Localtis

L'Union européenne veut accélérer le recyclage des déchets ménagers

Publié le
par
Anne Lenormand avec AFP
dans

Environnement

Energie

Europe et international

Dans le cadre de la législation sur les déchets et l'économie circulaire adopté ce 18 avril, le Parlement européen a voté des objectifs ambitieux en matière de recyclage des déchets municipaux. D'ici 2035, la mise en décharge ne pourra concerner que 10% des déchets au maximum.

Le Parlement européen a validé ce 18 avril le paquet législatif qui doit accélérer la généralisation du recyclage des déchets dans toute l'UE et la disparition des décharges. Ce vote du Parlement entérine un long processus qui doit s'achever par une approbation purement formelle de la part des ministres des 28, avant publication du texte législatif au Journal officiel de l'UE. Fin décembre 2014, la Commission européenne de Jean-Claude Juncker, fraîchement élue, avait enterré des propositions de ses prédécesseurs au nom du "mieux légiférer". Début décembre 2015, l'exécutif européen avait mis sa propre proposition sur la table, qui avait soulevé les critiques de ceux qui y ont vu des objectifs moins ambitieux que dans le premier texte.

55% des déchets recyclés d'ici 2025

Le paquet législatif sur lequel se sont accordés le Parlement et le Conseil (qui regroupe les Etats membres) impose que d'ici 2025 55% des déchets dits "municipaux" (produits par les ménages et les entreprises) soient recyclés, 60% d'ici 2030 puis 65% d'ici 2035, contre 44% aujourd'hui (et 31% en 2004). Il fixe également des objectifs de recyclage pour les matériaux d'emballages (65% devront être recyclés d'ici 2025 et 70% d'ici 2030). Des objectifs distincts sont fixés pour les matériaux d'emballage spécifiques, tels que le papier et le carton, le plastique, le verre, le métal et le bois. Plus de la moitié des déchets plastiques devront ainsi être recyclés d'ici 2030.
Les Etats membres devront par ailleurs mettre en place des collectes distinctes pour les textiles et les déchets dangereux au 1er janvier 2025. D'ici la fin 2023, les déchets biodégradables devront être soit collectés séparément, soit recyclés à la source (par exemple au travers des composts maison).

Pas plus de 10% de mise en décharge d'ici 2035

La nouvelle législation vise également à limiter la mise en décharge, source de pollution de l'eau, du sol et de l'air. Elle limite la part des déchets municipaux qui pourront être mis en décharge à 10% d'ici 2035, tout en ajoutant que les Etats devraient s'efforcer de garantir qu'aucun déchet recyclable ne soit accepté en décharge en 2030.
Au sein de l'UE, les Etats membres sont très inégaux en matière de recyclage. En 2014, six pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Pays-Bas, Suède) n'ont envoyé aucun déchet municipal en décharge, tandis que Chypre, la Croatie, la Grèce, la Lettonie et Malte mettaient en décharge plus des trois quarts de leurs déchets municipaux, note le Parlement. En 2016, la France a recyclé ou composté 42% de ses déchets municipaux, alors que 22% ont été mis en décharge et 36% incinérés.

Double enjeu

La gestion des déchets est devenue un véritable enjeu non seulement d'un point de vue environnemental mais aussi économique, comme l'a souligné la rapporteure sur les quatre directives concernées, l'eurodéputée italienne Simona Bonafe. "Avec ce paquet, l'Europe s'engage fermement en faveur d'un développement économique et social durable, qui intégrera enfin les politiques industrielles et la protection de l'environnement. En effet, l'économie circulaire n'est pas seulement une politique de gestion des déchets, mais c'est un moyen de récupérer les matières premières et de ne pas mettre à rude épreuve les ressources déjà rares de notre planète, également grâce à une innovation majeure de notre système de production". "Ce paquet contient des mesures importantes en matière de gestion des déchets, mais va parallèlement plus loin en définissant des règles qui prennent en compte l'ensemble du cycle de vie d'un produit et qui visent à modifier le comportement des entreprises et des consommateurs", a-t-elle ajouté.

Haut de page