Saint-Jean-de-Maurienne veut rompre l'isolement des seniors

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Tourisme, culture, loisirs

Savoie

Afin de lutter contre l'isolement des personnes âgées, la municipalité de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) met à leur disposition un agent de convivialité. Géré par le centre communal d'action sociale (CCAS), ce service permet aux seniors de sortir de chez eux, de prendre le bus, d'intégrer des clubs du troisième âge ou encore de participer à la vie des quartiers. Une initiative originale pour maintenir le lien social.

Le CCAS de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie, 9.300 habitants) propose aux personnes âgées de plus de 60 ans un agent de convivialité pour les accompagner dans leurs activités. Ses missions sont variées : rendre visite à la personne, l'accompagner dans ses sorties, l'inciter à participer à la vie de quartier ou encore faire les courses, prendre le bus... Initialement gratuit, grâce à une subvention de la caisse régionale d'assurance maladie, le service est devenu payant cette année, faute de renouvellement de cette aide. Les personnes âgées doivent désormais s'acquitter d'un tarif horaire calculé en fonction de leur tranche d'imposition : 15 euros en plein tarif, puis 11,25 euros (-25%), 7,50 euros (-50%) et 4,50 euros (-75%). Cette dernière tranche s'adresse notamment aux allocataires du minimum vieillesse.
Les personnes intéressées par ce service contactent directement le CCAS. Elles sont souvent accompagnées dans cette démarche par leurs familles. Elles définissent avec le CCAS leurs souhaits (type d'activité), le rythme et la durée des visites (horaires d'intervention), la durée du service (six mois, un an...). Ces éléments sont ensuite formalisés par un contrat, qui fixe également le montant à régler chaque mois. Pour les personnes qui ne peuvent pas payer la tranche la plus basse, un comité de suivi - composé d'un élu, de la directrice et d'une technicienne du CCAS - étudie les dossiers au cas par cas : niveau de revenus, contexte social et familial... "Pour ces personnes en situation précaire et très isolées, nous avons toutefois fixé un montant minimum symbolique de un euro de l'heure, afin que ce service reste payant pour tous, mais accessible aux plus modestes", explique Marie-Paule Grange, maire adjoint chargée des affaires sociales et des ressources humaines.

 

Un service encore peu utilisé qu'il faut promouvoir

Le CCAS établit ainsi un planning pour son agent de convivialité. Actuellement, cinq personnes ont recours à cette prestation, contre quinze l'année dernière quand le service était gratuit. L'agent, non-titulaire, est ainsi employé à raison de dix heures par semaine et rémunéré 13,95 euros de l'heure. Son intervention revient ainsi à près de 600 euros par mois au CCAS, alors que les recettes, versées par les bénéficiaires, atteignent tout juste 360 euros. Il existe donc un manque à gagner qui devrait s'accentuer si le service se développe auprès de davantage de seniors ou au contraire diminuer si les bénéficiaires se situent dans la tranche d'imposition supérieure.
Le CCAS souhaite, en effet, promouvoir son agent de convivialité. Pour cela, un courrier signé du maire sera envoyé aux 1.500 personnes âgées de plus de 60 ans dans la ville. Le CCAS est prêt à recruter et à former de nouveaux agents, si nécessaire. "Cela coûtera davantage, mais il s'agit bien d'une mesure sociale", précise Marie-Paule Grange. Par la suite, le CCAS souhaiterait mettre un véhicule de la ville à disposition des personnes âgées pour se déplacer plus facilement ou encore faire des courses en compagnie de leur agent de convivialité.

 

Aude Rambaud / PCA pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Mairie de Saint-Jean-de-Maurienne

Hôtel de ville- BP 100
73302 Saint-Jean-de-Maurienne

Marie-Paule Grange

Maire adjoint chargée des affaires sociales et des ressources humaines
Haut de page