Pas-de-Calais

Victor Rainaldi

Revitalisation urbaine : à Saint-Omer, le passé est l'ami du futur (62)

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Comment expliquer aux habitants la finalité des chantiers de rénovation urbaine qui sont au départ sources de désagrément ? Comment leur dire que ces projets sont ancrés dans le riche patrimoine historique de la ville et qu’en même temps ils façonnent son avenir ? Saint-Omer dans le Pas-de-Calais a trouvé une réponse. Elle propose aux habitants des visites de terrain à deux voix, celles de l’historien et celle de l’urbaniste.

Place forte du commerce et des échanges au Moyen-Âge, Saint-Omer a une longue tradition d’ouverture sur l’Europe et sur le monde. C’est dans ce contexte que son patrimoine se développe au fil des siècles. Inscrit depuis 1973, la ville est, depuis 2016, classé en site patrimonial remarquable. En 1997, elle obtient le label Ville d’Art et d’Histoire et en 2014 l’agglomération est consacrée Pays d’Art et d’Histoire. "Derrière cette reconnaissance officielle de notre patrimoine, il y a une forte volonté politique des élus locaux, sur plusieurs générations, de mettre en valeur les legs de notre histoire", précise le président de la communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer, François Decoster. "Et c’est dans notre histoire que nous ancrons nos projets pour bâtir l’avenir de la ville et de l’agglomération."

L’agence d’urbanisme et de développement s’intéresse à l’histoire locale

Cette pratique d’ancrage du futur dans l’héritage patrimonial collectif est fréquente dans des pays comme l’Angleterre ou l’Italie. Elle s’est bien installée à Saint-Omer où l’agence d’urbanisme travaille sur l’économie, les mobilités, l’habitat, mais aussi sur l’histoire du territoire et de son patrimoine. Le directeur général de l’agence, Christophe Molin, explique que "ce travail de mémoire et l’implication de la ville et de l’agglomération dans un plan global de revitalisation du centre historique ont fait naître l’idée d’organiser des visites à deux voix, commentées par un historien et un urbaniste, pour présenter aux habitants les projets qui façonnent l’avenir de Saint-Omer."

Visites à deux voix pour accompagner le plan global de revitalisation…

Le plan de revitalisation vise notamment à enrayer la diminution de la population audomaroise qui est passée de 15.000 à 14.000 habitants entre 1999 et 2014. Ses quatre volets rythment le parcours des visites à deux voix : le réaménagement des espaces publics, la réhabilitation incitative et coercitive de l’habitat, le programme d’actions sur le commerce, les équipements culturels, touristiques et d’innovation économique. L’objectif des visites est la découverte ou la redécouverte du patrimoine audomarois et de son histoire. Il s’agit également de faire comprendre in situ et le plus concrètement possible les projets en construction.

… et permettre un échange direct avec la population

"De sa participation aux visites et de sa rencontre avec les habitants, le maire aura nourri des échanges très constructifs qui auront conduit à une meilleure appropriation des projets" précise le directeur général de l’agence d’urbanisme.

Expliquer la reconversion des bâtiments anciens

Parmi les sites visités figure l’ancien théâtre, un bâtiment du XVIIIe siècle fermé pour des raisons de sécurité dans les années 1970 et actuellement en travaux pour une réouverture prévue en septembre 2018. Figure aussi la Chapelle des Jésuites achevée en 1640. Cette construction impressionnante de style baroque, désacralisée pendant la révolution, est devenue mi-octobre 2017 un lieu d’expression de la culture contemporaine.

Six visites organisées au printemps, d’autres à l’automne

Les six visites à deux voix organisées entre avril et juillet 2017 (trois le week-end et trois en semaine) ont réuni environ 150 personnes. La première en comptait 80, les suivantes moins. D’autres visites du même type se sont déroulées de septembre à novembre dans le quartier de la gare classé pour partie ANRU d’intérêt régional (Agence nationale de la rénovation urbaine). Elles ont réuni plus de 210 habitants.

Evolutions prévues en 2018

Le président de la communauté d’agglomération et maire de Saint-Omer souhaite poursuivre ces visites en 2018 : "Nous réfléchissons effectivement à coupler des visites du quartier Anru avec celles du centre historique. L’intérêt y est double : offrir l’opportunité aux habitants d’approfondir, d’une part, la connaissance sur l’histoire et l’évolution de leur quartier et, d’autre part, d’appréhender la perception de leur quartier et son intégration dans le tissu urbain environnant." Il constate enfin que "ces visites de terrain organisées en petits groupes fournissent aux habitants une bien meilleure information et complètent celle présentant des plans, panneaux de chantiers, articles, réunions publiques."

État des lieux du centre ville
Le centre ancien de Saint-Omer compte de nombreux logements dégradés, voire insalubres, et un taux de vacance de 14% soit 1.168 logements pour l’ensemble de la ville. Le bâti public, en revanche, est en assez bon état et les services sont bien présents que ce soit ceux de la ville, de l’agglomération ou de l’État (sous-préfecture). En dépit d’une vacance de 17,9 % sur la totalité de la ville, la dynamique commerciale n’est pas brisée. En valeur absolue, on compte 92 locaux vacants sur plus de 500, ce qui laisse subsister une offre commerciale assez large pour une ville d’un peu moins de 15.000 habitants. Les élus ne s’en contentent pas et ont mis en place un programme d’actions pour la renforcer.

Contact(s)

Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer

2 rue Albert Camus,CS 20079
62968 Longuenesse Cedex
Nombre d'habitants : 105000
Nombre de communes : 53
Nom de la commune la plus peuplée : Saint-Omer (14200 hab.)

François Decoster

Président et maire de Saint-Omer

Christophe Molin

Directeur général de l'agence d'urbanisme
christophe-molin@aud-stomer.fr
Haut de page