Tarn

Le Pays de l'Albigeois et des Bastides observe son territoire en ligne

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Commande publique

Opérationnel depuis octobre 2008, le site de l'observatoire territorial du Pays de l'Albigeois et des Bastides (Tarn) offre une mine d'informations. Activité économique, habitat, vie culturelle… L'utilisateur peut croiser une multiplicité de données et créer des cartes thématiques personnalisées. Pour les élus, la plateforme est un outil de réflexion commun qui permettra sous peu de mutualiser leur système d'information géographique (SIG).

En 2004, le Pays de l'Albigeois et des Bastides (10 intercommunalités, 118 communes, 133.000 habitants) avait participé au projet de système d'information territorial (SIT) piloté par la région qui souhaitait alors mettre en place un outil commun à l'ensemble des collectivités locales. "Grâce à cet outil, nous avons analysé plusieurs données en vue d'élaborer une grille d'indicateurs propre à notre territoire. La région a abandonné son projet, mais cette démarche a eu l'intérêt de décider le pays à se doter d'un observatoire territorial afin de disposer d'une vision globale et construire une culture commune", explique le président du pays Didier Somen. Le pays, très diversifié et étendu sur un tiers du Tarn, est caractérisé par des regroupements intercommunaux récents. L'observatoire, en centralisant l'ensemble des informations des collectivités sous forme de bases de données et de cartes, représente un outil de connaissance et de décision pour les élus et les techniciens.

Un soutien à la création de l’observatoire et des conventions pour l’actualisation des données


Créé dans le cadre du "Programme régional d'actions innovatrices" (2006-2007), l’observatoire a bénéficié d'une assistance technique et de financements : 50% du Feder, 30% de la région. L’investissement total s'est élevé à 90.000 euros. Pour la réalisation du site, le pays a fait appel à une société spécialisée dans les plateformes de cartographies et d'informations géographiques. Tandis que pour le recueil et l'actualisation des informations, il a effectué des achats de données auprès de l’IGN, et a signé des conventions d'échanges de données avec une dizaine de partenaires, comme la direction départementale de l'équipement, l'Ademe Midi-Pyrénées, la CAF ou la chambre de métiers et de l'artisanat du Tarn.

Une plateforme grand public et un extranet réservé


Mis en ligne en octobre 2008, le site de l'observatoire propose deux espaces : une plateforme grand public (450 utilisateurs 18 mois après son ouverture), ainsi qu'un extranet réservé aux élus, aux techniciens des collectivités et aux organismes partenaires (30 visites par jour). Il offre des informations actualisées et cartographiées dans cinq domaines principaux : environnement, activité économique, habitat et urbanisme, services à la population et culture. "Dans chaque rubrique, l'internaute peut accéder aux répertoires de professionnels locaux, à des dossiers thématiques et télécharger des cartes. A la rubrique Culture par exemple, il peut visualiser la répartition des équipements : bibliothèques, théâtre, écoles de musique…", explique Julien Frat, chargé de mission observatoire et environnement-énergie au syndicat mixte du pays. Sur l'extranet, les utilisateurs peuvent consulter les bases de données, des indicateurs et utiliser le module cartographique. Selon l'objet de leur requête, ils ont la possibilité de superposer les informations disponibles -démographie, emploi, habitat, services petite enfance…- à différentes échelles administratives. Les élus sont ainsi incités à réfléchir au-delà de leur périmètre de compétence. L'objectif : encourager l'émergence d'initiatives communes.

Un outil qui facilite les projets de territoire


L'observatoire est utilisé pour valoriser les ressources locales et améliorer l'attractivité du territoire. "Nous centralisons des informations pratiques et offrons au grand public un portail de données fiables et faciles d'accès. Au-delà, l'outil permet aux élus de faciliter la réalisation de projets de territoire", explique Julien Frat. Actuellement, le pays travaille sur la structuration des circuits courts, notamment pour la vente de produits locaux sur les lieux de production. Dans ce cadre, les exploitants sont invités à se manifester de manière volontaire pour s'inscrire sur la base de données du site. Autre exemple : en rassemblant les informations des offices de tourisme, le pays a réalisé une cartographie des chemins de randonnée en vue d'effectuer les aménagements nécessaires à la continuité des itinéraires entre les territoires, au balisage et à la signalisation.

Une mutualisation des moyens qui va conduire à la réalisation d’un SIG

 
Le pays continue à créer des rubriques thématiques (artisanat, art, zones d'activités) ; cependant ce développement reste limité. Effectuée en interne, la gestion du contenu représente en effet un certain coût : les frais annuels de fonctionnement sont d'environ 20.000 euros (4.000 euros de maintenance et le financement d'un demi-poste équivalent temps plein). C’est pourquoi, les communes et les intercommunalités ont décidé de s’appuyer sur l’existence du site pour valoriser la numérisation de leur cadastre et se doter d'un système d'information géographique (SIG). "Ainsi, l'observatoire permet de mettre à disposition des communes et des intercommunalités un outil qu'elles n'auraient pas eu les moyens de créer. Pour le pays, c'est un levier en faveur de la communication entre élus et la réalisation de projets de développement cohérents", conclut Didier Somen.

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis
 

Contact(s)

Pays de l'Albigeois et des Bastides

69, avenue Jean Jaurès
81160 Saint-Juery
05 63 36 87 01
05 63 36 20 10
contact@pays-albigeois-bastides.org

Didier Somen

Président du pays de l'Albigeois et des Bastides, président de la communauté de communes Ségala-Carmausin et maire de Taix
didier.somen@wanadoo.fr
Haut de page