Le Loiret vers une meilleure gestion des risques professionnels

Publié le
dans

Commande publique

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Loiret

Depuis 2006, le conseil général du Loiret met en place un dispositif global de prévention des risques professionnels à destination de ses 2.400 agents et 120 cadres. Validée le 3 décembre 2007, la première version du document unique dresse le bilan des risques d'une centaine de professions et aboutit à de nouveaux plans d'actions pour l'amélioration des conditions de travail. En cours de validation, la seconde version intègre de nouveaux métiers et difficultés rencontrées, comme les risques psychosociaux.

L'élaboration d'un document unique recensant l'exposition aux risques professionnels des agents du conseil général du Loiret entre dans la démarche santé et sécurité de la collectivité. "Il montre l'intention de la direction des services de connaître l'ensemble des métiers de la maison," souligne Thierry-Yves Lidolff, directeur général des services. "Pour inscrire ce projet dans une démarche globale, l'ensemble des services a été mobilisé : sous la conduite des cadres, le document unique a circulé de manière à diagnostiquer en détail les risques poste par poste." Les responsables de chaque service avaient notamment pour mission de signaler tout problème majeur et y apporter immédiatement les solutions adaptées. "Notre projet ne s'inscrit pas seulement dans une politique d'hygiène et de sécurité, mais dans une refonte globale de notre organisation managériale, indique le directeur général. Au-delà d'un mieux-être au travail, nous souhaitons que nos agents soient les gestionnaires de leur propre sécurité, c'est là le coeur de notre démarche !" Ainsi en 2007, le conseil général a enregistré près de 600 situations à risque : les plus dangereuses ont été traitées immédiatement, notamment le travail isolé et en hauteur ainsi que les accidents de circulation pendant le temps de travail.

 

Une mise à jour permet de prendre en compte de nouvelles professions

Pour réaliser un tel support, l'actualiser et élaborer des mesures de réponse aux risques décelés, la direction des ressources humaines a sollicité plusieurs intervenants, et notamment deux cabinets de consultants, le Bureau Veritas et SocoTec. "En interne, nous avons aussi travaillé avec les représentants du personnel et les responsables hiérarchiques de chaque service pour vérifier l'exhaustivité et l'exactitude des risques à répertorier", souligne Claudine Raguillet, directrice des ressources humaines du conseil général. "Cet été, le service santé-sécurité a incorporé les mises à jour afin de présenter une nouvelle version aux représentants du personnel en novembre 2008." En 2006, c'est l'intégration des personnels agents des collèges et des routes qui a motivé l'initiative d'un document unique pour les agents du département. En cours d'élaboration, la deuxième version comprend de nouvelles professions (à titre d'exemple, la création récente du service archéologie) et souhaite actualiser les informations de chaque service. Par exemple, deux documents uniques demandent des mises à jour complètes, celui du service des routes et celui des collèges. "Les risques répertoriés et les plans d'action pour le service des routes exigeaient un travail rigoureux et, du côté des collèges, les visites de terrain en cours permettront de personnaliser le document unique de base, explique Claudine Raguillet. En plus de pouvoir apporter des solutions concrètes à des situations à risques urgentes, nous serons en mesure d'anticiper et de former les agents par le biais d'actions préventives adaptées au terrain en lien avec les cadres hiérarchiques."

 

Recrutement d'un ingénieur santé et d'animateurs santé-sécurité

"Nous avons déjà mis en place des moyens de prévention et, aujourd'hui, nous entamons les réflexions sur les plans d'action adaptés à chaque niveau de sécurité sur un plus long terme," explique Thierry-Yves Lidolff. Parmi les outils déployés depuis 2007: la création d'une lettre interne "Info-mail Santé-sécurité" diffusée en intranet et l'acquisition d'un logiciel pour mesurer l'accidentologie. "Une cellule d'écoute existait déjà, mais nous l'avons professionnalisée et nous avons aussi recruté de nouvelles personnes : un ingénieur santé, des animateurs santé-sécurité (Acmo), des préventeurs et une assistante sociale. En outre, tous les agents ont bénéficié d'une formation de prévention obligatoire," précise Claudine Raguillet. Le coût global du premier dispositif s'élève à 300.000 euros. Pour son financement, le département a notamment bénéficié du soutien de 145.000 euros de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) qui a salué l'originalité de la démarche.
Un investissement qui révèle avant tout un bénéficie pour la collectivité et les agents comme le souligne Thierry-Yves Lidolff : "Le management par la santé et la sécurité représente un bénéfice pour chacun. C'est pourquoi il nous appartient de développer une vigilance particulière."

 

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Conseil départemental du Loiret

Nombre d'habitants :

659587

Nombre de communes :

334
Hôtel du Département-15 rue Eugène Vignat - BP 2019
45010 Orléans cedex 1
contact@loiret.fr

Delphine Audebeau

Chargée de mission

Claudine Raguillet

Directrice des ressources humaines
Haut de page