Le projet de territoire de Piémont d'Alaric

Publié le
dans

Organisation territoriale, élus et institutions

Aude

Pour élaborer son projet de territoire, la communauté de communes Piémont d'Alaric (11) a mis en place une démarche participative qui a mobilisé plus de trois cents personnes pendant toute l'année 2006.

La communauté de communes Piémont d'Alaric (quatorze communes et 7.010 habitants) a décidé d'élaborer en 2006 un projet de territoire (1) basé sur une démarche participative. Le projet se situe dans la perspective d'un nouveau contrat de territoire avec le conseil général de l'Aude, document de référence qui définit les orientations du territoire à moyen terme et contient des actions susceptibles d'être financées à plusieurs niveaux (européen, national, régional, départemental...). "C'était le moment propice, car après avoir réalisé un certain nombre d'aménagements importants (crèche, maison de retraite, etc.), notamment dans le cadre du précédent contrat (2003-2005), le territoire avait besoin d'un nouveau souffle", estime Adeline Bosc, agent de développement. Afin de construire ce projet de territoire, des groupes de travail ont été mis en place pour mener une réflexion collective sur trois grands ensembles de sujets : aménagement, environnement, habitat ; développement économique, tourisme, viticulture ; sanitaire et social, enfance et jeunesse.

Constitution de groupes de travail ouverts à tous les acteurs

Cette réflexion a été ouverte aux personnes ressources des communes : directeurs d'écoles, présidents d'associations, etc. En tout, une trentaine de personnes issues de la société civile ont intégré les groupes de travail, au côté des représentants institutionnels (ONF, DDE, HLM, conseil général, conseil régional, services déconcentrés de l'Etat...) et du monde associatif. A partir de mars 2006, une série de trois réunions pour chaque groupe a commencé au cours desquelles les acteurs ont participé à un diagnostic partagé, défini des enjeux, validé des objectifs et proposé des actions. Les conclusions et les contributions des groupes de travail ont été présentées aux élus, à la population et aux partenaires institutionnels le 9 février 2007.  "Nous sommes partis du principe que nous ne détenons pas la science infuse ! explique Robert Alric, président de la communauté de communes. Nous avons la volonté de nous remettre en cause régulièrement et il nous a semblé essentiel de recueillir les réflexions des forces vives du territoire afin que les acteurs concernés se prononcent sur la forme qu'ils veulent donner à notre communauté. Ce travail a mobilisé de nombreux citoyens. Deux cent cinquante personnes ont assisté à la réunion de bilan, parmi lesquelles les conseillés municipaux, le président du conseil général, le député, le vice-président du conseil régional en charge de l'aménagement du territoire, le directeur de l'ONF, le directeur de l'Equipement, les offices de l'habitat, etc." "Ces réunions participatives ont permis de faire émerger de nouvelles attentes, à partir desquelles les lignes directrices d'un projet se sont dégagées d'elles-mêmes", commente Adeline Bosc.

Définition de quatre axes de développement et de cinquante mesures concrètes pour un projet de vie du territoire

Le programme adopté lors de la réunion bilan a été synthétisé dans un document intitulé "Territoires de vie" (téléchargeable sur le site internet de la communauté : www.piemont-alaric.fr) qui décline le projet en quatre axes et une cinquantaine d'actions. Le premier axe intitulé "Soutenir et développer une économie diversifiée et dynamique" propose la création d'une zone d'activités économique à vocation artisanale, la mise en place d'un point d'informations touristiques, la création d'une CVthèque ou encore d'un club des entreprises.  Le deuxième axe, "Renforcer les solidarités en privilégiant l'esprit communautaire et le rapprochement des générations" prévoit la mise en place d'un Relais Services Publics, le développement d'outils d'aides à la mobilité comme le transport à la demande ou le covoiturage, la promotion de l'installation d'équipements utilisant les énergies renouvelables... Le troisième axe, intitulé "Préparer le territoire pour les générations futures", prévoit la mise en œuvre d'une charte d'aménagement, la création de réserves foncières, la réhabilitation de friches... Enfin, le quatrième axe "Optimiser la politique communautaire en interne et à l'extérieur" implique la réalisation d'un guide pratique pour l'habitant, la diffusion d'informations sur les actions de la communauté, l'organisation d'un échange européen citoyen...

Un bouillonnement communautaire...

"Le problème des structures intercommunales, souligne Robert Alric est qu'elles sont peu connues donc peu reconnues. A travers ce processus démocratique d'élaboration du projet, nous avons constaté un "bouillonnement communautaire" qui nous prouve que les gens nous connaissent et nous reconnaissent. Ce projet de territoire correspond à la mise en œuvre de notre compétence obligatoire de développement économique. Cela ne signifie pas que la communauté agit à la place des professionnels, mais qu'elle les accompagne, en s'adaptant aux demandes, également en les recadrant dans une réalité comptable. Quand on a l'ambition de faire du développement, il faut laisser une place à l'utopie et nous entendons bien respecter ce projet de vie tel qu'il s'est élaboré collectivement."

(1) La démarche de projet est ouverte dans le cadre de la loi d'orientation pour l'aménagement durable du territoire (LOADT-1999)

Maryline Trassard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté de communes Piémont d'Alaric

2, rue des Figuères
11700 Capendu

Adeline Bosc

Agent de développement local
Haut de page