Maine-et-Loire

Victor Rainaldi

Prévention des inondations : la commune d'Aviré rend à la rivière ses méandres (49)

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

En s’appuyant sur un comité de pilotage très compétent, la petite commune d’Aviré dans le Maine-et-Loire a rendu à la nature la rivière et un étang artificiel qui accentuaient les risques d’inondation. Conçu comme une zone d’expansion des crues, le réaménagement effectué a été plusieurs fois récompensé.

En 2007, la commune d’Aviré (483 habitants) achète l’étang privé d’environ 7.000 mètres carrés qui jouxte la rivière la Sazée. Creusé au début des années 1980, ce plan d’eau posait de multiples problèmes. Les poissons avaient déserté ses eaux mortes, son pourtour qui s’affaissait rendait extrêmement dangereuses les promenades et la digue qui le séparait de la rivière augmentait les risques d’inondation en orientant les crues vers les habitations. "Nous avons cherché vainement des solutions de réaménagement jusqu’en 2010, quand nous avons été conseillés par le syndicat du bassin de l’Oudon Sud (Sbos). C’est à partir de ce moment que nous avons pu déclencher une démarche de réaménagement", indique la maire d’Aviré, Marie-Agnès James.

Le comité de pilotage lance l’étude préalable

Un comité de pilotage est constitué. Il réunit toutes les compétences et les responsabilités nécessaires au réaménagement : les 11 élus de la commune, le Sbos, le syndicat de lutte contre les inondations et les pollutions, le conseil départemental du Maine-et-Loire, l’agence de l’eau, la fédération de pêche du département, la Police de l’eau, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, la région des Pays de Loire et la direction départementale des territoires, le cabinet d’architectes chargé du projet et l’entreprise d’hydraulique chargée des travaux.
Ce comité de pilotage va assurer l’impulsion et le suivi de la démarche, qui s’est déroulée en trois phases. Premier acte, le lancement d’une étude préalable. Conduite par un cabinet d’architectes, elle s’est achevée en 2011 et a fourni au comité de pilotage et au conseil municipal tous les éléments utiles à la décision : diagnostic écologique et hydraulique, étude topographique et scénario d’aménagement. "Ce scénario recréait un espace naturel et réglait tous les problèmes, reconnaît la maire d’Aviré, mais il ne nous offrait pas de projet alternatif et changeait complètement le paysage auquel nous étions tous habitués."

Élus et habitants s’approprient le projet de réaménagement

Le deuxième acte est celui de la digestion par les élus de cette proposition assez radicale. Elle conduit, en effet, à supprimer l’étang et la digue en restituant à la rivière ses méandres originels que d’anciens remembrements avaient rendue rectiligne. Quelques compromis, tels que l’installation de passerelles pour faciliter les promenades, contribuent à faire accepter le projet par le conseil municipal. C’est ensuite au tour de la population de s’approprier le projet. La réunion publique organisée pour présenter le scénario de réaménagement fait salle comble et permet de répondre aux questions des habitants, notamment sur les possibilités de pêche et de promenade.

Très précieux apport du comité de pilotage

L’acte trois du réaménagement peut dès lors commencer. Les travaux, lancés en septembre 2012 sous la maîtrise d’ouvrage de la mairie, s’achèvent en mai 2013. Leur rapidité doit beaucoup à l’efficacité du comité de pilotage qui réunissait les principales instances pouvant être impliquées dans ce type d’opération. "Par exemple, souligne l’édile, la modification de la direction de la rivière a dû se faire en conformité avec la loi sur l’eau et nous aurions eu les pires difficultés à régler ce point sans les compétences du comité de pilotage."

Réaménagement subventionné à 80%

L’ensemble du projet, étude préalable et travaux, a représenté un investissement de 126.000 euros subventionné à 80% par plusieurs partenaires : agence de l’eau, conseil départemental du Maine-et-Loire et fédération départementale de la pêche. Le reste à charge de la commune a été de 27.200 euros ce qui est loin d’être négligeable pour une collectivité de moins de 500 habitants. "Nous n’aurions jamais eu les moyens financiers et en ingénierie de mener un tel projet seuls", reconnaît l’édile aujourd’hui maire déléguée d’Aviré au sein de la commune nouvelle de Segré-en-Anjou Bleu. "La question des moyens a d’ailleurs été un argument important pour nous décider à nous joindre à la commune nouvelle et cela d’autant plus qu’avec la modification des périmètres intercommunaux nous allions devoir récupérer des compétences que nous avions mutualisées."

Quand biodiversité rime avec sécurité
Jamais autant de promeneurs ne s’étaient rendus dans l’ancien quartier de l’étang de la commune d’Aviré métamorphosé par le réaménagement. Quant aux crues de la Sazée, qui menaçaient et envahissaient les maisons, elles se déversent désormais vers l’espace occupé jadis par l’étang. Les libellules ont à nouveau élu domicile sur la rivière ce qui est un signe du bon état écologique du site. Ce programme de réaménagement a été plusieurs fois primé : prix départemental de l’aménagement en 2014, trophée de l’eau de l’agence de l’eau Loire Bretagne en 2015 et Victoire du paysage en 2016 décernée à la salle Gaveau à Paris. "Plusieurs communes du territoire sont venues visiter le site et nous avons construit à proximité un terrain de jeu pour les enfants", indique la maire d’Aviré.

Contact(s)

Commune d'Aviré

17, Rue d'Anjou
49500 Aviré
02 41 61 30 35
mairie-avire49@wanadoo.fr
Nombre d'habitants : 483

Marie-Agnès James

Maire
Haut de page