Santé - Les structures d'accueil de la petite enfance mobilisées pour enrayer l'épidémie de rougeole

Face à la progression de l'épidémie de rougeole, le ministère de la Santé a rappelé le 14 mars lors d'une conférence de presse organisée par la direction générale de la santé (DGS) que "la vaccination est la seule protection individuelle et collective contre la rougeole" : "Une protection efficace correspond à deux doses de vaccin. Pour toute personne âgée d'au moins 12 mois et née après 1980, il est donc urgent de vérifier sa vaccination et de consulter son médecin traitant en cas de doute". Avant 1980, l'obligation vaccinale était en effet respectée au-delà de 95% - le taux minimal de couverture pour empêcher la propagation d'une épidémie et éradiquer la maladie - et les personnes nées avant cette date sont donc pratiquement toutes protégées.
Le directeur général de la santé, le professeur Jérôme Salomon, a indiqué que "l'augmentation rapide du nombre de cas et l'identification de foyers épidémiques dans plusieurs régions font craindre une épidémie sur l'ensemble du territoire". Il a rappelé que le nombre de cas de rougeole augmente de façon importante depuis novembre 2017 et, pour l'essentiel, depuis le début de 2018. Apparue en Nouvelle-Aquitaine, l'épidémie compte, au 12 mars 2018, 913 cas répartis dans 59 départements. Ces cas ont donné lieu à 201 hospitalisations et provoqué à ce jour un décès. La Gironde, foyer de départ de l'épidémie, reste le département le plus touché avec 332 cas.
Pour sa part, le docteur Daniel Lévy-Bruhl, responsable de l'unité Infections respiratoires et vaccination de Santé publique France (ex Institut de veille sanitaire), a affirmé vouloir "absolument éviter la situation de 2008-2012 avec une épidémie de très grande ampleur en France, responsable de près de 25.000 cas de rougeole déclarés, dont 1.500 pneumonies graves, 35 encéphalites et 20 décès". Il estime en particulier que "plus d'un million de personnes en France sont aujourd'hui susceptibles de faire une rougeole, si elles sont en contact avec un malade".

Aucun département n'atteint le taux minimum de couverture vaccinale de 95%

Aucun des 59 départements touchés à ce jour n'atteint les 95% de couverture vaccinale à deux ans pour les deux doses de vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR). Et en fait, aucun département français n'atteint ce taux de 95%, la couverture la plus élevée étant observée à Paris (87,8%). Plusieurs départements affichent des taux inférieurs à 70%, particulièrement dans les territoires ruraux (le professeur Salomon a cité notamment les Hautes-Alpes, l'Ariège, l'Aude, l'Aveyron, le Gers, le Jura, le Lot et l'Orne).
Le ministère met donc l'accent sur "la nécessité d'une couverture vaccinale très élevée dans la population" afin "d'éliminer la maladie et ainsi protéger les nourrissons de moins d'un an, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées ne pouvant être elles-mêmes vaccinées" (sur les vingt décès de la précédente épidémie, huit étaient des personnes immunodéprimées). Il invite également chaque personne atteinte de la rougeole à appliquer des "mesures barrière" (éviction, port du masque) et à prévenir son entourage afin que chacun puisse vérifier s'il est correctement vacciné.
Enfin, le ministère invite les professionnels de santé et ceux de la petite enfance "à la vigilance" en vérifiant qu'ils sont eux-mêmes vaccinés. La rougeole étant une maladie à déclaration obligatoire de santé, les professionnels de santé - y compris ceux de la PMI - sont invités "à signaler tout cas de rougeole à [leur] agence régionale de santé (ARS), sans attendre la confirmation biologique du cas, afin que l'ARS puisse procéder sans délai à l'identification des personnes contacts et à leur prophylaxie le cas échéant".

 

Téléchargements

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle