Puy-de-Dôme

Le compostage en pied d'immeuble se pratique dans le Puy-de-Dôme

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Energie

Longtemps réservé aux pavillons, les composteurs font leur apparition dans l’habitat collectif. Le syndicat pour la valorisation et le traitement des déchets (Valtom) et l’office public pour l’habitat et l’immobilier social (Ophis) en ont implanté dans une quarantaine de résidences d’habitat social collectif.

Engagé depuis 1999 dans la promotion du compostage de jardin, le Valtom (syndicat pour la valorisation et le traitement des déchets ménagers et assimilés qui regroupe les syndicats de collecte du Puy-de-Dôme et du nord de la Haute-Loire) a délivré en dix ans plus de 30.000 composteurs individuels dans les zones pavillonnaires. Encouragé par ce succès, le syndicat a voulu étendre le dispositif aux immeubles collectifs, en étroit partenariat avec le bailleur social départemental du Puy-de-Dôme, l’Ophis (office public pour l’habitat et l’immobilier social), ainsi qu’avec les syndicats chargés de la collecte des déchets. Une expérimentation a eu lieu en avril 2008 avec deux communes : Chamalières, en périphérie de Clermont-Ferrand et Aigueperse, à 40 km, dans une zone semi-rurale. Les résultats sont rapidement au rendez-vous : à Aigueperse, par exemple, quatre bacs de 660 litres en pied d’immeubles sont désormais réservés à la partie fermentescible des déchets ménagers, alimentant le compost des espaces verts et des balcons de trois résidences collectives de 126 logements.

Une volonté politique forte

Au terme de cette expérimentation, le Valtom et l’Ophis ont signé en octobre 2009 une convention de partenariat, qui vise à généraliser le compostage en pied d’immeuble sur 4.200 logements collectifs d’ici fin 2012. Gabriel Gay, président du Valtom, explique que cette action est conduite dans le cadre d’une opération plus vaste : "Si nous voulons atteindre les 7% de réduction de nos déchets demandés par le Grenelle de l’environnement, nous devons y consacrer des moyens, notamment en termes de sensibilisation. Nous intervenons par exemple auprès des élus communaux et dans les écoles. En 2010, le Valtom a budgété au total 165.000 euros pour la prévention des déchets, et trois personnes à temps plein en sont chargées."

Les atouts annexes du compostage

Certes, le compostage en pied d’immeuble n’est qu’un moyen parmi d’autres. Reste qu’au-delà de la simple prévention des déchets, il présente de sérieux atouts, ainsi que le souligne Juliette Garrigue, chargée de mission prévention au Valtom : "Les déchets fermentescibles n’ont plus à être transportés et enfouis, ce qui génère des économies et réduit l’émission de gaz à effet de serre. Ils sont valorisés sur place, au bénéfice des locataires qui profitent du compost pour leurs plantes intérieures ou leurs balcons. De plus, comme l’a constaté l’Ophis, cette nouvelle pratique développe la convivialité entre locataires. Il faut bien sûr que les gardiens jouent le jeu car ce sont eux qui brassent le compost et incitent les locataires au tri. Ils sont la clef de voûte du système."
Restera en 2011 à évaluer l’impact global de cette opération. Nos poubelles en France contenant en moyenne 30% de déchets fermentescibles, de belles économies sont possibles.

 

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils

 

Contact(s)

Valtom 63

43 avenue de la Margeride
63000 Clermont-Ferrand
04 73 44 24 24

Juliette Garrigue

Chargée de mission prévention
jgarrigue@valtom63.fr

Accompagner vos transformations

La transformation du secteur à travers les réformes engagées par les pouvoirs publics vous impacte et vous amène à évoluer

Haut de page