Culture / Immobilier - Lancement du programme "1 immeuble, 1 œuvre" : quand la promotion culturelle rencontre la promotion immobilière

Tourisme, culture, loisirs

Aménagement et foncier

Logement

Bouygues, Eiffage, Vinci... treize grands promoteurs et constructeurs immobiliers (*) ont signé, le 16 décembre, la charte "1 immeuble, 1 œuvre" dans laquelle ils s'engagent à commander ou acquérir une œuvre d'art contemporain auprès d'un artiste pour tout programme d'immeuble à construire ou à rénover. L'opération revendique clairement sa filiation avec le "1% artistique", qui accompagne - en principe - toutes les constructions publiques depuis 1951 et a déjà donné lieu à plus de 12.300 projets impliquant environ 4.000 artistes (voir nos articles ci-contre). 
La signature s'est faite en présence et sous le haut patronage de Fleur Pellerin qui a prononcé un discours exalté, expliquant que l'ambition de la démarche était d' "apporter l'art dans la vie, dans le lieu le plus quotidien qui soit, ce lieu où l'on réside, ce lieu où l'on travaille, ce lieu où l'on est de passage".

"Pour que chaque citoyen soit convaincu que l'art est partie intégrante de son existence..."

Car selon elle, l'art est "à chaque coin de rue, dès qu'un immeuble sort de terre. L'art aux portes et aux fenêtres. L'art dans chaque bâtisse, pour que tous ceux qui l'habitent regardent autrement ce lieu qui leur est pourtant si familier. L'art partout, pour que chaque habitant se sente heureux et fier de ce quotidien dont il a soudain la sensation qu'il est transfiguré par la puissance de l'œuvre qu'il accueille. L'art partout, pour que chaque citoyen de ce pays soit convaincu que l'art est partie intégrante de son existence, individuelle ou collective, qu'il la nourrit, qu'il lui donne du sens et de la profondeur...".
Le ministère prévoit que "plus d'un millier d'œuvres seront ainsi créées ou acquises chaque année et exposées dans tous les territoires".

Les entreprises prennent en charge les coûts

Les promoteurs et constructeurs signataires de la charte se disent "confiants dans la capacité des artistes à répondre aux différents types de commandes qui peuvent leur être proposées et à prendre en compte les contraintes propres à chaque situation de construction". Ils considèrent également que "la très grande diversité des pratiques artistiques contemporaines permet d'envisager des interventions artistiques adaptées à l'ensemble des situations de construction et d'usage". Fleur Pellerin a également invité les entreprises signataires à s'efforcer de promouvoir les artistes émergents et les jeunes talents.
Dans la charte, les entreprises s'engagent notamment à "prendre en charge les coûts de production, d'installation de l'œuvre commandée et à veiller à une juste rémunération de l'artiste (étude, conception, réalisation) ainsi que des prestations connexes (communication, promotion, etc.), dans le respect de la réglementation fiscale et sociale en vigueur". 

Une exposition, un site, un label, un trophée

En contrepartie, le ministère de la Culture met sur pied un "comité stratégique et artistique", "afin d'assurer la mise en œuvre du programme". Ce comité comprend un représentant de chacune des entreprises signataires le 16 décembre - membres de droit -, deux représentants du ministère et trois personnalités qualifiées proposées par le ministère et agréées par les membres de droit. Il s'agira en l'occurrence de Jean de Loisy, le président du Palais de Tokyo (qui devrait être le président du comité), du plasticien Fabrice Hyber et de Marion Papillon, vice-présidente du comité professionnel des galeries d'art.
Le ministère de la Culture s'engage aussi à organiser, "dans un lieu culturel", un événement de présentation et de valorisation du programme "1 immeuble, 1 œuvre" et à créer et animer un site internet présentant les œuvres réalisées au titre du programme. Il pourra également "mobiliser, à la demande des entreprises commanditaires, l'expertise du ministère de la Culture, en administration centrale et dans les services déconcentrés, tant sur le plan artistique, juridique qu'en matière de mécénat".
Chaque année, un trophée viendra récompenser les œuvres les plus intéressantes. En outre, le programme donnera lieu à l'octroi du label "1 immeuble, 1 œuvre", dont les constructeurs, propriétaires et occupants des immeubles concernés pourront se prévaloir.

Jean-Noël Escudié /PCA et Valérie Liquet

(*) Accor, Ardian, BNP Paribas Real Estate, Bouygues Bâtiment Île-de-France/Sodearif, Bpd Marignan, Compagnie de Phalsbourg, Eiffage Immobilier, Emerige, Gecina, Hines France, OGIC, Pitch Promotion, et VINCI immobilier. Le programme bénéficie également du soutien de la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI).

Accompagner vos transformations

La transformation du secteur à travers les réformes engagées par les pouvoirs publics vous impacte et vous amène à évoluer

Haut de page