L'Espace d'initiatives sociales et économiques du Pays de Mirepoix

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Ariège

En 2002, la communauté de communes du Pays de Mirepoix (Ariège) inaugure l'Espace d'initiatives sociales et économiques (EISE). En plus des missions traditionnelles d'un centre social, le dispositif prévoit des permanences de divers organismes, un "Relais emploi-formation" et un centre de documentation. Le lieu a aussi vocation à favoriser la participation de la population en apportant son soutien aux associations locales.

A la fin des années 90, la communauté de communes du Pays de Mirepoix (vingt et une communes et 6.900 habitants) a dû faire face aux répercussions économiques et sociales de la crise industrielle (délocalisation du textile), ainsi qu'au vieillissement de sa population. "En 1999, un diagnostic a révélé nos faiblesses structurelles pour répondre aux besoins sociaux du territoire", indique Alain Toméo, directeur de l'Espace d'initiatives sociales et économiques et adjoint au maire de Mirepoix chargé du développement local. "Premier constat : la dissémination des permanences des services engendrait leur cloisonnement et un manque de concertation des acteurs, d'où l'idée de leur centralisation en un même lieu." Fort de la volonté des élus et du soutien de partenaires publics (caisse d'allocations familiales, conseil général, Etat...), l'intercommunalité a mis en place un équipement social inédit : l'Espace d'initiatives sociales et économiques (EISE).

 

Un centre social, mais pas seulement

Créé sous la forme d'une association en juillet 2001, ce lieu d'accueil et d'information multi-service a ouvert ses portes en août 2002. "Cette forme juridique permet de recevoir l'agrément de la CAF et de remplir toutes les missions courantes d'un centre social", explique Sylvie Alliey, directrice générale des services de la communauté de communes du Pays de Mirepoix. Dès l'élaboration, le projet a prévu d'héberger un centre de documentation, ainsi que trois pôles principaux : un centre social, un centre local d'information et de coordination gérontologique (Clic) pour les personnes âgées ainsi qu'un "relais emploi-formation". "Nous avons été sollicités par le conseil général de l'Ariège et l'Etat pour prévoir l'antenne du Clic et assurer le suivi de cinquante bénéficiaires du revenu minimum d'insertion (RMI)", explique Alain Toméo. En 2001, la création de l'EISE s'est couplée avec la construction du siège de la communauté : les bâtiments ont été conçus dès le départ pour accueillir les trois services résidants et les permanences des autres organismes (trois bureaux de permanence et une salle de réunion). A son démarrage, une personne a été recrutée à mi-temps par la CAF pour le lancement du centre social. Une convention avec le département a permis de financer un deuxième mi-temps pour le suivi des bénéficiaires du RMI. En parallèle, deux autres conventions ont été signées : une  première avec l'ANPE locale, une seconde conjointement avec le conseil général et la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass). Pour assurer l'accueil et l'animation du relais emploi-formation, l'ANPE locale a mis à disposition de l'EISE un employé à plein temps (emploi jeune). Pour le Clic, deux personnes sont également présentes à plein temps. "Le principe du conventionnement permet à chaque partenaire de remplir ses fonctions respectives. Cela nous offre également l'opportunité de dynamiser les missions de l'EISE sans demander d'efforts financiers supplémentaires à la communauté", souligne Sylvie Alliey. D'un côté, les conseils régional et général cherchaient des équipements porteurs de leurs dispositifs, et d'un autre, l'intercommunalité souhaitait offrir de nouvelles prestations à ses habitants. "Leurs sollicitations nous permettent d'assurer des services qui ne relèvent pas de notre compétence, explique Alain Toméo. Malgré tout, nous veillons également à répondre aux besoins de notre territoire, notamment dans le domaine de l'emploi et de la formation professionnelle. Nous sommes d'ailleurs à l'initiative de l'installation du relais emploi-formation en partenariat avec la maison commune emploi-formation de l'Ariège."

 

Trente-trois permanences d'organismes et d'associations

Par la force des choses, les services de l'EISE se sont progressivement diversifiés, jusqu'à rassembler sur un même lieu trente-trois organismes publics ou parapublics. Trois partenaires occupent les locaux de manière permanente : la mission locale, la cyber-base et le site antenne rurale des ateliers pédagogiques personnels (Sarapp). Aujourd'hui, l'association compte vingt-deux salariés et trente adhérents et gère un budget de 500.000 euros. "La communauté a construit les locaux et les met à disposition de l'EISE. Aucun loyer n'est demandé, exception faite aux services offrant une prestation payante, comme la médecine du travail", indique Sylvie Alliey. Pour financer l'opération immobilière (537.000 euros HT d'acquisition foncière et de travaux), la communauté a bénéficié d'une aide de 401.000 euros de différents partenaires (CAF, conseils régional et général, Etat). L'objectif de cet équipement polyvalent n'est pas de juxtaposer une multitude de services, mais de les fédérer et de favoriser les partenariats éventuels. "Par le biais d'une charte, chaque organisme et association résidant s'engage à participer à deux commissions thématiques : l'une s'intéresse à la santé, la seconde à l'emploi et la formation", explique Alain Toméo. "Tous ne répondent pas présents. Les services sont vite pris par leur propre fonctionnement et ne peuvent pas forcément détacher du personnel pour ces réunions. Mais grâce à cette polyvalence de services, les acteurs se connaissent et aiguillent les usagers de manière efficace." Au-delà de l'assurance d'une continuité des services sociaux sur le territoire et de la facilitation des démarches des administrés, les élus ont souhaité faire participer les habitants à l'animation de l'EISE. "Les enquêtes ont montré une réelle satisfaction. Mais les habitants utilisent cette plateforme de permanences et de services comme de simples usagers et non comme un outil propice à des projets communs", remarque Alain Toméo. Cependant, quelques groupes associatifs du Pays de Mirepoix occupent une permanence à titre gratuit, comme l'association Phoebus Ariège spécialisée dans l'éco-construction. Dans le cadre du projet social 2009-2011, la communauté souhaite renforcer la dynamique partenariale entre les services de l'EISE et initier des projets citoyens. "Pour que les usagers s'investissement davantage, nous envisageons de les faire participer à des activités conviviales : thé dansant, jardins solidaires... Beaucoup de projets sont en cours de réflexion", conclut Alain Toméo.

 

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté de communes du Pays de Mirepoix

Nombre d'habitants :

8537

Nombre de communes :

25
1, chemin de la Mestrise  BP 70136
09500 Mirepoix
pays.de.mirepoix@wanadoo.fr

Alain Toméo

Directeur de l'Espace Initiatives sociales et économiques (EISE) et adjoint au maire de Mirepoix chargé du développement local.

Sylvie Alliey

Directrice générale des services
Haut de page