Limousin, des jeunes en insertion participent à la définition d'itinéraires de randonnée

Publié le
dans

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Haute-Vienne

D'avril à septembre 2007, huit jeunes de la ZUP du Val de Laurence à Limoges ont participé à un chantier d'insertion, encadrés par l'Association limousine de sauvegarde de l'enfant à l'adulte et par le parc naturel régional Périgord Limousin (Haute-Vienne et Dordogne) pour définir, dans six communes, des chemins de randonnée.

Pour mettre en place son plan départemental des itinéraires de promenades et de randonnées, le conseil général de Haute-Vienne sollicite les communes afin que chacune crée une boucle de promenade. C'est dans ce contexte que l'Alsea, Association limousine de sauvegarde de l'enfant à l'adulte, et plus précisément son service prévention spécialisée, a proposé au conseil général d'organiser un chantier d'insertion pour réaliser au niveau des communes des dossiers d'inscription des chemins devant intégrer le plan départemental. Après l'accord du département, l'association s'est rapprochée du parc naturel régional Périgord-Limousin (78 communes, 50.000 habitants) pour contacter les communes qui auraient pu être volontaires pour accueillir des jeunes en insertion. C'est ainsi qu'a commencé en avril 2007, un chantier d'insertion de six mois, sur six communes (dont quatre communes du parc), avec huit jeunes de 18 à 25 ans habitant la ZUP du Val de Laurence à Limoges. Les jeunes, répartis en deux groupes de quatre, ont été chargés tour à tour de faire un repérage de reconnaissance sur le terrain pour identifier les chemins, de déterminer des boucles de promenade, d'en faire un descriptif, de travailler sur le cadastre pour préciser le statut juridique de chaque portion de chemin et de rédiger une fiche sur le patrimoine naturel et culturel des itinéraires. Ils ont été aidés pour cela par un encadrant technique de l'Alsea et par le parc qui a apporté une aide technique, le lien avec des personnes ressources du territoire et une connaissance des lieux.

 

Revoir les bases scolaires, retrouver des repères et surtout, être utile...

"Les différentes étapes de chantier ont permis aux jeunes de revoir certaines bases scolaires, puisqu'ils ont eu besoin d'écrire, de faire des calculs d'échelles", estime Myrtille Ferré, chargée de mission au parc. "Ils ont pu également découvrir le monde rural et rencontrer de nouvelles personnes : les représentants du parc, les maires... Au bout du compte ils étaient satisfaits de s'être remis en mouvement et avaient l'impression d'avoir fait quelque chose d'utile." "Ce chantier a aussi donné la possibilité aux collectivités de rencontrer directement des jeunes des quartiers "difficiles" autrement que par l'image qu'ils en ont à la télévision", souligne Michel Aubrun, directeur du service de prévention spécialisé de l'Alsea. "Quelques uns de ces huit jeunes ont trouvé un emploi ou une formation(s), les autres sont toujours suivis par l'association. Mais à tous, cela a redonné des repères", explique Bernard Diverneresse, éducateur spécialisé à l'Alsea.
Le chantier a été financé par l'Etat, qui a pris en charge les contrats d'accompagnement vers l'emploi dont ont bénéficié les jeunes (rémunération au Smic sur 20h), par le conseil général (fonds insertion des jeunes) et par le fonds social européen. Un autre chantier du même type devrait démarrer en novembre 2008, avec à nouveau huit jeunes qui travailleront pour la communauté de communes de la vallée de la Gorre (six communes) située dans le parc naturel régional Périgord Limousin.

 

Maryline Trassard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Parc naturel régional Périgord-Limousin

24300 Abjat-sur-Bandiat

Myrtille Ferré

Chargée de mission

Alsea

Service prévention spécialisée- 46, rue François Chemieux
87000 Limoges
Alsea.prev@wanadoo.fr

Bernard Diverneresse

Educateur spécialisé

Michel Aubrun

Directeur
Haut de page