La commune d’Alloue sur tous les fronts pour accueillir de nouveaux exploitants agricoles (16)

Publié le
par
Sophie Daguin
dans

Développement économique

Charente

Fin 2018, le lancement d’un élevage de canards à Alloue confirme la pertinence du modèle choisi par la commune : une Scic agricole pour mobiliser tous les partenaires autour du renouvellement de la population rurale.

Entre Angoulême, Poitiers et Limoges, la commune d’Alloue (520 habitants) est au cœur d’un territoire toujours frappé par l’exode rural. L’économie de la commune repose essentiellement sur l’agriculture, qui représente 40 équivalents temps plein sur 23 exploitations. Beaucoup d’exploitants sont proches de la retraite, ce qui se solde très souvent par la disparition d’une exploitation, les terres libérées allant agrandir une exploitation existante. "Le modèle agricole dominant demande de plus en plus de surface et ne favorise pas l’installation, souligne le maire d’Alloue, Jean-Jacques Catrain. La commune est légitime à orienter le modèle agricole, car cela ne concerne pas seulement les agriculteurs mais tous les habitants."

Deux outils complémentaires d’accompagnement à l’installation

Créée en 2014 par la municipalité, une commission agricole -associant élus et agriculteurs-, réfléchit aux moyens de faciliter l’installation de repreneurs sur un modèle d’agriculture paysanne en circuits courts. Plusieurs freins à l’installation sont identifiés : accès au foncier, intégration des nouveaux arrivants et difficultés pour les néo-paysans, risques financiers. "Nous essayons de travailler sur tous ces aspects", explique un agriculteur retraité à Alloue, très impliqué depuis le départ. Deux outils complémentaires sont initiés en 2014 : une réserve foncière sur la commune et une couveuse agricole sur un territoire plus large.

La Scic agricole Terres en chemin, une réserve foncière lancée avec 50 hectares

Pour constituer une réserve foncière, la commune d’Alloue crée en 2016 la Scic Terres en chemin, avec des agriculteurs en activité et retraités, des habitants, un syndicat agricole (Confédération paysanne) et la communauté de communes Charente Limousine. La Scic démarre avec une réserve de 50 ha : les agriculteurs partant en retraite peuvent louer leurs terres à la Scic Terres en Chemin qui les exploite à minima, de façon à les tenir à disposition de nouveaux projets agricoles. Le bail avec la Scic peut être rompu dès lors qu’un agriculteur en test souhaite s’installer durablement et louer directement les terres au propriétaire (voir encadré sur le modèle économique).

Accord passé avec la couveuse régionale Champs du partage

La Scic Terres en chemin fait aussi le choix de conserver une partie des terres en espace test permanent afin de disposer d’une couveuse agricole. Pour cela, elle passe un accord avec l’association Champs du partage, une couveuse qui opère à l’échelle régionale.

Concrètement, Terres en chemin met à disposition de la couveuse une partie des terres qu’elle a en réserve, tandis que Champs du Partage héberge juridiquement et accompagne techniquement les porteurs de projet. Cette couveuse mobilise un grand nombre de partenaires (voir encadré). Fin 2018, une éleveuse de canards démarre ainsi une production sur 10 hectares à Alloue.

En 2019, Terres en chemin lance un appel à projets d’installation agricole

La Scic a identifié des productions manquantes sur le territoire et lance un appel à projets durant l’année 2019. Ainsi, dans la filière caprine, une exploitation récemment fermée pourrait être réactivée si un candidat se présentait. Des débouchés en circuit court pour du maraîchage sont aussi assurés. "En s’appuyant sur la Scic, on souhaiterait aussi relancer la formation et l’installation sur la filière ovine, traditionnelle en Charente limousine" ambitionne le co-gérant de la Scic Terres en chemin, un agriculteur retraité, Christian Leduque.

La Scic agricole, un modèle économique et social original

Fin 2018, la Scic Terres en chemin compte 30 sociétaires, dont la commune d’Alloué et la communauté de communes de Charente Limousine. L’ingénierie du projet a été financé par la commune d’Alloue (21.480 €) avec l’aide de la région Nouvelle-Aquitaine (17.180 €). Le montage a été accompagné par l’Ardear (outil de développement agricole de la Confédération paysanne) et l’Union régionale des Scop. Exploitation agricole, la Scic engrange les recettes a minima d’une exploitation : vente de fourrage, subventions européennes... Ses charges sont le fermage payé aux propriétaires et les frais d’exploitation, soit 10.000 € en 2018.

Les partenaires de la couveuse agricole régionale (Champs du partage)

L’association Champs du partage  compte notamment parmi ses partenaires un établissement public d’enseignement agricole, un réseau associatif rural, une coopérative d’activité et d’emploi, des investisseurs solidaires. Elle bénéficie du soutien financier de la région et la Draaf Nouvelle-Aquitaine, de l’État et de l’Europe, du département de la Charente, de la communauté d’agglomération du Grand Angoulême, de la commune d’Alloue. Elle accompagne plusieurs porteurs de projet à Angoulême, à Alloue, et du côté de Royan et d’Oléron.

Lire notre article "Appuyé par des partenaires, le Grand Angoulême porte un espace-test agricole périurbain (16)".

 

Commune d’Alloue

Nombre d'habitants :

520
3 rue des écoles
16490 Alloue
mairiedalloue@orange.fr

Jean-Jacques Catrain

Maire

Scic Terres en chemin

3 rue des Écoles
16490 Alloue

Christian Leduque

Co-gérant
Haut de page