La création d'un centre social pour les jeunes

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Dordogne

Après un diagnostic de la Fédération nationale des centres sociaux qui constate, sur ce territoire excentré, le vieillissement et la faiblesse des ressources de la population, les élus de la communauté de communes de Mareuil-en-Périgord (Dordogne) décident de créer un centre social. Mais ce dernier est rapidement menacé de fermeture faute d'implication de la population. C'est grâce à un travail pédagogique sous forme de petits ateliers que le centre redémarre. D'abord destiné à attirer et à retenir des jeunes, il développe progressivement des activités en direction de tous les publics.

Au départ...

Limitrophe de la Charente, le pays de Mareuil-en-Périgord se situe dans une zone rurale sur un axe Angoulême-Périgueux et à mi-chemin entre les deux villes. En 1999, la Fédération nationale des centres sociaux cherche à promouvoir des activités pour les jeunes. Elle réalise des diagnostics, notamment sur le territoire de la communauté. La population est vieillissante, les revenus fiscaux faibles et le territoire est excentré. Des services existent mais ils restent fragiles et éparpillés. La population exprime des attentes : une vie sociale, culturelle, associative accueillante pour dynamiser les communes ; le soutien aux associations ; le développement d'actions intergénérationnelles et d'activités pour les adolescents.
Les élus décident de développer un projet d'animation du territoire qui permette de maintenir les jeunes ou de favoriser leur installation. En 2000, ils créent un centre social "jeunes", sous statut associatif (loi 1901), installé dans des locaux loués. La mission du centre est d'apprendre à travailler en partenariat, de soutenir les projets associatifs animés par des bénévoles et de susciter de nouveaux projets.

En cours de route...

Le président de la communauté des communes souhaite que les habitants s'impliquent et qu'ils s'approprient l'outil afin qu'il soit adapté à leurs besoins. Mais en raison de difficultés financières et faute d'une réelle prise en main par la population, le centre social est menacé de fermeture dès 2002. En association avec la communauté de communes voisine de Verteillac, qui possède elle aussi un centre social, et la commune de Bertric-Burée (isolée) , la communauté signe un contrat temps libre avec la caisse d'allocations familiales. L'activité du centre social redémarre grâce à ce contrat triennal et tripartite qui subventionne les activités développées pour les enfants de 6 à 16 ans. Même si les activités qu'il propose sont ouvertes à tous les publics, le centre devient un lieu de rencontre pour les jeunes des deux territoires. Il est administré par des professionnels et encadré par la Fédération nationale et la Caisse d'allocations familiales.
Un effort d'information et d'explication est nécessaire. Des ateliers s'organisent petit à petit à l'initiative de l'équipe d'encadrement et des habitants. En août 2004, le centre social s'installe dans des locaux plus vastes qui comportent une salle d'accueil, le matériel informatique, un bureau pour la directrice et une salle consacrée aux activités où les adolescents peuvent se réunir. Le centre propose des services spécifiques : accueil des jeunes pendant leur temps libre, aide au montage de projet. Il développe aussi des activités pour l'ensemble de la population : accès à des outils informatiques (possibilité de réaliser des documents, de naviguer sur internet), affichage d'informations sur les activités du territoire intercommunal (manifestations, ateliers proposés par le centre social mais aussi par les communes, la communauté de communes et les associations), organisation des sorties culturelles et sportives (théâtre, escalade), mise en place de transport pour ces activités. Des ateliers de loisirs éducatifs et d'échange sont organisés pour les adultes : couture, dessin, conversation anglaise, initiation à l'informatique, jeux de société, paroles de femmes, cuisine. Ils cherchent à développer des actions communes et/ou avec des associations locales. Le siège social du centre est à Mareuil mais certains ateliers peuvent se dérouler dans les différentes communes du territoire.

Les moyens mobilisés et les partenaires...

Le conseil d'administration du centre comprend au total une vingtaine de personnes (habitants et représentants de la communauté de communes). Depuis 2003, une directrice coordonne et anime les activités. Elle travaille à mi-temps pour le centre social du pays de Mareuil et à mi-temps pour celui de Verteillac. Elle est assistée d'un animateur chargé des activités du public jeune. Le centre social entre dans la compétence "promotion et développement des initiatives d'intérêt communautaire favorisant les services de proximité pour les activités d'accueil de la petite enfance, les activités de loisirs des jeunes et des actions périscolaires" de la communauté. Une convention annuelle est établie entre la communauté de communes et l'association, qui reçoit une subvention. Le budget annuel, en progression constante, évolue en fonction des activités : 44.000 euros en 2002, 68.000 euros en 2003 et 98.000 euros en 2004. Les principaux postes de dépenses sont le personnel, la location du minibus, les fournitures nécessaires aux activités, les frais de communication. En 2004, les sources de financement étaient réparties comme suit : communauté de communes 45 %, Caisse d'allocations familiales 27%, fonds européens Leader 20%, aides aux postes (dont un emploi aidé) 2 %, participation des usagers 6 %. Les tarifs varient selon les activités (coût des fournitures utilisées et coût de l'intervenant s'il n'est pas bénévole).

Pour quels résultats...

Il a fallu deux ou trois ans pour que les jeunes "s'approprient l'outil". Les résultats des premières activités ont encouragé d'autres habitants à s'investir, ce qui a amené le centre social à s'ouvrir à tous les publics. Le conseil d'administration est très actif. Une quinzaine de bénévoles assurent régulièrement l'organisation des ateliers.

Et aujourd'hui ?

Le président de la communauté de communes souhaite que le centre social demeure associatif, afin qu'il soit administré par la société civile. Les élus, qui siègent au conseil d'administration et suivent les activités opérationnelles et financières, gardent un droit de regard sur cette structure qui reste financièrement fragile. Pour aller plus loin, le président de la communauté souhaiterait que les différentes structures sociales - la crèche, la maison de retraite, le centre social et une salle pour les associations - soient rassemblées à Mareuil afin de permettre, comme autrefois, que trois générations au moins se côtoient régulièrement.

Laurence Berthomé, chargée de mission tourisme et communication au Centre permanent d'initiatives pour l'environnement de Touraine-Val de Loire

Le conseil des élus

"Je crois que le centre social est une bonne approche pour animer un territoire rural. Mais il faut bien expliquer le projet et faire en sorte que le diagnostic des besoins soit fait par des professionnels. Par la suite, il faut que des dizaines de bénévoles s'impliquent. Dans notre cas, le regroupement avec une autre communauté de communes permet de dynamiser le projet."

Communauté de communes du Pays de Mareuil-en-Périgord

Nombre d'habitants :

3500

Nombre de communes :

14
12 rue Pierre Degail
24340 Mareuil-sur-Belle
cc.mareuil.en.perigord@wanadoo.fr

Philippe De Courcel

Président
Haut de page