Aude

La qualité du service d'aides à domicile dope la demande, même extra-territoriale !

Santé, médico-social, vieillissement

Social

La communauté de communes de Corbières en Méditerranée, à mi-chemin entre Narbonne et Perpignan, a adapté ses services à domicile aux personnes âgées de passage qui fuient quelques mois la rigueur du climat de leur région d'origine ou rejoignent leurs familles l'été.

Depuis quelques années, le centre intercommunal d'action sociale (CIAS) de Corbières en Méditerranée a vu augmenter le nombre de demandes d'aides à domicile émanant de personnes âgées ne résidant que quelques semaines ou mois sur l'une des communes. Ces retraités, venant parfois du Nord de la France, sollicitent ainsi le service en faisant valoir leur allocation personnalisée d'autonomie (APA).
Pour rappel, l'APA est versée par le département où réside la personne. Cette allocation vise à aider la personne âgée devenue dépendante à recourir à des services dont elle a besoin pour la vie quotidienne. Mais, et on le comprend bien, pour des raisons de continuité de la prise en charge, cette APA peut suivre la personne si elle change temporairement de lieu de résidence. "Dans ce cas, soit nous facturons le service que nous rendons au conseil général d'origine, soit le conseil général verse directement l'APA à la personne et celle-ci nous rétribue le service rendu", explique Josiane Dellac, directrice du CIAS.

Professionnalisation des aides à domicile

Le nombre de ces aînés "de passage" n'est pas important (entre vingt et trente alors que le CIAS suit à l'année près de 400 personnes), mais il est devenu récurrent. Et pourrait même augmenter, estime Myriam Gaisset, vice présidente du CIAS jusqu'en mars 2008 : "Compte tenu des logements qui se créent sur nos communes, on peut imaginer que davantage de personnes viendront en résidence secondaire ou rejoindre quelques temps leurs enfants installés ici."
Selon Myriam Gaisset, l'extension et l'adaptation des services rendus par la collectivité ont été certainement déterminantes : "Quand nous n'offrions que des aides ménagères, cela ne convenait pas à la demande de ces personnes. Mais dès que nous avons commencé à proposer en 2002 l'offre d'assistants de vie, la réaction a été immédiate."
Avec la création de la communauté de communes de Corbières en Méditerranée, succédant au Sivom du canton de Sigean, les élus ont en effet renforcé la politique de services à domicile en direction des populations âgées. Le nouveau CIAS a développé ces services autour de différents axes : l'aide à domicile (aide à la personne : toilette, repas, etc.), l'aide ménagère (pour l'entretien courant de la maison), le portage de repas à domicile et la télé sécurité.
C'est surtout sur l'aide à la personne que la qualité du service a été améliorée. Le CIAS s'est engagé dans un plan de professionnalisation des agents, en faisant valoir la validation des acquis de l'expérience (VAE). Il compte ainsi aujourd'hui vingt agents titulaires, formés et diplômés auxiliaire de vie / assistant(e) de vie. Ce sont eux qui interviennent auprès de personnes âgées dépendantes dans le cadre du plan d'aide APA.

Des services qui participent à l'attractivité du territoire

"Si la demande est une aide à la personne, nous la facturons au tarif APA en vigueur dans l'Aude, fixé comme dans chaque département par le conseil général. Si la demande est uniquement pour des services ménagers, nous y répondons par le service mandataire", précise Josiane Dellac. Le CIAS a en effet un service mandataire et un service prestataire. Le service mandataire implique que le client soit l'employeur direct, tandis qu'avec un service prestataire, c'est l'organisme porteur (en l'occurrence le CIAS) qui emploie les aides à domicile. Le service mandataire fonctionne surtout avec des aides ménagères (1).
Il s'avère que ces  activités supplémentaires présentent plus d'avantages que d'inconvénients. "L'été, compte tenu des congés du personnel, certaines des personnes âgées de la communauté, qui ont une APA légère, préfèrent ne pas avoir de remplaçante. Les demandes extérieures comblent les baisses d'activité", explique Josiane Dellac. Malgré tout, cela ne se règle pas sans peine. "Cela permet de donner plus d'heures aux remplaçantes", ajoute Myriam Gaisset.

In fine, tout le monde sort gagnant

L'organisation de ces petits pics d'activité requiert un travail d'anticipation. "Généralement, nous sommes prévenus par courrier de la date de leur venue. Nous nous occupons des démarches administratives. Il s'agit notamment de voir si leur demande n'a pas évolué en fonction de leur état de santé ou du niveau de dépendance. Ensuite, nous cherchons le personnel pour y répondre", précise Josiane Dellac.
In fine, tout le monde sort gagnant : les enfants, qui savent pouvoir compter sur les services ad hoc pour faire venir quelques temps leurs parents, le personnel qui y trouve un complément d'activité, la collectivité qui équilibre ses activités l'été, et enfin le territoire. "Nous vivons du tourisme. Ces services rendus à la population participent certainement à améliorer notre attractivité", conclut Myriam Gaisset.

 

(1) 21 en CDI et une cinquantaine en CDD (petit à petit passées en CDI). Le CIAS dispose en tout d'une centaine d'intervenants à domicile, qui réalisent 8200 heures par mois.


Emmanuelle Stroesser, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

CIAS de Corbières en Méditerranée

41, avenue de Narbonne
11130 Sigean
04 68 48 71 30
04 68 40 09 85
cias.corbieres@wanadoo.fr
Nombre d'habitants : 15782
Nombre de communes : 10

Josiane Dellac

Directrice du CIAS
Haut de page