Oise

La communauté de communes de la Picardie verte renforce son attractivité avec une offre de services diversifiée

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Tourisme, culture, loisirs

En 2003, la communauté de communes de la Picardie verte lance une action globale en faveur du développement de nouveaux services à la population. Située non loin de Beauvais et de Paris, la communauté ne veut pas devenir le "territoire dortoir" de ces deux villes et souhaite améliorer son attractivité grâce à une offre de services semblable à celle des zones urbaines. Son action se déploie notamment dans les domaines de la petite enfance, de la jeunesse et de la culture.

Avec quatre-vingt-neuf communes et quatre cantons, la communauté de communes de la Picardie verte est l’une des intercommunalités de France qui comptent le plus grand nombre de membres. Territoire à la fois rural et semi-urbain, ses quatre plus gros bourgs comptent entre 1.000 et 3.000 habitants, pour une population communautaire globale de 32.000 personnes. Située dans le nord de l'Oise et à proximité de Beauvais et de Paris, la communauté bénéficie du dynamisme économique de ces deux villes, mais ne souhaite pas pour autant devenir un "territoire dortoir". "A travers le développement d'une offre de services diversifiée, nous souhaitons garantir un niveau de service comparable à celui des villes moyennes. Le but est non seulement de maintenir la population locale, mais d'améliorer l'attractivité et d'accueillir ainsi de nouveaux habitants et activités. Le dernier recensement indique un gain de 2.800 personnes", indique Philippe Adde, directeur général des services à la communauté de communes de la Picardie verte.
Depuis plusieurs années, la communauté de communes s'est engagée dans une démarche qui s'appuie sur les atouts de son environnement (qualité de vie à la campagne, notamment pour les familles avec des enfants). Elle a progressivement créé une offre de services compétitive à celle des territoires voisins plus urbanisés. Les actions initiées depuis 2003 concernent plusieurs domaines, dont la petite enfance, la jeunesse, la culture et le sport (piscine, salle de sport).

"La P'tite Roulotte", garderie itinérante

"Aujourd'hui, l'intercommunalité joue pleinement son rôle auprès des familles en proposant des modes de garde diversifiés et accessibles sur l'ensemble du territoire. Ce service est non seulement essentiel pour maintenir la dynamique démographique locale, mais il permet aussi aux parents actifs d'éviter de s'installer dans des zones urbanisées proches de leur travail", souligne Hubert Trancart, président de la communauté de communes de la Picardie Verte et maire d'Omécourt. Le service "petite enfance" de la communauté gère deux types de structures : les deux relais assistantes maternelles (RAM) créés en 2002 et en 2008 ainsi que la halte-garderie itinérante "la P'tite Roulotte" ouverte en 2003. Avec une coordinatrice et trois animatrices, les deux relais proposent des conseils, des animations et des formations aux 235 assistantes maternelles agréées. "La P'tite Roulotte" est un mode de garde complémentaire aux assistantes maternelles et aux haltes garderies fixes gérées par les centres sociaux de l'intercommunalité. Itinérante, elle se rend dans quatre communes par semaine et répond ainsi aux besoins ponctuels des parents qui déposent leur enfant pour faire des courses ou des démarches administratives. "Ces structures proposent des activités variées et assurent un atelier d'éveil par mois dans vingt villages. La halte-garderie a accueilli près de 3.000 enfants en 2008 sur 165 journées d'accueil", indique Philippe Adde. Le fonctionnement de ces deux services est couvert à 65% par les subventions de la Caf. "Grâce à ces aides, nous avons pu uniformiser les coûts par famille, soit 8.660 euros en 2008", indique Hubert Trancart.

Des activités en direction des jeunes tout au long de l’année

La communauté fait également preuve d'un engagement important en faveur des jeunes. "La population du territoire compte 20% de jeunes et autant de personnes âgées. L'objectif est de s'adresser spécifiquement à la jeunesse en leur offrant un cadre de vie agréable et en les associant à la vie locale", souligne Hubert Trancart. " En plus de proposer des activités de loisirs aux jeunes, notre démarche a pour vocation de favoriser les rencontres de chaque tranche d'âge (avant 12 ans et entre 12 et 18 ans)". Avec les centres sociaux, les associations et les établissements scolaires, le service animation-prévention de la communauté met en œuvre le contrat éducatif local à travers l'organisation d'activités tout au long de l'année. La collectivité participe également au financement de ses partenaires. "L'intercommunalité verse 125.000 euros aux centres sociaux et des aides supplémentaires en fonction des activités", explique Philippe Adde.

Pendant les vacances, la communauté de communes propose des stages thématiques, des journées de loisirs ou des camps et raids en partenariat avec les centres sociaux. Enfin, la communauté de communes intervient dans le domaine de la prévention à deux niveaux : D’une part, elle organise des activités avec la brigade de prévention de la délinquance juvénile de Beauvais et, d’autre part, le service jeunesse intervient dans trois collèges, un lycée professionnel et dans une maison familiale rurale. La communauté de communes propose aussi des sessions de formation au BAFA pour répondre aux besoins d'animateurs qualifiés dans les centres de loisirs. Afin d'associer la jeunesse à son projet de territoire, la communauté a créé à la rentrée scolaire 2009 un conseil intercommunal des jeunes.

Culture pour tous

En matière culturelle, la communauté s'est engagée à élargir l'accès à la culture à l'ensemble de la population et à diversifier l'offre locale en s'adressant à des publics spécifiques. Le budget oscille entre 25.000 et 40.000 euros par an en fonction des actions engagées. Ces dernières années, l'intercommunalité a lancé ainsi plusieurs manifestations culturelles récurrentes, dont la fête de la jeunesse et de la culture. "En 2008, cette manifestation a réuni 1.000 personnes de tous les âges", indique Philippe Adde. "En juillet, les animatrices du service culture ont sillonné la Picardie Verte pour des lectures publiques". L'intercommunalité a signé une convention annuelle avec le théâtre du Beauvaisis pour des entrées à tarif réduit à 5 euros pour trois spectacles. En 2008, 190 places ont été ainsi vendues. La communauté a également initié un partenariat avec la compagnie de cirque au cours de l'année scolaire 2009-2010: 50 collégiens ont participé à des ateliers animés par des professionnels et ont présenté un spectacle.
Ainsi, en créant une multitude de services habituellement réservés aux villes moyennes et adaptés aux besoins des nouveaux arrivants, la communauté de communes de la Picardie améliore le cadre de vie de ses habitants et maintient l'attractivité de son territoire. La population, qui stagnait depuis les années 1990, amorce une remontée de 6 à 10% selon les communes depuis le développement d'une offre de services diversifiée.

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences de Mairie-conseils
 

Contact(s)

Communauté de communes de la Picardie verte

3 rue de Grumesnil
60220 Formerie
Nombre d'habitants : 32330
Nombre de communes : 89
Nom de la commune la plus peuplée : Grandvillers (3100 hab.)

Hubert Trancart

Président, maire d'Omécourt

Philippe Adde

Directeur général des services
padde@ccpv60.com

Accompagnement pour l'élaboration d'une stratégie territoriale

Accompagner l’élaboration d’un plan d’action territorial pour transformer vos ambitions en projets durables.

Haut de page