Grippe aviaire - La Dilga demande aux collectivités de ne pas relâcher leur attention

Très mobilisées il y a deux ans face au risque de pandémie grippale, les collectivités semblent avoir quelque peu baissé la garde depuis. Après les élections, les nouvelles équipes en place ont été absorbées par des dossiers jugés plus prioritaires. C'est en tout cas le constat de la Dilga, la délégation interministérielle à la lutte contre la grippe aviaire, qui souhaite rappeler que le risque est toujours bel et bien présent. "L'idée que ça arrivera un jour a un peu été perdue de vue, pourtant la pandémie grippale fait partie des trois menaces sanitaires les plus probables avec l'insécurité alimentaire et les menaces climatiques", explique Dominique Tricard, adjoint au délégué interministériel à la lutte contre la grippe aviaire. Selon lui, "la question n'est donc pas de savoir si la pandémie va se déclarer, mais quand et avec quelle virulence."  Or, en fonction de ce degré de virulence, la pandémie pourrait tuer entre 1,4 million et 70 millions de personnes dans le monde, estime l'ONU.
Lesite internet interministériel sur la grippe aviaire qui vient de faire peau neuve insiste sur le rôle essentiel des élus dans la poursuite des services quotidiens. "Premier interlocuteur des citoyens, le maire joue, en situation de crise, un rôle essentiel dans la conduite et la mise en oeuvre des orientations décidées par les pouvoirs publics", est-il écrit. Une circulaire conjointe du ministère de l'Intérieur et de la Santé parue le 10 avril 2008 leur propose, sous forme de fiches, une aide méthodologique pour se préparer. Ils doivent tout d'abord assurer la protection de la population contre les risques de contagion avec le maintien à domicile des malades et en limitant les rassemblements. A côté du plan national, ils doivent élaborer un "plan de continuité des services" pour permettre à un "noyau dur" de services communaux (CCAS, service d'hygiène, état civil par exemple) de continuer à assurer les "fonctions vitales de la commune". Chacun des acteurs concernés doit pouvoir porter un masque. S'agissant des collectivités de moins de 1.600 habitants, qui ne sont pas tenues à cette obligation, "on ne leur demande pas un plan spécifique mais d'ajouter un volet pandémie grippale au plan de sauvegarde communal", précise Gérard Perraudin, chargé de mission auprès du Dilga.
La circulaire rappelle aussi les outils dont disposent les collectivités pour réaliser des achats groupés de masques à moindre coût (centrales d'achats, groupements de commande). Si le maire est le seul à disposer des pouvoirs de police générale, les intercommunalités pourront mettre à disposition moyens et effectifs. Ces mises disposition doivent être préalablement définies dans le plan communal ou intercommunal de sauvegarde. La maire a également un rôle clé dans l'information du public. Il doit élaborer un plan communal de communication et peut, le cas échéant, installer une cellule de communication de crise. Il doit informer le PC de crise de la préfecture ou la sous-préfecture de la situation sur sa commune.
Malgré ces consignes, une collectivité sur cinq serait bien préparée, selon une enquête récente de l'association de responsables publics de la gestion du risque Primo. "Les préfets  sont tenus d'organiser des réunions avec les élus : aujourd'hui, un maire ne peut pas dire qu'il ne sait pas", appuie la Dilga. Certaines collectivités se sont pourtant mieux préparées que d'autres. C'est le cas en Côté-d'Or où 75 communes ont déjà un plan de continuité. Elles se sont réunies, le 20 octobre dernier, à l'initiative de l'association des maires de Côte-d'Or pour travailler à une meilleure coordination entre elles.
D'après les données de l'OMS, la grippe aviaire a fait à ce jour 245 victimes humaines entre 2003 et 2008. En juin 2006, pour la première fois, des cas de transmission d'homme à homme ont été constatés, en Indonésie, mais ils ont pu être contenus. La situation épidémiologique mondiale est donc toujours en phase 3 : grippe aviaire, sans transmission interhumaine.

 

M.T.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle