Moselle

Meurthe-et-Moselle

La concertation en amont et la construction d'un parc éolien

Commande publique

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Energie

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Préalablement à la construction d'un parc éolien proposée par un opérateur privé, la communauté de communes de la Vezouze, en Meurthe-et-Moselle, a mis en place une procédure de concertation avec les habitants et les partenaires institutionnels.

Au printemps 2003, la communauté de communes de la Vezouze, territoire rural de trente-quatre communes et 5.500 habitants (bourg centre Blamont, 1.300 habitants), est contactée par un entrepreneur privé, créateur d'une toute nouvelle société, Erelia, pour l'implantation d'un parc éolien. "L'idée nous a semblé intéressante, raconte Loïc Lang, agent de développement local à la communauté de communes. Mais nous y avons tout de suite mis une condition forte : que le projet soit exemplaire en termes de concertation avec les habitants." Compte tenu de différentes contraintes, le choix du lieu d'implantation des éoliennes s'est rapidement restreint à une zone située à cheval sur la communauté de la Vezouze et celle du Pays des Etangs et sur deux départements (Meurthe-et-Moselle et Moselle).

Une réunion publique, un voyage au Luxembourg et un comité local de suivi

Le pré-projet est évoqué lors d'un conseil communautaire en juillet 2003 et les élus se montrent plutôt favorables. Avant d'aller plus en aval, il a été décidé d'en informer la population. Une réunion publique est organisée en septembre 2003, ainsi qu'un voyage pour aller visiter un parc éolien au Luxembourg. Une quarantaine de personnes (habitants et élus) y participent et reviennent convaincues. Parallèlement, la société privée travaille au montage du dossier et à l'étude technique (étude d'impact, étude de vent...) Les habitants n'ayant pas manifesté d'opposition au projet, un comité local de suivi est mis en place au début de l'automne 2003 associant des habitants des communes concernées, des agriculteurs, des élus, des représentants de la communauté et de la société Erelia. Ce comité se réunit tous les deux mois, puis tous les mois au fur et à mesure de la progression du projet.

Création d'un comité territorial de concertation

Par ailleurs, une concertation est engagée avec les partenaires institutionnels et se traduit par la création d'un comité territorial de concertation réunissant des élus (députés, sénateurs, élus locaux), les représentants des collectivités territoriales des deux départements concernés (conseil régional, conseils généraux), les services de l'Etat (Diren, Ddaf, DDE...), les chambres consulaires, des associations (Ligue de protection des oiseaux, LPO, Club vosgien), les fédérations de chasse,  l'Ademe, EDF... Ce comité étudie le projet d'abord d'une façon globale, puis dans les détails pour préparer le dépôt du permis de construire. "Ainsi, quand le dossier de permis de construire a été déposé aux services de l'Etat en décembre 2003 par la société Erelia, il y avait une position consensuelle car tous les acteurs avait participé aux évolutions du projet", commente Loïc Lang. En juillet 2004, les résultats de l'étude de vent montrent qu'avec une vitesse moyenne légèrement supérieure à 6m/seconde sur l'année, le projet pouvait être rentable bien que le site ne soit pas très venteux. "En général, les promoteurs étudient le potentiel éolien avant de faire l'étude d'impact qui coûte cher. Dans le cas présent, l'entrepreneur a pris le risque de réaliser toutes les études en même temps et cela a permis au projet d'évoluer très rapidement." Le permis de construire est accordé et les premiers coups de pioches du chantier (construction du parc et des chemins d'accès) sont donnés en janvier 2005. Pendant la construction du parc, la société met en place un espace d'accueil sur le site afin d'informer les habitants et de recueillir leurs éventuelles doléances. En outre, un engagement a été pris avec la LPO pour qu'un suivi de la mortalité des oiseaux autour des éoliennes soit effectif pendant trois ans.
Le parc a été inauguré en septembre 2005, lors d'une fête à laquelle ont été invités tous les acteurs impliqués dans le projet et les habitants. Trois à quatre mille personnes sont venues pour l'occasion.

Quatre-vingt-dix-neuf habitants du territoire ont investi 1,8 million d'euros dans le parc éolien

Le parc comprend seize éoliennes (cinq en Moselle et onze en Meurthe-et-Moselle) réparties sur trois lignes de crêtes. Elles mesurent 120 mètres de hauteur (avec un axe de 80 mètres et des pales de 40 mètres) et fournissent chacune deux mégawatts, ce qui permet au total de couvrir l'alimentation en électricité de 25 à 40.000 personnes par an. L'électricité fournie est réinjectée dans le réseau EDF. Le fonctionnement de ce parc se traduit par le versement d'une taxe professionnelle par la société à la communauté de communes et aux communes où sont installées les éoliennes (la communauté est en fiscalité additionnelle), soit 21 000 euros par an pour la communauté, 21.000 euros pour une commune où sont présentes quatre éoliennes, 36.000 euros pour une autre qui accueille six éoliennes et enfin 6.000 euros pour la dernière commune où est implantée une seule éolienne. Par ailleurs, compte-tenu de la dimension du parc, la société fournissant les machines a décidé de créer une antenne de maintenance sur le site qui sert également de base logistique pour tous les parcs de l'Est de la France, ce qui a engendré dans un premier temps la création de deux postes de techniciens permanents. De plus, la société gestionnaire a ouvert son capital aux habitants : quatre-vingt-dix-neuf habitants du territoire ont ainsi investi 1,8 million d'euros dans le parc (sur un capital total de 35 millions). La société Erelia a obtenu en 2006 un nouveau permis de construire pour étendre le parc de six éoliennes supplémentaires.
La communauté a contribué à mettre en valeur le parc des éoliennes en suscitant la création d'une association appelée "Lorraine Energies Renouvelables". Celle-ci anime un circuit de découverte : la Route des énergies renouvelables, incluant le parc éolien, une chaufferie à bois installée dans un gîte d'étape et un site de production de biogaz à partir des effluents d'élevages sur une exploitation agricole. Cette Route des énergies renouvelables a accueilli plus de 5.000 visiteurs en une année.

Contact(s)

Communauté de communes de la Vezouze

15, rue de Voise - BP 8
54450 Blamont
03 83 42 46 46

Loïc Lang

agent de développement local
developpement@cc-vezouze.fr
Haut de page