Haute-Savoie

Prévention de la délinquance au sein de la jeunesse en région frontalière

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Dans le Genevois, près de la frontière suisse, la délinquance concerne autant la jeunesse dorée que celle issue de quartiers en difficulté. La communauté de communes du Genevois a mis en place un système de prévention de la délinquance appuyé sur un repérage micro-local des situations et l'emploi d'éducateurs itinérants à l'écoute des jeunes.

Dans les régions frontalières avec la Suisse, la délinquance concerne aussi les jeunes issus de milieux favorisés. En 2001, une étude réalisée à la demande du conseil général de Haute-Savoie a mis en évidence les situations difficiles d'adolescents issus de familles aisées, en raison de l'absence prolongée de parents résidant en France et travaillant en Suisse. Les problèmes plus connus de délinquance en milieu défavorisé sont aussi présents.
A partir des résultats de cette étude, les élus de la communauté de communes du Genevois ont décidé de mettre en place un dispositif de prévention pour les jeunes de 11 à 21 ans. Cette action est menée en partenariat avec le conseil général et l'association Passage, spécialisée dans la prévention. Le conseil général, qui en a la compétence, a délégué sa mission de prévention à l'association Passage qui emploie et rémunère deux éducateurs. Les postes sont financés à 80% par le conseil général et à 20% par la communauté de communes, ce qui représente pour cette dernière un coût annuel de 40.000 euros. Pour accueillir les jeunes, un local a été mis à disposition par la ville de Saint-Julien-en-Genevois (la plus importante avec 10.000 habitants sur les 28.000 que compte le territoire). Un élu de la communauté est délégué au bureau de l'association Passage.

Un système de proximité pour l'observation et l'écoute des jeunes

Les éducateurs interviennent dans les collèges du canton mais vont aussi à la rencontre des jeunes dans la rue. Chaque commune a délégué un élu chargé de repérer les problèmes locaux et de rapporter ses observations au groupe local de soutien (GLS). Le GLS est composé des dix-sept délégués communaux, de représentants du conseil général, de membres de l'association Passage et de membres de la société civile motivés par ce projet (proviseur de lycée, secrétaire de mairie...). Le groupe se réunit tous les trimestres pour faire part des situations observées localement, effectuer un bilan de l'opération et de l'évolution des phénomènes de délinquance, et préconiser des améliorations éventuelles à ce système de prévention. En 2005, le GLS a préconisé un troisième poste d'éducateur pour mieux faire face aux problèmes rencontrés par la ville-centre. La création de ce poste a été votée par le conseil communautaire et acceptée dernièrement par le conseil général.

Un minibus pour mieux couvrir le territoire

Depuis 2006, au nouveau poste d'éducateur voté par les élus, est venu s'ajouter un minibus équipé pour l'accueil des jeunes. Cet équipement itinérant, financé par l'association Passages dans le cadre d'un partenariat avec la Caisse d'épargne, permet de mieux couvrir l'ensemble du territoire. Les éducateurs peuvent ainsi parcourir les communes à la rencontre de jeunes  et leur proposer une écoute des problèmes qu'ils peuvent rencontrer dans leur vie quotidienne (avortement, drogue, logement, problèmes familiaux...). Cette action de prévention, appuyée sur du conseil individuel, complète celle des missions locales plus centrées sur les questions d'insertion professionnelle. De plus, de par leur complémentarité professionnelle, les éducateurs apportent leur appui à tous les acteurs sociaux  et de l'animation. Des projets de chantiers éducatifs sont à l'étude : ils permettraient aux jeunes de se confronter à la réalité du travail et de la socialisation.
"Le principal obstacle que nous avons rencontré pour la mise en route de cette action vient des éducateurs. Nous avons des difficultés à les conserver : nous en sommes au quatrième changement. Du fait de notre situation frontalière, les loyers sont très élevés et les jeunes préfèrent partir travailler côté suisse où les rémunérations sont plus importantes, et le nombre d'éducateurs est insuffisant. De plus, pour le département et l'association Passage, il s'agit d'une expérience pilote. Agir sur un canton avec une ville-centre urbaine et des communes à caractère semi-urbain est une première. Les actions faites sur des villes ne peuvent pas systématiquement être transposées sur un secteur comme le nôtre. Les éducateurs doivent apprendre à travailler sur un tel territoire et faire preuve d'innovation", conclut Danielle Jain, responsable administrative du secteur social de la communauté.

Contact(s)

Communauté de communes du Genevois

1 place Général-de-Gaulle
74160 Saint-Julien-en-Genevois
04 50 95 92 60
Nombre d'habitants : 28000
Nombre de communes : 17

Danielle Jain

Responsable administrative du secteur social
djain@cc-genevois.fr
Haut de page