Le gouvernement lance une prime pour la conversion des chaudières à fioul

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement, ont lancé officiellement ce 24 janvier une prime destinée à aider les ménages, notamment les plus modestes, à remplacer leur chaudière à fioul par un mode de chauffage plus performant, plus écologique et plus économique. Le principe d'une telle prime avait déjà été annoncé en novembre dernier, juste avant le premier samedi de mobilisation des gilets jaunes (lire notre article).

600.000 chaudières à remplacer d'ici deux ans

Le gouvernement vise à travers cette mesure la suppression, d'ici 10 ans, des chaudières à fioul qui équipent encore 3,5 millions de foyers français. Avec la prime à la conversion, son ambition est de remplacer 600.000 chaudières au fioul mais aussi au gaz d'ici deux ans, en mobilisant 1 milliard d'euros d'aides. La prime doit bénéficier à tous les foyers - avec une bonification pour ceux à bas revenus - qui remplacent leur ancienne chaudière par un équipement utilisant des énergies renouvelables (chaudière biomasse, pompe à chaleur, système solaire combiné, raccordement à un réseau de chaleur) ou par une chaudière à gaz à très haute performance énergétique. Elle peut aussi être utilisée pour remplacer un poêle à charbon par un poêle à bois performant.

Accès simplifié aux aides

Le dispositif repose sur un accès simplifié aux aides. Pour cela, des offres commerciales ont été construites avec des acteurs privés comme Engie ou EDF qui peuvent aussi réaliser les démarches administratives à la place des ménages. Leurs offres agrègent ainsi les aides de l'Agence nationale de l'habitat (Anah – jusqu'à 50% des dépenses), les aides privées versées au titre des certificats d'économies d'énergie (CEE), et le crédit d'impôt pour la transition énergétique – CITE (30% du montant restant).
Pour certains des ménages les plus modestes, le gouvernement estime qu'en cumulant les différentes aides, l'investissement dans une nouvelle chaudière peut être réduit à 1 euro.  "Pour les autres, le reste à charge sera faible et pourra (…) être couvert par un prêt à taux zéro (éco-PTZ) qui a été récemment simplifié ou des prêts des acteurs de l'énergie, souligne un communiqué commun des deux ministres.  Les économies d'énergie réalisées grâce à un nouvel équipement permettront par ailleurs aux Français de réaliser des économies dès la première année, même pour ceux qui ont un reste à charge et un prêt à rembourser."

 

Pour aller plus loin

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle