Hackathon tourisme par le pôle métropolitain de l’estuaire de la Seine (76)

Publié le
par
Olivier Devillers
dans

Infrastructures numériques, données

Tourisme, culture, loisirs

Seine-Maritime

Pour accompagner la démarche d'ouverture des données de son territoire, le pôle métropolitain de l'Estuaire de la Seine a organisé une compétition de développeurs informatiques volontaires, sous forme d’un hackathon dédié au tourisme. Les données ont permis de révéler des pistes de développement concrètes, par exemple grâce à l'identification de "zones blanches touristiques".    

Le pôle métropolitain de l’Estuaire de la Seine (qui fédère huit EPCI à la croisée de trois départements, voir encadré en fin de texte) a lancé en 2018 une plateforme open data pour valoriser l'ensemble des données du territoire et inciter les acteurs à ouvrir davantage de jeux de données libres. "Quelques mois après l’ouverture de cette plateforme, nous avons observé une baisse des contributions, explique la directrice générale du pôle métropolitain de l’estuaire de la Seine, Florence Dubosc. Nous avons alors décidé d'organiser un hackathon sur la thématique du tourisme, car c’est un sujet très fédérateur pour les élus de notre territoire." Retour sur l’organisation et les résultats de ce challenge.

Impliquer un grand nombre de structures locales

Lors d’un hackathon, des développeurs informatiques volontaires se réunissent dans un temps court en vue d’imaginer une application, un concept ou un service à partir de données libres. Pour préparer cet événement -qui s’est déroulé sur 24 heures-, le pôle a missionné l'Agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’Estuaire de la Seine (AURH). Le projet a nécessité l'accompagnement d'un cabinet de conseil spécialisé en innovation et mobilisé un budget de 50.000 euros pour la logistique, l’animation, et les récompenses. Des partenaires dont les bases de données sur le tourisme sont particulièrement riches ont été sollicités :  plateforme d'événements en libre accès Open agenda, comités départementaux du tourisme (hébergement, activité, restauration…). À partir de ce recueil de données, plusieurs enjeux ont été définis par l'AURH pour orienter la réflexion des compétiteurs :  fleuve et mer, culture et patrimoine, "slow" tourisme (vélo, randonnée…), handicap, tourisme d'affaire, mobilités…

Des "mentors" pour aider les compétiteurs, étudiants et très jeunes développeurs

"Nous avons choisi de solliciter uniquement des étudiants ou de très jeunes développeurs, à l’exclusion des start-up nécessairement plus spécialisées", explique le coordonnateur du projet à l'AURH, Pierre-Denis Sens. Une campagne de communication a été lancée pour recruter des participants : site internet dédié, réseaux sociaux, contacts auprès des écoles informatiques…
Le 22 mars 2019, une quarantaine de jeunes dont l’âge moyen était de 25 ans, se sont retrouvés à Deauville pour participer au challenge durant une nuit, rythmée par des phases de créativité, de prototypage, puis de développement. Pour répondre aux questions ou réorienter les équipes qui faisaient fausse route, sept "mentors", experts de la donnée ou des outils informatiques, étaient présents, dont un spécialiste du tourisme. Le lendemain, chaque équipe était invitée à présenter son projet dans un temps très court devant un panel d'experts et d'élus.

Trois projets lauréats vont être explorés

L’une des équipes a mis en exergue l’existence de "zones blanches touristiques" : des zones dotées d’espaces naturels ou d’équipements remarquables qui restent encore non valorisés, avec la proposition de constituer une base de contenus et photos. Un projet qui bénéficiera d'un accompagnement de la chambre de commerce. Deux autres projets vont être suivis par le pôle métropolitain. Le premier vise à aider les huit intercommunalités à mieux anticiper les afflux de population en utilisant les données sur la mobilité, le stationnement, les déchets et la météo. Le projet Alouvi, centré sur la promotion des terroirs a révélé le potentiel touristique d'une base de données Métiers sur les producteurs locaux.
Au-delà de ces projets restant à affiner, le pôle métropolitain estime que cet événement a permis de fédérer la communauté des acteurs du tourisme et démontrer les bénéfices de l'open data pour mieux cerner les enjeux du territoire.

Le pôle métropolitain, outil de développement local

Le pôle métropolitain de l’Estuaire de la Seine est un syndicat mixte fermé qui réunit 8 EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) à la croisée des trois départements (Seine-Maritime, Eure et Calvados) représentant un bassin de près de 575.000 habitants.
Outil de coopération entre les territoires, il est dédié au développement et au rayonnement de l’estuaire dans le cadre de projets portés collectivement à cette échelle. Il concentre son action sur quatre thématiques : attractivité et tourisme, développement économique, santé, mobilités et développement durable. Le pôle a mandaté l'AURH pour l'accompagner sur ses missions stratégiques, parmi lesquelles la mise en place d'un portail open data.

Pôle métropolitain de l’Estuaire de la Seine

Nombre d'habitants :

575000

Nombre de communes :

275
4 quai Guillaume Le Testu
76063 Le Havre cedex
contact@estuairedelaseine.fr

Florence Dubosc

Directrice

Agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’estuaire de la Seine

4 quai Guillaume Le Testu
76063 Le Havre cedex

Pierre-Denis Sens

Référent économie & territoires
Haut de page