Le village documentaire en Ardèche : un projet de développement économique (07)

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Ardèche

Depuis plus de vingt ans, Lussas abrite chaque été l’un des trois plus grands festivals du film documentaire en France. La manifestation s’appuie sur de nombreux soutiens, dont celui de la commune. Au-delà, Lussas a su développer un projet économique de "village documentaire", authentique pôle d’excellence audiovisuel.

C’est entre Aubenas, Privas et Montélimar, que la commune de Lussas (1.000 habitants) accueille depuis 1989 les États généraux du film documentaire. Cette manifestation, organisée par l’association Ardèche Images avec le soutien actif de la municipalité, attire pendant la dernière semaine d’août plus de 5.000 personnes venues assister aux 150 projections, ou participer à des rencontres entre professionnels. Au-delà, l’activité autour du documentaire cinématographique s’étend toute l’année à Lussas : le "village documentaire", qui dispose d’un fonds de ressources unique en Europe, accueille 6.000 visiteurs par an (professionnels, étudiants en formation…), héberge un réseau international de documentaristes et des structures de production, de distribution et d’édition dont quatre SARL.

Une reconnaissance acquise au fil du temps

Cette présence du film documentaire à Lussas remonte à la rencontre, sur les bancs de l’école, il y a 35 ans, de Jean-Marie Barbe, devenu cinéaste, et Jean-Paul Roux, élu en 1987 maire du village, et président de la communauté de communes de Berg et Coiron depuis 2003. "C’est mon "classart", mon copain d’école de toujours, explique l’élu en évoquant Jean-Marie Barbe. Enfant du pays, il a toujours été convaincu que le monde rural n’était pas synonyme de désert culturel et que la culture pouvait être un atout de développement. Lorsqu’il a porté ce projet de festival, je l’ai soutenu." Les premières initiatives datent de 1979 avec le Festival des pays et des régions. Puis ce fut le Festival du "film et cheval", et enfin en 1989 les premiers États généraux du documentaire. Au fur et à mesure que se développent les initiatives de Jean–Marie Barbe portée par l’association Ardèche Images, les institutions sont convaincues, et vient la reconnaissance du ministère de la Culture et du Centre national de la cinématographie, du conseil régional Rhône-Alpes et du conseil général de l’Ardèche qui apportent leur financement à l’association.

La commune appuie le développement de l’activité et joue le rôle de facilitateur

Sans fournir directement de subvention, la commune a soutenu le développement de cette activité en obtenant en 1985 des financements pour la création d’une salle de cinéma (150 places), puis en 2000 pour la réhabilitation de la salle des fêtes et la création de 250 m2 de bureaux au-dessus de la mairie, la création de la maison du documentaire (200 m2 de bureau). Soit 5 millions de francs couverts par un financement de l’Etat, de la région et du département et les 20% restant par un emprunt dont les mensualités sont remboursées par les loyers payés par l’association Ardèche Images.
En 2009, la mairie a réhabilité le centre culturel dans le cadre d’un pôle d’excellence rural (45% des financements de l’Etat) qui reconnaissait l’activité du documentaire à Lussas comme un des moteurs du développement du territoire.
"La manifestation, se souvient l’élu, a un peu bouleversé la vie du village (à l’époque de 500 habitants) et provoqué quelques discussions, certains craignant l’arrivée en masse de "Parisiens". Nous avons toujours joué les facilitateurs." Chaque année, la municipalité met ainsi à disposition lors des Etats généraux du documentaire deux agents municipaux, l’ensemble de ses infrastructures et met en place un dispositif de parkings.

Des activités sur place tout au long de l’année et des entreprises qui s’installent

Aujourd’hui, malgré les rues encombrées durant la semaine du festival, la manifestation est de mieux en mieux admise par la population et les retombées - culturelles et surtout économiques - sont appréciées : recettes des quatre cafés-restaurants, fournées du boulanger, nuitées des hôtels, chambres d’hôtes et gîtes (soit 15.000 nuitées par an pour les hébergeurs de Lussas et les hôtels de tout le sud Ardèche). Lussas n’a donc pas seulement gagné en notoriété, mais bénéficie d’activités sur place tout au long de l’année. Quatre structures de production et de distribution sont aujourd’hui installées dans la commune, soit un chiffre d’affaires global de 2,73 millions d’euros.
D’ailleurs, la commune a d’ores et déjà prévu des réserves foncières pour des projets de pépinière d’entreprises. En 2012, l’activité liée à la filière du documentaire représente une trentaine d'emplois permanents, dont ceux de l'association Ardèche Images, auxquels s'ajoutent intérimaires et intermittents notamment pour l’Ecole du documentaire et les Etats généraux...
"Tout a commencé avec des bouts de ficelle, conclue Jean-Paul Roux. Avec les moyens du bord. Mais sans jamais mettre en péril le budget communal. Aujourd’hui, notre filière du documentaire est une vraie mine de développement. Nous continuerons le travail avec l’équipe du documentaire lussassois." Mais au vue des projets de développement du "village documentaire", la commune qui ne compte que 1.000 habitants, devra élargir et renforcer le partenariat et le soutien aux différentes institutions. Cela n’empêchera pas la commune de poursuivre cette gestion prudente en vérifiant la faisabilité des projets envisagés.

Michel Léon, Titres & Chapos pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net
et www.localtis.info

Les activités de l’association Ardèche Images
L’association Ardèche Images (budget : 1,2 million d’euros) est l’un des quatre pôles d’excellence audiovisuels de la région Rhône-Alpes. Outre l’organisation des Etats généraux du documentaire en été (pour un budget de 450.000 euros), elle développe l’Ecole documentaire de Lussas, qui propose notamment une session en résidence pour les étudiants en Master 2 "Documentaire de création" fondée sur le partenariat avec l’université Stendhal de Grenoble. Elle gère également la Maison du documentaire créée en 1994 qui accompagne la création documentaire et favorise la diffusion des films, ainsi qu’un programme pour le développement du cinéma documentaire africain.


 

Communauté de communes Berg & Coiron

Nombre d'habitants :

9085

Nombre de communes :

14

Hôtel Malmazet BP 37
07170 Villeneuve de Berg

Jean-Paul Roux

Président et maire de Lussas

Marie Tortosa

Administratrice d'Ardèche Images
Haut de page