Participation des allocataires du RSA à la politique d'insertion : un engagement fort (54)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Meurthe-et-Moselle

La participation des usagers à l‘élaboration les politiques publiques est certes une intention louable, à condition qu’elle ne reste pas purement formelle. En Meurthe-et-Moselle, le conseil général est allé au-delà de ce qu’exigeait la loi, avec des "équipes consultatives" formées, qui favorisent la participation des allocataires du RSA à l’amélioration de politique d’insertion.

La loi de décembre 2008 instituant le RSA prévoyait d’impliquer ses bénéficiaires dans les décisions à portée individuelle, telles que la suspension d’une allocation. Dans cette perspective, elle créait des équipes pluridisciplinaires composées d’allocataires et de professionnels pour formuler des avis. En Meurthe-et-Moselle (745.000 habitants), le conseil général, poursuivant ce qu’il faisait déjà dans le cadre d’autres politiques publiques, a décidé d’élargir la participation de ces équipes à la construction et à l’évaluation de la politique d’insertion.

Désignation et information des allocataires

En 2008, six équipes pluridisciplinaires sont créées en Meurthe-et-Moselle dans la foulée de la promulgation de la loi RSA. Chacune regroupe quatre professionnels du parcours emploi (Pôle emploi, mission locale…), quatre professionnels du parcours socioprofessionnel (assistants sociaux, animateurs de l’insertion) et six allocataires. Ces derniers sont tirés au sort à l’aide du logiciel Métier du département, sur la base de critères tels que l’âge, le sexe, l’ancienneté et le lieu d’habitation. "Lors de la présentation de la démarche, nous avons pris soin d’organiser ces réunions collectives sur des principes de convivialité et de simplicité pour ne pas rebuter les allocataires par un discours technocratique, et ainsi favoriser les échanges", souligne Josiane Huet, responsable de la cellule Allocation de la direction de l’insertion. "Dans l’ensemble, les allocataires ont très bien accueilli cette proposition, même si certains ont dû la décliner pour des raisons personnelles, difficultés de transport, garde d’enfants…", complète Josette Henry, chargée de projet au sein de cette même direction.

Des formations pour donner les moyens aux allocataires de participer sur un pied d’égalité

Pour faire en sorte que la participation soit effective, il est parfois nécessaire de surmonter des réticences : tant chez les experts professionnels que chez les "experts d’usage" que sont les allocataires. C’est dans cet esprit que des formations/actions élaborées avec le CNFPT ont été organisées à destination des équipes pluridisciplinaires pour apprendre aux uns et aux autres à travailler sur un pied d’égalité. Ces formations ont suscité des initiatives : aller davantage à la rencontre des allocataires (chez elles ou par en téléphone), rendre plus compréhensibles les courriers au style trop administratif, accompagner les allocataires en parcours socioprofessionnel lors du passage de relais à Pôle emploi…et donner un nom mieux adapté au rôle des équipes pluridisciplinaires, désormais intitulées "équipes consultatives". Dans certains territoires, un travailleur social a joué la fonction de "facilitateur de participation" en proposant en fin de chaque réunion un bilan de ce que chaque participant avait apporté aux autres, et en s’attachant à mieux informer les allocataires membres sur les rouages du dispositif du RSA.

Une expérience valorisante dans le CV et un regard différent sur la politique d’insertion

Ce dispositif de participation initié par le conseil général a continué à de développer sous l’impulsion des allocataires. Outre les initiatives déjà citées, les équipes consultatives ont contribué à d’autres améliorations : par exemple en créant avec les allocataires le portail de l’insertion et une plaquette d’information sur la participation. En outre, un conseil consultatif a vu le jour en octobre 2012 (voir dossier de presse). Présidé par un allocataire, il est aussi composé d’élus et de partenaires de l’insertion. Au-delà, la participation des allocataires aux équipes consultatives les aide à retrouver l’estime d’eux-mêmes. Un accompagnement leur est proposé lorsqu’ils quittent leur équipe consultative, renouvelée par tiers tous les six mois, pour les aider à valoriser dans leur CV l’expérience ainsi acquise. Une expérience dont bénéficient aussi les élus et les professionnels de l’insertion qui profitent du regard des allocataires nécessairement différent de celui que l’on a depuis un bureau. "Un regard qui permet de mieux appréhender les besoins et les conditions de vie des destinataires de la politique publique d’insertion", concluent les interlocutrices de la direction de l’Insertion.

Victor Rainaldi pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Conseil général de la Meurthe-et-Moselle

48, rue du sergent Blandan
54035 Nancy cedex

André Corzani

Vice-président délégué à l¿Économie solidaire et à l¿insertion

Josette Henry

Chargée de projet à la direction de l'insertion

Josiane Huet

Responsable de la cellule allocation, direction de l'insertion
Haut de page