Généralisation de la limitation à 30 km/h en ville : au tour de Limoges, à partir d'octobre

Après Bègles, première collectivité de plus de 25.000 habitants à franchir le pas en 2019, puis Grenoble, Lille, Nantes et dernièrement Paris, c'est au tour de Limoges de vouloir généraliser l'abaissement de la vitesse de circulation à 30 km/h en ville. La mesure entrera en vigueur progressivement à partir d'octobre prochain et se prolongera en 2022. Elle vise à "permettre un déplacement apaisé des piétons, voitures, vélo et transports en commun", a déclaré le maire LR de la ville, Émile-Roger Lombertie. "Notre but est de fluidifier la circulation, d'éviter les embouteillages, de rouler en souplesse dans un souci de respect de l'environnement, de partage de l'espace public. Il s'agit de préparer la ville de demain, pas de punir nos concitoyens", a assuré l'édile à l'AFP ce 8 septembre. Il a cité l'exemple de Grenoble "où le nombre d'accidents, tout comme leur gravité, a diminué" depuis la limitation à 30 km/h. 
Du 4 janvier au 15 février derniers, une concertation publique sur l'extension du 30 km/h avait été organisée à Limoges. Sur 1.567 réponses, 47% des habitants avaient indiqué ne pas se sentir en sécurité lors des déplacements à pied ou à vélo et 58% avaient estimé que les voitures roulaient trop vite dans leur rue. 46% s'étaient montrés favorables au passage aux 30 km/h (près de 75% chez les non-automobilistes) et 39% s'étaient dit opposés.
"C'est une très bonne nouvelle" a réagi Jérôme Fraisse, de l'association Véli Vélo, qui milite pour l'utilisation du vélo au quotidien. Cette mesure "permettra une meilleure cohabitation entre les différents modes de déplacements et rendra Limoges plus praticable pour les cyclistes. Pour les automobilistes, cela ne change rien en termes de temps de parcours même si, on le comprend, les habitants en périphérie qui simplement traversent la ville risquent de râler".
"À combien va-t-on finir ? A 10 km/h pour être doublés par les trottinettes ? Honnêtement, s'ils ne veulent plus de voitures en ville, autant l'exprimer clairement. Le centre-ville a besoin des automobilistes et dans le département de la Haute-Vienne, on se déplace beaucoup en voiture", a de son côté critiqué Christian Ducher, président de l'Automobile Club du Limousin. "C'est une grosse c... Le maire s'aligne sur les écolos et les bien-pensants", s'est indigné Philippe Douillard, membre de la Fédération des motards en colère 87. Cette limitation "risque de tuer les petits commerces, car les gens de l'extérieur n'iront plus à Limoges", a-t-il estimé.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle