Basse-Normandie ont réalisé un film documentaire d'une dizaine de minutes, outil de mémoire diffusé au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle.
Enfin, l'opération a contribué au lancement d'une campagne de prises de vue des pièces de dentelles conservées au musée. Leur numérisation a ainsi permis de constituer une base documentaire utile au projet de création de produits dérivés "Dentelle d'Alençon" développé par la collectivité.

 

Inscription du point d'Alençon au patrimoine immatériel de l'Unesco

"Afin de protéger l'utilisation du point d'Alençon, nous avons élaboré une charte éthique applicable à toute création de produits dérivés", explique Solange Perrot. Sur sa lancée, la ville d'Alençon a procédé au dépôt de marque "Dentelle d'Alençon" en 2006 et lancé la fabrication d'une première gamme de produits dérivés papeterie. La même année, la dernière phase du programme Equal s'est clôturée par une série d'opérations de capitalisation et de communication. En mars, l'agglomération a organisé les premières rencontres professionnelles des acteurs de l'insertion et, en mai, elle a présenté à Bruxelles son expérimentation - sous le triptyque "Alençon-Dentelle-Insertion" - aux professionnels européens de l'emploi et de la formation. Récompensée en 2005 par le prix Territoria de l'Observatoire national de l'innovation publique, la collectivité continue à capitaliser sur son patrimoine dentellier. Elle sera d'ailleurs bientôt candidate au label Villes d'art et d'histoire et envisage aussi une demande d'inscription du point d'Alençon sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.

 

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

 

(1) Les co-réalisateurs réunis au sein du partenariat de développement (PDD) 2002-2005 sont les suivant :
- les collectivités et services : la communauté urbaine d'Alençon, la ville d'Alençon, le centre communal d'action sociale, la mission locale, l'office de tourisme du pays d'Alençon, la chambre des métiers de l'Orne et la commune de Retournac en Haute-Loire (partenariat avec le musée des Manufactures de dentelles dans le cadre du programme Equal) ;
- le Centre national des arts plastiques basé à Paris, le centre d'art contemporain, les ateliers cinéma de Basse-Normandie.

Le financement de l'opération attachée à l'initiative européenne Equal a été assuré par :
- Fonds social européen : 46% ;
- financements publics : 48% (direction régionale des affaires culturelles, conseil régional, conseil général, direction départementale du travail, de l'emploi et de la formation, communauté urbaine d'Alençon, ville d'Alençon, commune de Retournac, Centre national des arts plastiques, centre communal d'action sociale) ;
- financements privés : 6%

Contact(s)

Communauté urbaine d'Alençon

Mairie d'Alençon- Place Foch - BP 362
61014 Alençon cedex

Solange Perrot

Responsable des affaires culturelles
solange.perrot@ville-alencon.fr
Haut de page