La Bretagne à la pointe du développement durable

Publié le
dans

Organisation territoriale, élus et institutions

Finistère

Ille-et-Vilaine

En quelques années, le conseil régional de Bretagne est devenu une référence en matière de développement durable. Le succès de son appel à projet "Eco-Faur" y est pour beaucoup. Doté de six millions d'euros par an, il a permis de soutenir 76 projets en 2007. 260 projets ont été soutenus depuis 2005, aidés avec 18 millions d'euros.

Depuis trois ans, l'ancien "fonds d'aménagement urbain régional" (Faur) de Bretagne a subi une métamorphose. Trois petites lettres lui ont été accolées pour signifier "écologie" (Eco). Le conseil régional de Bretagne voulait ainsi fixer un cap : le développement régional se doit aujourd'hui d'être durable et solidaire. Les applications sont nombreuses : espaces publics, équipements publics, rénovation de quartiers et de lotissements entrent dans le champ de l'Eco-Faur. Dès la première année, 190 projets ont été présentés et 77 retenus.

 

Un dispositif qui bénéficie d'abord aux petites communes

Gérard Mével, vice-président du conseil régional, qui préside le comité d'experts avec Isabelle Thomas, présidente de la commission environnement et cadre de vie, constate que le dispositif a fait ses preuves. "Lors du lancement du premier appel à projets en 2005, des doutes avaient été émis quant à la participation des petites communes. Aujourd'hui on s'aperçoit qu'elles sont les plus nombreuses à présenter des dossiers et qu'elles portent souvent les projets les plus novateurs." En 2007, en effet, 60% des projets ont été portés par des communes de moins de 2.000 habitants, répartis dans les quatre départements bretons. Pour les aider à formaliser leurs projets, le conseil régional finance également l'ingénierie, avec un plafond de 20.000 euros par projet. Ainsi la commune de Plourhan (1.550 habitants) a réhabilité un bâtiment pour y accueillir un pôle périscolaire. Celle de Trédrez-Locquémeau (1.250 habitants) a sécurisé la route qui mène au port tout en valorisant ses ouvertures sur la côte et les espaces naturels...

 

Eco-Faur, un label de qualité

Les villes de plus de 2.000 habitants portent des projets plus vastes, qui concernent souvent la construction ou la réhabilitation de quartiers entiers. L'aide de la région leur permet d'être très exigeantes en matière de développement durable et de décliner les différents objectifs à atteindre dans les cahiers des charges soumis aux aménageurs. Le dispositif Eco-Faur s'est ainsi peu à peu imposé comme un label de qualité. Isabelle Thomas précise qu'Eco-Faur ne permet pas seulement des améliorations techniques, l'accompagnement des familles est également valorisé : "A Saint-Avé (8.400 habitants), en périphérie de Vannes, l'aide de la région a permis de conseiller les nouveaux habitants sur la manière d'économiser l'énergie, explique-t-elle. Une aide très concrète qui, en termes de résultats, s'avère aussi importante que l'isolation thermique."
Eco-Faur est donc aujourd'hui un puissant levier en Bretagne pour promouvoir l'aménagement urbain, pris dans sa globalité, en y intégrant l'ensemble des préoccupations environnementales. L'Association des régions de France ne s'y est pas trompée puisqu'elle a reconnu ce dispositif comme répondant concrètement aux exigences du développement durable.

 

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils Localtis

Conseil régional de Bretagne

283, avenue du Général Patton CS - 21101
35711 Rennes Cedex 7

Fabrice Dalino

chef de service de l'écologie urbaine

Gérard Mével

validation
Haut de page