L'accueil des camping-cars dans le Grand Site du Salagou (34)

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Hérault

Réglementer le stationnement des camping-caristes dans le Grand Site du Salagou est indispensable mais délicat. Il y a parfois loin des principes à la réalité de terrain. Les élus du syndicat mixte, qui gère le Grand Site, ont opté pour une approche pragmatique et progressive qui porte ses fruits.

La vallée du Salagou Cirque de Mourèze fait partie des sites classés qui ont lancé une démarche d’Opération Grand Site. Il offre sur 9.000 hectares des paysages exceptionnels, fragiles et protégés. La variété des témoins géologiques (ruffe, basalte, dolomie), l'intimité préservée du parcellaire agricole, la présence du lac et la biodiversité remarquable construisent l'identité du site.
Comme de nombreux territoires touristiques, le Salagou doit faire face à un important flux de camping-cars, une centaine par jour en moyenne pendant la période estivale. Leur stationnement anarchique dans les espaces naturels crée de multiples problèmes : conflits d'usage, problèmes sanitaires liés à l'absence d'infrastructures, impact sur le paysage induit par la concentration de véhicules, en particulier sur les berges du lac.

Les obstacles au schéma d'accueil des camping-caristes

Tous les partenaires concernés ont fait de ce sujet une priorité : les élus des douze communes incluses dans le périmètre du Grand Site et ceux du conseil général de l’Hérault réunis au sein d'un syndicat mixte, les services de l'État, les gestionnaires de campings et de bases de loisirs, et bien sûr les usagers. Les avis ont cependant longtemps été très partagés, les uns voulant accueillir les camping-caristes, les autres les rejeter. En 2008, le syndicat mixte demande à un bureau d'études spécialisé de définir un schéma d'accueil. Après avoir enquêté, les experts concluent que si une part des touristes en camping-cars est prête à rejoindre les campings, d'autres veulent pouvoir continuer à stationner dans la nature. C’est pour eux qu’il faut trouver une solution. Il est alors envisagé de créer dans le Grand Site six petites poches de stationnement de dix places. Mais ce premier projet se heurte à la législation, qui spécifie qu'une aire de stationnement de plus de six places est assimilée à un camping et doit être équipée comme tel. L'inspecteur des Sites, pour sa part, s'en tient à la réglementation et refuse tout stationnement de camping-cars sur le périmètre classé.

Avancée progressive : de l’incitation à la verbalisation

Pour sortir de l'impasse, le syndicat opte pour une approche pragmatique. "Les élus n'avaient ni le désir ni les moyens d'interdire l'accès du site aux camping-cars. Ils se sont donc donnés plusieurs années pour y parvenir, explique la directrice du syndicat, Clotilde Delforge. Nous avons donc poursuivi la concertation et avons opté pour le pas-à-pas pour s’adapter progressivement à la législation." Dans un premier temps, il a été décidé de lutter contre le stationnement sauvage. En s’appuyant sur le Code de l'urbanisme, les conseils municipaux de Clermont-l'Hérault, Liausson, Octon et Celles ont pris des arrêtés interdisant le stationnement en dehors des parkings sur leur périmètre. Pour sa part, le syndicat mixte a mis en place une signalétique claire pour faciliter le repérage des parkings existants sur le Grand Site. Il a également décidé de mettre en place dès 2007 une équipe assurant une "présence terrain", grâce à des tournées effectuées dans les espaces naturels par deux cavalières et deux vététistes pour expliquer la réglementation aux usagers (postes saisonniers sur trois mois). Cette démarche, qui coûte 50.000 euros par an au syndicat, s'est avérée extrêmement efficace. A la satisfaction générale, le stationnement sauvage a régressé. Durant l'été 2012, les élus ont accepté d'aller plus loin et les agents assermentés (police de la nature ONCFS, gendarmes, gardes-champêtres...) ont commencé à verbaliser : 300 contrevenants ont été mis à l'amende durant deux mois.

Bilan positif dans un cadre apaisé

Aujourd'hui, le stationnement sauvage a pratiquement disparu et le syndicat envisage de réduire progressivement les parkings dans les zones naturelles classées. L'objectif étant de les supprimer totalement à l’horizon 2020 et de reporter le stationnement dans les villages et sur trois pôles touristiques dédiés sur le Grand Site. Il faut bien entendu accompagner cette transition mais les partenaires se sont mis d'accord sur les principes et les avancées ont lieu dans un cadre apaisé.

Luc Blanchard / Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Syndicat mixte du Salagou

Nombre d'habitants :

1500

Nombre de communes :

12
18 avenue Raymond Lacombe
34800 Clermont l'Hérault

Bernard Coste

Maire d'Octon

Joelle Goudal

Maire de Celles

Clotilde Delforge

Directrice
Haut de page