Santé - Le secteur social se prépare à l'éventualité d'une épidémie de grippe aviaire

Dans le cadre du plan national de prévention et de lutte contre une pandémie grippale, le ministère de la Santé et des Solidarités publie un ensemble de recommandations sur la préparation du secteur médico-social et social à une telle hypothèse, et plus spécialement à une épidémie de grippe aviaire. Dans le cas d'une pandémie de grande ampleur, ce secteur se trouverait en effet particulièrement exposé. Le document diffusé par le ministère de la Santé aborde successivement les différentes catégories d'établissements et de services. Dans les établissements pour personnes âgées, par exemple, l'activité devra être maintenue, tout en sachant "qu'il existera de nombreux facteurs qui pourraient la perturber" (augmentation du nombre de malades et de décès chez les résidents, diminution des effectifs présents sur le lieu de travail, possible indisponibilité du ou des responsables, ainsi que des professionnels ou des bénévoles intervenant habituellement dans l'établissement...). Face à ce risque, un certain nombre de recommandations d'ordre général doivent être mises en oeuvre dès à présent, comme la vaccination contre la grippe saisonnière (bien qu'elle "ne protégerait pas contre le virus pandémique"), la sensibilisation et la formation du personnel à la prise en compte du risque infectieux ou la généralisation des conventions avec les établissements de santé. Les recommandations portent aussi sur la mise en place d'actions spécifiques. Les plus importantes concernent la désignation d'un référent grippe aviaire au sein de l'établissement et, surtout, l'élaboration d'un plan de continuation de l'activité (PCA). Celui-ci "répond à un double objectif : maintenir l'activité au niveau le plus élevé possible, tout en protégeant les personnels exposés". Le PCA, qui sera activé en période de pandémie, doit prévoir plusieurs scénarios : taux moyen d'absentéisme de 25% tout au long de la vague épidémique (8 à 12 semaines), taux d'absentéisme de 40% sur les deux semaines de pointe de la vague pandémique... A partir de ces scénarios, il doit procéder à une analyse des missions et à une réflexion sur l'organisation du travail. Tous les aspects doivent être pris en compte : organisation des soins, fonction logistique, fonction communication, gestion des déchets infectieux, gestion des corps des victimes, impact économique de la pandémie...
Ces recommandations sont déclinées et adaptées aux différentes catégories d'établissement, avec toujours la désignation d'un référent et l'élaboration d'un PCA. Des dispositions sont également prévues, sur les mêmes principes généraux, pour les organismes assurant des interventions de rue auprès des personnes en situation de précarité et pour ceux assurant des fonctions d'aide ou d'accompagnement à domicile.

 

Jean-Noël Escudié / PCA