Réfugiés - Le nombre de primo-demandeurs d'asile a progressé de 12% en France au troisième trimestre

Eurostat publie les chiffres de la demande d'asile en Europe pour le troisième trimestre 2016. Ils montrent que, si la situation n'est plus celle de la crise de l'été 2015, la pression de la demande d'asile reste bien présente. De juillet à septembre 2016, l'organisme recense ainsi 358.300 nouveaux primo-demandeurs d'asile dans les 28 pays membres de l'Union. Ce chiffre correspond à une progression de 17% par rapport au second trimestre 2016. Sur les neuf premiers mois de l'année, l'Europe a ainsi accueilli plus de 950.000 primo-demandeurs d'asile. Le chiffre total sur 2016 pourrait donc se rapprocher, voire dépasser, celui enregistré par Eurostat pour 2015, soit 1.265.600 primo-demandeurs (voir notre article ci-contre du 10 mars 2016).

Une hausse inférieure à la moyenne européenne

Après le pic de l'été 2015, les arrivées avaient décru au dernier trimestre. Mais elles sont reparties à la hausse depuis le début de 2016, avec une accélération au troisième trimestre (due notamment à la reprise des arrivées par mer, un peu moins dangereuses en été).
La principale constante depuis 18 mois reste le déséquilibre entre les pays d'accueil. Au cours du troisième trimestre 2016, l'Allemagne a ainsi accueilli 66% des primo-demandeurs d'asile enregistrés dans l'UE. Viennent ensuite l'Italie (10%), la France (6%), la Grèce (4%), le Royaume-Uni (3%) et l'Autriche (2%).
Avec 20.005 primo-demandeurs d'asile au troisième trimestre, la France connaît une progression de 12%, inférieure à la moyenne européenne de 17% (tirée, il est vrai, par le poids prépondérant de l'Allemagne). La France se situe également en-dessous de la moyenne européenne si on considère le nombre de primo-demandeurs d'asile par million d'habitants. Le chiffre du troisième trimestre est en effet de 300, pour une moyenne européenne de 702, dont 2.890 en Allemagne, 1.152 en Grèce, 1.091 à Malte, 966 en Autriche, 890 en Bulgarie, 829 à Chypre, 570 en Italie...

Haïti, premier pays d'origine pour la France

En matière d'asile, la France présente une autre spécificité, qui tient à l'origine des demandeurs d'asile. Sur l'ensemble des primo-demandeurs enregistrés au sein des 28 pays de l'UE au troisième trimestre 2016, la Syrie constitue le premier pays d'origine avec 25% du total, suivie par l'Afghanistan (17%) et l'Iraq (10%). La Syrie est ainsi le premier pays d'origine dans onze des Etats de l'Union (dont l'Allemagne) et l'Afghanistan dans cinq Etats. Mais, en France, le premier pays d'origine est Haïti, avec 13% du total, suivi par l'Albanie (9%) et l'Afghanistan (7%). Une particularité qui s'explique par la proximité linguistique et les relations historiques avec l'île des Caraïbes.
Outre le "flux", Eurostat recense également ce qu'il appelle lui-même le "stock", autrement dit le nombre de réfugiés ayant une demande d'asile en cours devant les autorités du pays d'accueil. A la fin du mois de septembre 2016, leur nombre s'élevait à 1,2 million de personnes. A elle seule, l'Allemagne en abrite 58%, suivie par la Suède (9%), l'Autriche (7%) et l'Italie (7%).
 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle