Localtis
Morgan Boëdec / MCM Presse pour Localtis

Risques naturels : les bonnes pratiques de prévention et gestion au centre des assises nationales

Environnement

Ouvertes par le ministre de la Transition écologique François de Rugy, les quatrièmes assises nationales des risques naturels se déroulent jusqu'au 26 mars à Montpellier. Outre des conférences et tables-rondes, l'accent est mis durant ces deux jours sur le partage d’expériences et des visites de terrain. 

Après Marseille en 2016, une ville où se concentrent plusieurs risques, c'est au tour de Montpellier, plus particulièrement touchée par le risque inondation, d'accueillir les 25 et 26 mars les quatrièmes assises nationales des risques naturels. Organisées par le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES), cet événement réunit plusieurs centaines d'acteurs de leur prévention et de leur gestion (collectivités, services de l’État, professionnels, scientifiques, représentants de la société civile). De l'éducation aux risques au recours aux nouvelles technologies, en passant par l'action des assureurs, l'amélioration des outils de connaissance destinés aux collectivités ou encore la complexité des démarches de prévention, rares sont les sujets mis de côté. Car le but est bien, comme l'a souligné le ministre lors de l'ouverture des assises, de "regarder en face la réalité de ces risques" et de mieux prévenir les effets du dérèglement climatique "que nous vivons déjà". 

C'est d'ailleurs sur ce thème de "l’adaptation des territoires pour une société plus résiliente" que le programme décline une série d'ateliers dont l'un porte sur la vulnérabilité du bâti ou encore l'impact sur l'activité touristique. Pour le maire et président de la métropole de Montpellier, Philippe Saurel, les risques naturels et l'attractivité d'un territoire sont étroitement liés. Un atelier porte ainsi sur la place des acteurs économiques dans la prévention de ces risques. D'autres aident à mesurer l’efficacité des actions entreprises : c'est tout l'intérêt des observatoires régionaux dont s'est par exemple dotée, dès la fin 2015, la Nouvelle-Aquitaine sous une forme multi-partenariale et dans un souci d'accès facilité aux données (les plans de prévention PPRN de chaque département y sont en ligne ici). Il en ressort un chiffre, relativement stable dans le temps : environ 3.800 communes sont, chaque année, reconnues en état de catastrophe naturelle (Cat Nat). Les trois quarts le sont au titre des inondations. Durant ces assises, un point sera fait par Météo-France et le Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision (Schapi) sur la consolidation du dispositif de vigilance pour mieux anticiper ces inondations, mais aussi sur la modélisation et la prospective pour renforcer la connaissance des risques. Le 26 mars se tient une "Agora des bonnes pratiques" sous un format de douze mini-conférences. Plusieurs visites de terrain sont aussi prévues sur les thèmes de la protection, de la sécurité civile, de la prise en compte du risque dans l’aménagement du territoire (stratégie de gestion des eaux pluviales), de l'érosion du littoral ou encore du risque incendie (aménagement d'un zoo).

Haut de page