Quand l'école se réapproprie ses abords

Un colloque organisé par le Cerema a permis de faire le point sur l'aménagement des abords des écoles. Au cœur des enjeux : lutte contre la sédentarité et réappropriation du quartier par ses habitants. Les clés de la réussite : une démarche progressive et beaucoup de communication.

Le constat est alarmant. Selon l'Onaps (Observatoire national de l'activité physique et de la sédentarité), 60% des enfants de trois à dix ans se rendent actuellement à l'école en transport motorisé. Seuls 40% des élèves utilisent un mode de transport actif, très majoritairement la marche à pied. Trente ans plus tôt, une majorité d'enfants se rendaient à l'école à pied. Cette accélération de la sédentarité chez les enfants n'est pas sans poser des problèmes de santé.

Pour inverser la tendance, l'urbanisme est un levier essentiel dans les mains des collectivités locales. Et quand on parle d'école, c'est plus particulièrement l'aménagement des abords des établissements qu'il s'agit de repenser. Le but ? Donner envie aux enfants et à leurs parents de se déplacer à pied en sécurisant leurs parcours. "Agir pour des abords d'écoles sûrs et accueillants", c'est sur ce thème que le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) a tenu un colloque en ligne, mardi 23 mars.

Piétonisation temporaire

Parmi les témoignages de nombreuses communes qui ont mis en place des mesures visant à aménager les abords des écoles, deux scénarios principaux émergent. On commence souvent par une piétonisation temporaire, en fermant la rue à la circulation durant une période limitée, aux heures d'entrée et de sortie des écoles.

Lucie Bruyère, chef de projet en aménagement de l’espace public au Cerema, raconte le cheminement progressif d'une petite commune du Rhône : "On a d'abord mis en place un panneau indiquant les horaires, pour un bilan mitigé, entraînant des tensions entre piétons et automobilistes. On est alors passé à la deuxième étape avec élargissement du trottoir et passage de la rue en sens unique, puis on a posé une barrière pour fermer la rue aux heures d'entrée et sortie de l'école." Une des clés de la réussite a été le temps consacré à sensibiliser parents et riverains à chaque rentrée scolaire.

Wilfried Schwartz, maire de La Riche et président de Tours métropole Val de Loire, confirme la nécessité de communiquer. Dans sa commune, un dispositif de fermeture des rues aux abords des écoles a été mis en place depuis 2015. Une date tout sauf anodine : il s'agissait de sécuriser les accès après les attentats terroristes qui venaient de frapper la France. Mais la question de la circulation des enfants entrait déjà dans l'équation. "L'enthousiasme a été assez général de la part des enfants et des parents, mais nous avons rencontré des difficultés avec les riverains, explique l'élu. Il a fallu les informer des horaires d'ouverture et de fermeture de la barrière. Au début, nous faisions preuve de souplesse, le gardien d'astreinte pouvait ouvrir et fermer la barrière aux riverains qui ne respectaient pas les horaires. Après quelques mois d'expérimentation, les habitudes étaient prises et la rue s'est apaisée".

Aménagements définitifs

Après la piétonisation temporaire, viennent les aménagements définitifs. À L'Isle d'Abeau (Isère), on expérimente depuis 2020 la fermeture de la voie où se trouve l'école. Les parents venant en voiture doivent désormais se garer sur un parking à proximité avant de rejoindre l'établissement par un cheminement piétonnier. "L'immense majorité des personnes concernées se disent satisfaites, rapporte Céline Debes, élue communale. La municipalité va donc acter de manière définitive la fermeture de cette section de rue." Ce parti pris radical s'accompagne d'un projet plus vaste : les habitants sont invités, à travers des ateliers participatifs, à penser le futur du parvis de l'école afin d'en faire un lieu de séjour à part entière. À Corpeau (Côte d'Or), le projet de requalification des abords de l'école, qui a débuté dès 2014, s'est également élargi à un aménagement arboré pour fournir de l'ombre et mieux profiter de la place. À Fécamp (76), l'aménagement des abords d'une école maternelle privée a aussi fait l'objet d'une concertation. Et là encore, le projet prévoyait plusieurs réalisations : réfection des trottoirs, chicanes avec bacs à fleurs pour ralentir la circulation et création d'un espace d'attente pour les parents d'élèves.

Que retenir de ces expériences ? Leur aspect progressif, par petites touches. Il s'agit de convaincre l'ensemble des parties prenantes – quitte à recourir à une présence "pédagogique" de la police municipale pour faire accepter les aménagements, comme à Lyon –, mais aussi de prendre le temps de mener des phases successives d'aménagements, qui vont de la sécurisation à l'embellissement, du cheminement piétonnier pour les usagers de l'école à la réappropriation des lieux par l'ensemble des habitants du quartier. Pour preuve, la ville de Paris suit également ce schéma, l'aménagement des abords des écoles débouche, à terme, sur des projets urbains plus globaux. Ainsi la mairie s'est donné pour objectif d'ouvrir aux habitants les cours Oasis – des cours d'école rafraîchies pour lutter contre les effets d'îlots de chaleur urbaine – en dehors des heures scolaires afin d'en faire des équipements tous publics à l'image des squares et jardins.

Les dangers du collège

Si l'école primaire offre l'exemple d'un équipement dont les abords peuvent être aménagés à la satisfaction générale en peu de temps et pour un budget réduit (quelques milliers d'euros pour poser des barrières), le collège est une tout autre affaire.

À Lyon, le problème ne se limite pas au problème de mode de transport des élèves. Dans la deuxième agglomération française, dont la métropole a pris la compétence collèges, les jeunes qui fréquentent ces établissements secondaires posent des problèmes bien spécifiques. Sylvie Giagnorio, chef de projet pour la transformation de l’espace public de la métropole, explique : "On est confronté à un public plus nombreux que dans les écoles, des jeunes entre 11 et 15 ans qui souvent se déplacent en groupes et provoquent des attroupements importants sur la chaussée. En termes sociologiques, sur les parvis des collèges, ce sont les premiers harcèlements, les premiers deals, qui peuvent se mettre en place. Et plus généralement, les grands ont tendance à accaparer l'espace au détriment des 'petits sixièmes'."

L'ambition n'est plus seulement la sécurisation des cheminements mais aussi celle de la prévention des attroupements. Ici, il convient de faire attention au traitement des voies en impasse qui pourraient favoriser des regroupements non visibles. Là, on prévoit une loge permettant d'avoir une vue sur le parvis, lequel doit être assez large. On entre alors dans une autre dimension qui ne concerne plus le simple aménagement des abords de l'établissement : sa conception même.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle