Jean-Noël Escudié / P2C

Communication publique - Le Grand Prix Cap'Com 2017 valorise les campagnes "tendance"

Cap'Com a dévoilé le palmarès de son Grand Prix de la communication publique 2017, lors de son forum 2017 qui s'est tenu les 5, 6 et 7 décembre au Havre. Pas moins de 23 campagnes ont été nominées, sur les 180 présentées. Le Cap'Com d'or a été attribué à l'université de Strasbourg pour la création d'une identité visuelle commune aux trois universités strasbourgeoises.
Les autres prix sont allés à la ville et l'eurométropole de Strasbourg pour la campagne de lancement du nouvel intranet (communication interne), au musée-aquarium de Nancy pour son exposition "Moches !" sur les animaux "différents" (communication culturelle et évènementielle), à la région Bretagne pour sa campagne "Passez à l'Ouest" (attractivité et marketing territorial), à la métropole de Lyon pour la campagne "zéro phyto" (communication "comportementale"), à la ville de Besançon pour sa campagne de recrutement d'assesseurs (communication citoyenne), ainsi qu'à la ville de Nancy pour son bilan de mi-mandat (communication institutionnelle). La campagne de la région Bretagne a également reçu le prix spécial "prix de la créa", tandis que la ville de Cergy a décroché le prix des jeunes Cap'Com - Anacej pour sa web série "Jeunes à Cergy".

Les outils avant la stratégie ?

L'édition 2017 se distingue par un large recours à l'outil vidéo et aux réseaux sociaux, notamment ceux qui sont supposés attirer les jeunes (Facebook, Twitter, Snapchat et Instagram). Or faute de moyens (comparativement à ceux des entreprises de la grande consommation) et faute d'évaluation, il est toujours difficile de mesurer l'impact réel de ces médias, notamment auprès de cette cible jeune, méfiante par essence à l'égard des institutions.
Parmi les tendances, Cap'Com relève également "l'explosion" du marketing territorial - qui s'étend désormais au champ des services publics - et, à travers lui, celle des enjeux de développement économique. Sur ce point, et sans doute au vu des campagnes présentées, Cap'Com rappelle avec bon sens "que la méthode est essentielle et qu'il ne faut pas griller les étapes, même lorsque la commande politique se fait pressante"...

Nos amis belges...

A noter la campagne du gouvernement belge, seule campagne étrangère primée, qui se distingue par son humour décalé, typiquement... belge. Cette campagne vise à relancer le tourisme étranger en Belgique après les attentats de 2016. Sur les "99 raisons pour lesquelles la Belgique est autrement phénoménale (parce que 100 ce serait un peu exagéré)", on retiendra notamment le jeu affirmation/dérision, comme la photo du célébrissime Manneken Piss en pleine activité assortie de la légende "Notre symbole national n'a pas le prestige de la statue de la Liberté... Notre statue prend juste des libertés", ou encore celle d'une gaufre couverte de sucre, de fraises et de crème avec pour accroche "On a inventé l'indice de masse corporelle... Mais on ne s'en sert pas vraiment" (l'IMC ayant effectivement été inventé par Auguste Quetelet au 19e siècle). Le tout soutenu par un site internet dédié très réussi. Même si le jeu des contrastes dans les campagnes de promotion touristique n'est pas vraiment nouveau, son traitement original bénéficie d'un "effet masse" qui donne du sens à la campagne.

Haut de page